4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 19:24

...

 

Quatrième de couverture : 
« Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C'était la vie, un point c'est tout : et nous grandissions avec l'obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile. » 

Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien quelles soient douées pour les études, ce n'est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l'école pour travailler dans l'échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s'éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. 

Formidable voyage dans l'Italie du boom économique, L'amie prodigieuse est le portrait de deux héroïnes inoubliables qu'Elena Ferrante traque avec passion et tendresse.

 

Mon avis : 
J'avoue que j'y allais un peu à reculons pour lire ce livre, d'une part parce que j'en ai beaucoup entendu parler sur le net, d'autre part parce qu'il y a plusieurs tomes. Ce qui m'a décidé c'est que les avis sont variés, en positif comme en négatif, je lui ai donc laissé sa chance sans être du tout convaincue qu'il me plairait.

J'étais inquiète car les pages ne sont pas très aérées et cela me rebute assez souvent.

Et bingo ! C'est plutôt une bonne surprise puisque j'ai maintenant envie de lire la suite.

Elena et Lila sont amies depuis l'enfance. C'est Lila la dominante, la fille sûre d'elle qui entraîne Elena dans son sillage.
On vit avec elles durant une dizaine d'années, on les voit évoluer, grandir.

Elena est plus dépendante de Lila que l'inverse et cette phrase résume assez bien leur relation "C'était une vieille crainte qui ne m'était jamais passée : la peur qu'en ratant des fragments de sa vie, la mienne ne perde en intensité et en importance." p. 271

J'ai aimé cette histoire italienne qui se passe dans les années 50 dans un quartier qui vit un peu comme dans un village au sein d'une grande ville, tout le monde se connait.
Il est parfois un peu difficile de se repérer dans tous les prénoms masculins qui se terminent souvent en "o" : Fernando, Alfredo, Antonio, Marcello... mais on s'y  fait. 

J'attends un peu mais il est certain que je vais lire le deuxième volet de cette série.

 

Livre du club de lecture 
avec mes copines

 

Partager cet article

Repost0
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 09:20

...

 

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Fraîchement débarquée de son île bretonne à Antibes pour devenir la dame de compagnie de Gilonne, Kim est frappée par la complicité qui unit cette ancienne actrice à son fils unique. Aussi, quelle n'est pas sa surprise lorsqu'elle apprend (...) Guidée par son désir de protéger celle qui pourrait être sa grand-mère, Kim va tenter de percer le secret de cette mystérieuse famille. 

Résolument optimiste, ce roman déploie toute la magie de Lorraine Fouchet : des vagues de tendresse, un parfum de Bretagne, une pincée de suspense et de l'humour à foison... Un merveilleux hymne à la vie en Technicolor ! 

Rien ne vaut la vie !

Mon avis : 
Comme d'habitude avec cet auteur que j'aime beaucoup voici un roman tout en douceur.

Kim a besoin de faire un break et de partir de chez elle, pour des raisons personnelles elle choisit d'être dame de compagnie d'une vieille actrice. 
Une relation se tisse entre elles, Kim s'attache à Gilonne.

Kim se pose de nombreuses questions sur la vie, la mort, l'amour...

C'est un livre sans prise de tête, avec un mystère à résoudre, un amour à sauver.
Kim, Clovis, le Chat, Gilonne, Côme se rencontrent, s'aiment, s'aident les uns les autres, se découvrent, se séparent, se retrouvent, la vie quoi ! 

Ce n'est pas mon livre préféré de l'auteur mais j'ai tout de même passé un bon moment et j'avais hâte de retrouver les personnes qui jalonnent cette histoire.

 

Livre issu de ma

 

Partager cet article

Repost0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 14:45

...

 

Quatrième de couverture :
À bientôt trente-quatre ans, Lyla est tenaillée par le sentiment de passer à côté de l'existence. Elle enchaîne les fiascos amoureux, accumule les névroses et attend, sans trop savoir quoi. Jusqu'au jour où un étrange message la ramène dix-sept ans en arrière. Cet été-là, sur la côte landaise, tout allait basculer...

Mon avis : 
Lyla - avec un y -, et Joris, ils se sont rencontrés en 1998 ; l'été, le surf, la plage, le vélo...

17 ans plus tard ils se retrouvent et on va découvrir ce qui s'est passé cet été-là, et pourquoi la vie de Lyla est si compliquée.

Ces personnages sont touchants, fragiles et l'auteur a les mots justes pour décrire les situations et les sentiments.

Les chapitres racontent alternativement les personnages et les époques, j'aime assez ce principe d'écriture quand ce n'est pas trop le fouillis, Dans ce roman la maîtrise de cette technique est parfaite.

La tension augmente vers la fin du livre et un passage m'a beaucoup émue.

Un bon livre que je vous conseille.

Partager cet article

Repost0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 18:47

...

 

Quatrième de couverture :
À 14 ans, quand on veut devenir footballeur professionnel et qu'on fait moins d'1,50 m, tout passe un peu ric-rac.
Les docteurs ont dit à Jeanyf : « C'est psychologique. » OK, mais qui est à l'origine de ce trouble ? Yvette, sa mère décédée il y a peu ? Pierryf, son père marionnettiste décidé à transformer leur maison en mausolée ? Jackyf, son herboriste d'oncle ? Ou les nouveaux voisins du Silo, un gîte rural franchement « olé-olé » ?
Au milieu de ces adultes fous à lier, il n'y a plus de temps à perdre. Il va falloir courir après une réponse et mettre un poteau rentrant à la vie.

Mon avis : 
Le sous-titre de ce livre est "Un été à la Sourle", pour un jeune de 14 ans ce n'est pas extrêmement enthousiasmant car Jeanyf est le seul ado du village.

Cet été sera quand même un peu différent grâce au gîte (un peu spécial) qui prend vie près de chez Jeanyf et son père Pierryf. Jeanyf va découvrir l'amour et certaines réflexions sont vraiment amusantes.

Le ton de ce roman est humoristique tout au long des pages et ceci dès le début.
"Quand le jour commence à fatiguer et que le silence tombe dans les environs, on pourrait se croire dans un remake de La colline a des yeux sauf que par chez nous, l'horizon est plutôt plat et que les yeux sont bouffés par les cataractes." p.16

Ce livre est un peu déjanté, j'ai souvent souri et même un peu ri.
"A la Sourle, si tout le monde est d'accord pour admettre que quand c'est foutu c'est foutu, on reconnaît aisément que l'inverse est aussi vrai..." p.124

Les personnage de cette histoire sont tous un peu décalés. Ce village est vraiment particulier et l'alcool coule à flot.

Pour mieux apprécier ce livre je pense que j'aurais dû fractionner ma lecture, surtout pour la deuxième moitié, mais je n'aime pas lire deux livres en même temps.

 

Livre prêté par Canel
Merci ! 

 

Partager cet article

Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 15:40

...

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Objectifs inatteignables, management à la menace, restructurations et mises au placard... Personne ne connaît ça mieux que moi. Vincent Fournier, salarié d'un centre d'appels au bout du rouleau, m'a tout raconté (...) C'est mon boulot, je suis médecin du travail. Écouter, soigner. Avec le traitement approprié, quel qu'il soit.

« Que répondre à quelqu'un qui vous dit qu'il est prêt à mourir parce qu'il ne supporte plus de travailler ? »

 

Mon avis : 
La souffrance au travail... vaste sujet. J'ai la chance de ne pas être touchée et je croise les doigts pour que cela dure, cela peut vite basculer : un changement de direction, un collègue malveillant...

Je m'attendais à ce que ce roman soit sombre et... il est TRES sombre.

Dans sa dédicace de mon exemplaire l'auteur a écrit "Et le bonheur dans tout ça ?"
Je n'en ai pas trouvé trace dans cette histoire.

Je n'ai pas tellement adhéré au rôle qu'il fait jouer au médecin du travail, un peu trop excessif pour moi dans ses choix, ses décisions et ses prises incessantes de médicaments.

J'ai lu ce livre tout en gardant à l'esprit que l'auteur avait vécu les situations dans lesquelles se trouvent ses personnages, ça fait froid dans le dos.
L'actualité nous rappelle aussi régulièrement que ce livre n'est pas totalement une fiction.

Voici un roman social, bien noir, très actuel hélas !

Assurez-vous d'avoir bon moral avant de vous lancer dans cette lecture instructive malgré tout.

L'avis de Canel qui en parle très bien.

Livre issu de ma

 

Partager cet article

Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 17:25

...

 

Quatrième de couverture :
Elsa et Lena sont jumelles. Depuis le jour de leur naissance, elles partagent tout. Pourtant, elles sont aussi différentes que le jour et la nuit. Lena la coquette, l'enthousiaste, la solaire ; Elsa la sage, la prudente, l'introvertie.


Après des années à jouer scrupuleusement cette partition, quelque chose s'enraye. Elsa sent que ce partage des rôles a assez duré. C'est décidé : cette année sera celle de toutes les prises de risques.

Alors que Lena tombe sous le charme du nouveau prof de théâtre et se passionne pour sa pédagogie atypique, Elsa prépare son plan : celui qui lui permettra de tout envoyer balader et de prendre enfin pleinement possession de sa vie.

Un roman bouillonnant et tendre où il est question - entre autres - de peinture à l'huile, de papillons dans le ventre, d'Ingmar Bergman, d'une séance radicale de relooking, d'un fou rire nerveux à la cantine et de l'art et la manière de rédiger le SMS parfait.

Mon avis : 
Je ne vais pas en rajouter en racontant l'histoire ici car la quatrième de couverture est très bien faite.

Les ados de ce roman sont vraiment sympathiques et surtout très réalistes. On y retrouve les sentiments, les tiraillements, les changements propres à cette période de la vie qui n'est pas forcément la plus facile.

Je n'ai pas de sœur jumelle mais si cela avait été le cas j'aurais sans doute été Elsa plutôt que Lena. J'ai aimé leur relation et le changement qui s'opère pour Elsa qui va s'épanouir, s'affranchir de l'influence de Lena pour ne plus rester dans son ombre.

Une jolie histoire d'amour pour couronner le tout et voici un livre bien sympathique.

Merci à Babelio

Partager cet article

Repost0
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 18:00

...

 

Quatrième de couverture :
** #3 Boudins **
On les a élues « Boudins de l'année » sur Facebook.
Mais Mireille Laplanche et ses « boudinettes ». Hakima et Astrid, n'ont pas l'intention de se lamenter sur leur sort !
Elles ont des mollets, des vélos, et elles comptent bien rallier Bourg-en-Bresse à Paris...
... pour s'incruster à l'Élysée !

Place aux Petites Reines !!!

Mon avis : 
Elles sont sympa ces "boudinettes" pleines de vie et d'envie.
Heureusement que Mireille est là, elle a de l'expérience car elle a déjà été sur ce triste podium des boudins de l'année. Elle va entraîner et motiver Astrid et Hakima à sa suite dans un projet d'envergure : enfourcher leurs vélos pour aller jusqu'à Paris.

Chacune des trois filles a une bonne raison de vouloir se rendre au cocktail du 14 juillet à l'Elysée.

Au départ ce livre parle de harcèlement, de moquerie, de mépris.
Puis de page en page ces trois jeunes filles vont en remontrer à ceux qui les ont élues "boudins de l'année", elles vont même en jouer de ce titre de boudin.

J'ai vraiment aimé leur énergie, leur volonté et leur humour. 

En revanche je suis une adulte d'âge "mûr"..... et cela m'a paru peu réaliste que trois jeunes filles partent ainsi sur les routes de France d'autant plus que l'une d'elles est vraiment très jeune. 

Il faudrait vraiment que tous les petits c...s qui se moquent de ces filles enrobées,  qui cultivent ce culte de la minceur, lisent se livre et y réfléchissent.

Un bon moment de lecture même si c'est clairement un livre destiné aux ados.
 

 

Livre emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 16:21

...

 

Résumé :
Juliette quitte Paris pour passer quelques jours avec sa famille. Elle sera confrontée aux souvenirs de son enfance. Un vaudeville familial sous forme de roman graphique.

Mon avis : 
Juliette revient dans la petite ville de son enfance, elle est hébergée chez son père. Ses parents sont divorcés, elle a une sœur.
Juliette est dépressive et hypocondriaque et plutôt molle.

J'ai aimé cette histoire de gens plutôt ordinaires. 
Quelques rebondissements avec les frasques de sa sœur font sourire, l'histoire d'un caneton aussi ainsi que la relation entre les parents divorcés de Juliette.

De nombreux sujets sont abordés, éducation différente selon les enfants, la vieillesse, l'adultère, la communication dans la famille, les secrets de famille...

Les dessins sont assez doux avec des couleurs pastel.

Mais bon elle est quand même un peu momolle cette Juliette, j'avais souvent envie de la secouer. Pas sûr que ce séjour familial la fasse beaucoup changer.

C'est à la mode de dire que c'est un roman graphique pour moi c'est une grosse
BD ! 

Du même auteur j'avais beaucoup aimé la trilogie Rosalie Blum (ici)

Prix BD Cezam 2017

BD empruntée à la

 

Partager cet article

Repost0
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 17:21

...

 

Quatrième de couverture : 
L’ouest sauvage, ce n’est pas que des shérifs, des cow-boys et des indiens sans foi ni loi.

L’ouest, c’est aussi des mexicains sans foi ni loi, même si, tout de même, Santiago et sa bande récitent les grâces avant de passer à table sans oublier de dire merci après avoir volé  la veuve l’orphelin.

Suivez Santiago, l’homme qui tire plus vite que ses santiags.

Mon avis : 
Je n'étais pas du tout attirée par cette couverture et je ne me souvenais plus du tout ce qui avait été dit sur ce titre lors de la présentation du prix BD Cezam 2017.

A ma grande surprise j'ai découvert une BD remplie d'humour et de gags avec Santiago et sa bande de rigolos. Ils ne sont pas très malins mais m'ont fait sourire à de nombreuses reprises, Ils sont souvent tournés en ridicule car ils ne sont pas très futés.

Je n'aime pas les westerns mais l'humour fait que j'ai bien aimé cette BD.

C'est pour moi une belle découverte !

BD du prix Cezam 2017

BD empruntée à la

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 11:20

...

 

Quatrième de couverture :
A la porte de Versailles, à l'inauguration du Salon du livre, vous rencontrez un type sympathique, lecteur pour une grande maison d'édition. Il sait que vous écrivez, vous lui montrez votre manuscrit, il en tombe dingue. Il le fait lire à quelques pointures de ses connaissances et tous sont unanimes : vous avez écrit un chef-d'oeuvre. Vous avez du mal à le croire, mais il vous rassure en vous citant Proust, Céline, Deleuze et votre vanité prend ses aises, radieuse. Vous vous apprêtez à signer un contrat quand le type disparaît. Vous appelez la maison d'édition. On vous apprend qu'il n'a jamais existé.

Mon avis : 
Voici un livre grinçant, caustique et ironique qui m'a fait passer un bon moment.

Kevin a une revanche à prendre sur ... son prénom car "Un Kevin ne peut pas, n'a pas le droit d'être un intellectuel. Il peut être prof de muscu, vendeur d'imprimantes, gérant de supérette, mais intellectuel - impossible " p. 26

Ou comment un prénom laisse entendre quelles sont vos origines sociales.

Certains passages font vraiment sourire car cela sonne très vrai, d'autres sont vraiment grinçants.
Le milieu de l'édition et de la radio sont mis à mal par l'auteur ainsi que l'ego des écrivains d'ailleurs...

J'ai aimé qu'il y ait des retournements de situation inattendus.

Une belle découverte, je ne connaissais pas du tout le nom de cet auteur dont ce n'est pourtant pas le premier roman.
 

Livre du club de lecture
avec mes copines

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture