21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 22:06

                                      

Quatrième de couverture :
Broken Harbour, un lotissement fantôme à quelques encablures de Dublin ; un chantier laissé à l’abandon, où de braves gens ont englouti leurs économies avant que les promoteurs et les banques fassent faillite. 
Autrefois, cette petite ville accueillait l’été les ouvriers dublinois, quand quelques jours au bord de la mer d’Irlande dans une caravane de location suffisaient à faire d’eux des princes. Depuis, le désespoir a grignoté l’air et contaminé les esprits. Dans une maison sur le rivage, Patrick Spain et ses enfants sont morts, sa femme Jenny a été grièvement blessée. 
Or, l’enquête policière n’aboutit pas à une conclusion simple. Si la maison est immaculée, les murs sont percés de trous, on y a dissimulé des caméras partout. La scène du crime ne raconte pas qu’un fait divers tragique. Il y avait bien un mystère, chez les Spain…

Dans ce roman emblématique de l’Irlande actuelle, salué comme son meilleur à ce jour, Tana French déploie tout son art du suspense pour raconter le naufrage d’une famille et d’un pays tout entier.
 

Mon avis : 
La famille Spain habite dans un lotissement vanté par les promoteurs, mais il est vide aux trois-quarts. Nombre de maisons ne sont pas finies, le chantier a été abandonné. Patrick et Jenny sont très amoureux, ils ont deux beaux enfants, une belle maison, la famille parfaite ? Sauf qu'ils sont agressés, étouffés, poignardés. Cela doit bien cacher quelque chose de pas très net.

L'inspecteur Kennedy et Richie son jeune coéquipier vont mener l'enquête, celle-ci ne s'avère pas simple. "Je crois que nous sommes arrivés à la règle numéro sept : tout le monde ment, Richie. Les tueurs, les témoins, les spectateurs, les victimes. Tout le monde." p.117

J'ai beaucoup aimé le début de l'enquête, la relation qui se construit entre les deux enquêteurs. Ce qu'ils découvrent est perturbant, est-ce la réalité ou est-ce monté de toute pièce ?

Ames sensibles s'abstenir ou sauter les passages d'autopsie....

La partie concernant le mystère des trous dans les murs de la maison m'a semblé long, le détail des discussions des forums sur internet ne m'a pas tellement intéressée.

Un bon polar quand même mais le début m'avait fait penser qu'il y aurait plus de rebondissements, du coup la suite m'a (un peu) déçue.

 

    Livre emprunté à la

         images.jpg

      


      Catégorie bâtiment

 

     

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 22:40

                                               

Quatrième de couverture :
Il porte le nom d'un héros de légende, Cùchulainn, l'Hercule celte. Il pèse plus d'une tonne. Il est noir, géant, puissant, splendide. Si Mary et Conrad McConnally ont pu se payer à la foire ce cheval de race, c'est parce qu'il est borgne.

Une folie, à l'image de leur amour. Car Cùchulainn ne sert à rien. Il refuse de travailler. Il règne sur les pâturages de leur petite île en mer d'Irlande, comme un seigneur tranquille.
Pourtant, quand Conrad le pêcheur disparaît dans une tempête en laissant Mary enceinte, il semble que Cùchulainn trouve enfin sa mission sur la terre : sentinelle. Ange gardien en forme de cheval.
Mary a donné le jour à des jumelles, Esther et Rebecca, qui grandissent en s'inventant un langage que personne ne comprend. Sur l'île, on les déclare simplettes. Mais entre elles et Cùchulainn, une mystérieuse complicité se tisse, un lien secret qui fait peur à Mary.
C'est pourtant ce qui va lui sauver la vie.

 

Mon avis :
Cùchulainn est un magnifique cheval, un Shire, un géant placide et doux. 

Le jour de la naissance d'Esther et Rebecca il hennit pour la première fois. Un lien spécial existe entre ce cheval et les deux fillettes. 

Cette histoire s'apparente pour moi à un conte, l'esprit de Conrad parle à Mary sa jeune veuve, le cheval et les fillettes semblent communiquer entre eux. 

J'ai aimé découvrir la vie sur cette petite île irlandaise, Mary est une femme très attachante qui aime ses filles comme elles sont, avec leur particularité.

C'est en fait un livre pour ado, vite lu car il ne contient que 110 pages, je vais d'ailleurs le passer à ma plus jeune fille qui aime les histoires de chevaux.

Ce livre faisait partie de mon sac surprise sur le thème de l'Irlande emprunté à la bibliothèque.

          images.jpg

      


      Catégorie famille

Partager cet article
Repost0
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 22:09

  

Ne maudissez jamais votre mère, cela pourrait lui coûter très cher.

Mon avis : 
Durant la lecture de ces BD j'ai pensé à mes ados "maison" et aux châtiments qu'ils pourraient vouloir m'infliger...

Dans cette histoire, cinq collégiennes vivent chacune avec leur mère, sans père. C'est ce qui les rapproche, elles forment un petit groupe secret.

Ce scénario est original, très actuel car tout commence sur un site internet sur lequel on peut "commander" un châtiment pour une personne.

Cela va assez loin dans cette histoire et certains passages font vraiment froid dans le dos.

J'ai passé un très bon moment, mon seul bémol : je n'ai pas compris la toute fin du tome 2, si quelqu'un peut éclairer ma lanterne ce sera avec plaisir ! en fait j'ai bien une petite idée mais j'aimerais confronter mon avis avec quelqu'un d'autre (Noukette ?).
 

L'avis de Noukette, la tentatrice, sur le tome 1 et le tome 2.

 

   BD empruntées à la

         images.jpg

      


      Catégorie famille

 

     

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 22:41

                               

Résumé :
Michel a dix ans et c'est à travers ses yeux d'enfant que nous découvrons sa vie au Congo. Il vit avec maman Pauline et papa Roger (qui n'est pas son père biologique). Papa Roger a une deuxième femme, maman Martine, et il alterne la vie entre ses deux domiciles.

 

Mon avis : 
Ce que j'ai le plus aimé dans ce livre audio c'est la voix et les intonations d'Alain Mabanckou. Nul doute que le plaisir n'aurait pas été le même avec la version papier de ce texte.

De nombreux passages ont amené le sourire sur mes lèvres car ce petit Michel qui raconte sa vie a des réflexions amusantes.

Il se considère marié avec sa copine Caroline, mais la vie de couple n'est pas simple, il y a de la concurrence, tous les deux rêvent de leurs deux enfants, de leur chien blanc et de leur voiture rouge. Leurs projets sont bien définis. 

J'ai vraiment souri quand Michel découvre les livres de San Antonio dans la bibliothèque de son père et qu'il essaie de trouver une signification à sa portée aux titres qu'il lit.

Michel est amusant dans ses réflexions sur la politique, et quand il est ému il dit qu'il une fourmi dans l'œil.

Mon seul bémol : j'ai trouvé que c'était un rien trop long, au bout d'un moment cela revient souvent sur les mêmes sujets.

C'est malgré tout une lecture audio très réussie grâce au lecteur.


Les avis d'Enna, Sylire et Valérie.

 

            Livre prêté
            par Valérie.
                Merci !       

             


       

  
           Chez Valérie

 

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 22:12

                                     

Quatrième de couverture :
"Les rêves avaient commencé six mois après son installation, de façon sporadique d'abord, une ou deux fois par semaine, pas plus ; c'étaient toujours des variations sur le même thème, les chats, l'escalier. En général, il se réveillait avant la dernière étape, la dernière scène, la forme humaine sur le lit. " 

Après trente ans de bons et loyaux services dans la police de Nottingham, l'inspecteur principal Frank Elder a donné sa démission. Il a également quitté son épouse qui a une liaison avec un autre homme. Il s'est réfugié dans un cottage en Cornouailles, mais le passé continue de le hanter. Il est assailli par un cauchemar récurrent dans lequel apparaissent des dizaines de chats féroces et un cadavre en décomposition. En fait il ne s'est jamais remis d'une affaire non élucidée : la disparition, en 1988, d'une adolescente nommée Susan Blacklock. Deux psychopathes condamnés à cette époque pour avoir violé et assassiné une autre jeune fille restent pour Elder des suspects idéaux. 

Apprenant que l'un d'eux va bénéficier d'une libération conditionnelle, l'inspecteur quitte son havre de paix et s'intéresse de nouveau à l'affaire Blacklock. D'autant plus que le criminel libéré en a profité pour prendre le large. Nargué par l'assassin, Frank Elder est pris dans un étau qui se resserre au fur et à mesure que sa propre famille se retrouve mêlée au drame qui se joue.

Mon avis : 
Franck Elder a quitté la police, sa femme l'a quitté, il a quitté Londres pour aller en Cornouailles. Il voit sa fille Katerine épisodiquement.

Suite à la libération d'un homme qu'il a inculpé de nombreuses années auparavant, il remet les pieds dans une enquête qui refait surface.

On suit d'une part les recherches de Franck Elder et d'autre part les actions de Donald Shane le petit truand influencé par un personnage plus dangereux.

Franck Elder est un policier bien sympathique, plus tout jeune (comme moi...) et qui mène son enquête tranquillement sans lâcher le morceau jusqu'au bout. C'est vraiment ce personnage avec sa vie, ses sentiments, ses doutes, qui m'a plu et même sans gros rebondissements (quoi que...) j'ai vraiment apprécié cette lecture. 
J'ai aimé cette tension palpable surtout le fait de ne pas avoir si Shane allait à nouveau commettre un crime. 

D'après la quatrième de couverture, c'est le premier roman d'une nouvelle série, il faudra que je regarde à la bibliothèque s'il y a d'autres titres.

 

   Livre emprunté à la

         images.jpg

      


      Catégorie matière

 

     

Partager cet article
Repost0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 22:59

                                 

 

Résumé : 
La naissance d'un grand magasin parisien, pieuvre commerciale écrasant le petit négoce traditionnel. Cette "Mécanique à manger les femmes" génère une forme spécifique de communauté, une société hierarchisée avec son cortège d'arrivisme, de jalousie, de malveillance et de perfidie, mais aussi de progrès et de réussite.

Octave Mouret, le propriétaire, précurseur inspiré, bouleverse sa corporation comme Haussmann bouleverse la ville. Il parie tout sur les femmes, sur leurs envies et sur leur incapacité à surmonter les tentations.

L'une d'elles lui résiste: Denise, incarnation de la vertu et de la générosité. Elle devient une obsession pour cet ogre.

 

Mon avis : 

Denise, une toute jeune femme, arrive à Paris avec ses deux petits frères dont elle a la charge. En même temps que le lecteur, elle va découvrir la vie au Bonheur des dames, du coté des employés et du côté des clientes.

Toutes les descriptions sont telles qu'il n'est pas difficile de mettre des images sur les mots de cette histoire. 

La vie n'est pas facile dans ce grand magasin, la concurrence est rude entre les rayons ainsi qu'entre les vendeurs d'un même rayon.

Du côté des clientes, les petites histoires vont bon train également.

La lectrice, Evelyne Lecucq, est vraiment très agréable à écouter, elle n'en fait pas trop tout en mettant le ton qu'il faut.

Je ne pense pas avoir le courage de relire Zola, en revanche je trouve que c'est parfait pour la lecture audio et je vais aller voir à la bibliothèque s'il y a d'autres titres. 

 

 Livre prêté par Enna

        Merci ! 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 22:12

                         

 

Résumé : 
Dans la pièce, cinq corps. Ceux des membres d'une même famille. Une balle dans la tête, le père respire encore faiblement. De toute évidence, cet homme couvert de dettes a décidé d'assassiner les siens avant de se donner la mort. Appelée sur les lieux, l'enquêtrice D. D. Warren comprend immédiatement que l'affaire est plus compliquée qu'il n'y paraît : sur la table du dîner, six couverts avaient été dressés...

Grand Prix des lectrices de Elle Policier 2011, Lisa Gardner excelle à construire des intrigues complexes, qui piègent le lecteur.

Mon avis : 
Je connaissais déjà la version papier de ce livre que j'avais bien aimé mais qui m'avait mise un peu mal à l'aise. Le sujet des enfants internés dans un service psychiatrique fermé est assez terrible.

J'avais envie de découvrir la version audio car j'adore Elodie Huber, la lectrice des romans de Lisa Gardner. J'ai d'ailleurs déjà écouté La maison d'à côté et Derniers adieux.

Je me rappelais certains passages mais pas la conclusion de cette enquête. Ecouter ce qu'est la vie de ces enfants et de leurs familles  est vraiment terrible. Elodie Huber n'en fait jamais trop, ce n'est pas nécessaire et elle mène à bien sa mission.

En alternant les narrateurs l'auteur donne vraiment un rythme à son histoire, je n'ai pas vu le temps passer.

Une belle re-découverte.

 

Mon avis sur la version papier, ici.

 

      Livre issu de ma 
         


   Catégorie moment/temps
 

       

Partager cet article
Repost0
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 22:20

                                                     

 

Quatrième de couverture : 
Comme chaque année, depuis la mort de sa femme, le commissaire Kimmo Joentaa choisit de passer la soirée de Noël dans le commissariat désert. Au petit matin, on l'appelle : le médecin légiste vient d'être assassiné dans un bois enneigé. Le lendemain, un célèbre fabricant de faux cadavres pour le cinéma est poignardé à son tour. Un seul lien rapproche les deux hommes, ils ont participé ensemble à un talk-show qui montrait les corps - en plastique - affreusement mutilés de victimes d'accidents mortels. Dès lors, le présentateur de l'émission ne court-il pas un grave danger ?
Encore une fois, c'est l'empathie du commissaire envers ceux que la perte d'un être cher a rendus inconsolables et qui vivent dans l'obsession de la mort qui va le mettre sur la voie. Rarement un roman policier aura montré un visage aussi humaniste et une si grande délicatesse de sentiments.

Mon avis : 
1 meurtre, puis 2... puis ...  je ne vous en dis pas plus. J'ai été embarquée dans cette histoire dès les premières pages.

Sans trop en faire et sans rebondissements spectaculaires l'auteur a su me prendre dans ses filets. 

J'ai eu un peu de mal, de temps en temps, avec les noms finlandais, certains se ressemblent beaucoup. 

Ce commissaire, dont je viens de faire la connaissance, est bien sympathique et très humain. Petit à petit il avance dans son enquête et il a un bon flair.

Couvrez-vous bien avant de commencer ce livre car il se passe en Finlande aux alentours de Noël.

Un bon moment de lecture.
 

L'avis de Yv.

 

   Livre emprunté à la

         images.jpg

 


      Catégorie animal

 

      

  

Comme chaque année, depuis la mort de sa femme, le commissaire Kimmo Joentaa choisit de passer la soirée de Noël dans le commissariat désert. Au petit matin, on l'appelle : le médecin légiste vient d'être assassiné dans un bois enneigé. Le lendemain, un célèbre fabricant de faux cadavres pour le cinéma est poignardé à son tour. Un seul lien rapproche les deux hommes, ils ont participé ensemble à un talk-show qui montrait les corps - en plastique - affreusement mutilés de victimes d'accidents mortels. Dès lors, le présentateur de l'émission ne court-il pas un grave danger Encore une fois, c'est l'empathie du commissaire envers ceux que la perte d'un être cher a rendus inconsolables et qui vivent dans l'obsession de la mort qui va le mettre sur la voie. Rarement un roman policier aura montré un visage aussi humaniste et une si grande délicatesse de sentiments.
Partager cet article
Repost0
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 22:17

                                           

 

Quatrième de couverture :
Pour la première fois, Simone Veil accepte de se raconter. Personnage au destin exceptionnel, elle est la femme politique dont la légitimité est la moins contestée, en France comme à l’étranger. Son auto-biographie, attendue depuis longtemps, la montre telle qu’elle est : libre, véhémente - et sereine.

Après un premier chapitre lu par Simone Veil, Marie-Dominique Bayle prête son talent au récit d’un destin hors du commun.

Mon avis : 
Une vie et quelle vie ! Une belle vie de femme.

Simone Veil est une femme de son temps, qui a fait évoluer les choses, qui est toujours allée de l'avant.

Elle se raconte depuis sa plus tendre enfance, ce passage est d'ailleurs lu par l'auteur elle-même. J'ai trouvé très attendrissant la façon dont elle dit 'manman". Les liens familiaux sont très forts chez les Jacob et cela se ressent énormément quand Simone Veil lit son texte.

Marie-Dominique Bayle prend ensuite la relève pour lire tout le livre, elle a une voix très agréable à écouter et un ton très juste.

J'ai donc (re)découvert la vie de Simone Veil, la déportation, sa vie de famille puis son travail dans le milieu pénitentiaire, sa tâche de magistrate, de ministre de la santé, puis au parlement européen, au conseil constitutionnel.

Alors qu'elle a de jeunes enfants, elle n'envisage pas de rester à la maison pour les élever mais argumente auprès de son mari pour qu'il accepte son choix d'exercer une profession. Elle ne veut pas être dépendante comme l'était sa mère. 

J'étais trop jeune en 1974 pour me rappeler de la loi au sujet de l'avortement. J'ai aimé découvrir le discours que Simone Veil a prononcé en faveur de cette loi et le respect qui transparaît pour le choix que doivent faire certaines femmes. Elle en parle vraiment très bien.

Simone Veil a vécu plusieurs vies en une seule car elle participé à de nombreuses instances du pays. 

Un beau destin de femme de notre temps.

 

L'avis de Sylire  sur la version papier.

 

   Livre emprunté à la
         images.jpg

Partager cet article
Repost0
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 22:27

                                      

Quatrième de couverture :
Extrême Nord du Groenland, 1897. Une fois de plus, l'Américain Robert Peary n'a pas réussi à planter son drapeau au pôle Nord malgré l'aide de ceux qu'on appelle encore les Esquimaux. Mais pour l'explorateur, pas question de rentrer les mains vides. L'idée lui vient alors de ramener des souvenir vivants, de vrais sauvages polaires en chair et en os. L'un d'entre eux, Minik, n'est encore qu'un enfant quand il embarque à destination de New York.

Leur succès dès leur arrivée est immense. L'exotisme fascine. Muséum d'histoire naturelle, dont la cave sert d'hébergement de fortune aux hommes du Nord, sera quelques années plus tard le théâtre d'un drame qui trouvera un large écho dans la presse et dans la population. Car le destin de Minik est à bien égards symptomatique des cruels bouleversements du siècle qui commence.

Mon avis : 
En 1897, Robert Peay rapporte une météorite du Groenland, mais il en ramène aussi une famille d'esquimaux, celle de Minik un tout jeune garçon.

Le but est de les étudier en long, en large et en travers, et même après leur mort. Un passage très fort à ce sujet d'ailleurs.

Les américains les prennent pour des hommes de l'âge de pierre, pas aussi évolués qu'eux...

Cette nouvelle vie qui s'offre à Minik accueilli dans une famille américaine, le condamnera hélas, à l'exil à vie. Il ne trouve pas sa place en Amérique et ne pourra retrouver celle qui était la sienne dans son pays. Minik l'esquimau... Minik l'américain ... Il est trop esquimau chez les américains et trop américain chez les esquimaux.
"J'aimerais trouver un endroit où personne ne me connait et dont je n'attends rien... peut-être qu'il vaudrait mieux que j'aille vivre ailleurs... tout recommencer." p.122

L'histoire de Minik est une histoire vraie et j'ai aimé le découvrir en photo à la fin du livre.

Bref, j'ai aimé l'histoire, en revanche j'ai vraiment eu du mal avec les dessins. On dirait qu'ils ne sont pas finis, pas fignolés. Facile à dire alors que je suis nulle en dessin ! 

Une belle découverte quand même.

 

   Livre emprunté à la

         images.jpg

 


         Catégorie lieu

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture