15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 17:50

...

 

Résumé :
Hanté par un passé douloureux, Lex Henderson part s'installer dans un petit village isolé, sur la côte australienne. Très vite, il tombe sous le charme de cet endroit sauvage, où les journées sont rythmées par le sac et le ressac de l'océan. Au loin, il aperçoit parfois des baleines. Majestueuses, elles le fascinent.
Peu de temps après son arrivée, sa route croise celle de Callista, artiste passionnée, elle aussi blessée par la vie. Attirés l'un par l'autre, ils ont pourtant du mal à se comprendre et à laisser libre cours à leurs sentiments. Parviendront-ils à oublier leurs passés respectifs pour guérir et faire de nouveau confiance à la vie ? 
Dans la lignée de La Mémoire des embruns, ce roman tout en finesse est une véritable ode à la nature et à son admirable pouvoir de guérison. 

Mon avis :
C'est une deuxième tentative pour ce livre que j'avais rapidement abandonné dans sa version papier trouvant le rythme trop lent.

J'ai bien fait de m'y remettre avec cette version audio qui est réussie.
L'histoire est toujours aussi lente mais cette fois-ci elle est bien passée car j'ai aimé l'ambiance de ce roman. 

J'ai aimé les descriptions des paysages marins, des différents personnages et la rencontre des deux héros brisés par la vie qui vont peut-être réussir à s'en sortir ensemble. 

La lectrice donne vie à cette histoire de façon très agréable et mon écoute a été très plaisante.

Livre prêté par Enna

 

chez Sylire

 

Catégorie lieu

 

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 17:43

...

 

Quatrième de couverture :
Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l'esclavage. Rachetée à l'adolescence par le consul d'Italie, elle découvre un pays d'inégalités, de pauvreté et d'exclusion.

Affranchie à la suite d'un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.

Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d'évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d'âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu'elle soit razziée.

Mon avis :
Quand j'ai commencé ce livre je ne pensais pas du tout que c'était tiré d'une histoire vraie et qu'une Bakhita avait existé. Non seulement elle a existé mais elle a été canonisée en l'an 2000.

L'histoire de sa vie commence sous les yeux du lecteur quand Bakhita est toute petite, elle est enlevée pour devenir esclave. L'auteur ne décrit pas ce qu'elle subit mais on l'imagine sans peine... et elle n'a que 7 ans !

Après des années d'esclavage sa vie va changer. Elle va finir par devenir religieuse mais n'aura jamais vraiment le choix de sa vie. Elle a échappé à l'esclavage mais n'est pas pour autant vraiment libre. 
Ce choix ne m'a pas semblé très inspiré par sa foi mais pour continuer à se sentir protégée au sein de sa congrégation.

J'ai beaucoup aimé son histoire mais celle-ci m'a parfois semblé un peu longue à partir du moment où elle devient sœur, les sauts dans le temps sont assez grands.

Une sacrée destinée quand même.

L'avis de Gambadou (ici)

 

Livre de ma

 

Catégorie Titre avec un mot unique

 

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2018 1 01 /01 /janvier /2018 18:02

...

 

Présentation :
Proposer un autre regard sur Angers et l'Anjou, autour de quatre thèmes différents. Des photographes passionnés qui saisissent l'instant, le mouvement, le quotidien et la beauté de la ville et de sa région.

Un concours a été organisé et près de 1000 photographies ont été postées. Plus de 50 instagramers ont été sélectionnés pour figurer dans le présent ouvrage?

Une belle occasaion de se laisser surprendre par le territoire

Mon avis :
Ce livre de photos a été créé à partir de photos postées sur Instagram.

Quand je l'ai choisi à la dernière opération masse critique chez Babelio je ne pensais pas recevoir un aussi beau et gros livre. Un livre sur la région que j'habite depuis un peu plus de 27 ans. Nous avions acheté un livre avec des photos avant de nous y installer mais c'est beaucoup plus agréable de regarder un tel livre maintenant que je connais bien la région.

Les photos sont variées et dans l'ensemble vraiment jolies.

Ce livre est vraiment agréable à feuilleter et je vais le laisser accessible pour les gens qui passent chez moi.

Merci à Babelio et aux édition La Geste

catégorie lieu

 

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2017 6 30 /12 /décembre /2017 12:56

...

 

Quatrième de couverture :
Une femme a disparu. Sa voiture est retrouvée au départ d'un sentier de randonnée qui fait l'ascension vers le plateau où survivent quelques fermes habitées par des hommes seuls. Alors que les gendarmes n'ont aucune piste et que l'hiver impose sa loi, plusieurs personnes se savent pourtant liées à cette disparition. Tour à tour, elles prennent la parole et chacune a son secret, presque aussi précieux que sa propre vie. Et si le chemin qui mène à la vérité manque autant d'oxygène que les hauteurs du ciel qui ici écrase les vivants, c'est que cette histoire a commencé loin, bien loin de cette montagne sauvage où l'on est séparé de tout, sur un autre continent où les désirs d'ici battent la chamade.

Avec ce roman choral, Colin Niel orchestre un récit saisissant dans une campagne où le monde n'arrive que par rêves interposés. Sur le causse, cette immense île plate où tiennent quelques naufragés, il y a bien des endroits où dissimuler une femme, vivante ou morte, et plus d'une misère dans le cœur des hommes.

 

Mon avis :
J'ai parfois  du mal avec la sélection des romans pour le prix des lecteurs Cezam. Je ne sais pas encore l'avis que j'aurai sur les prochains mais ce premier roman que je lis de la sélection m'a plu.

Plusieurs personnages prennent la parole à tour de rôle dans ce roman. Alice, Michel, Maribé et Armand, deux hommes et deux femmes liés par la même histoire.

La vie sur le Causse est dure pour les fermiers, la dépression rôde, ils ont besoin de dérivatifs pour se changer les idées.

L'ambiance est plutôt pesante, certains fermiers passent à l'acte et se suicident, d'autres se font aider par Alice l'assistante sociale.

Et puis.... une disparition, une mort ? pourquoi ? il faudra attendre presque le dernier quart du livre pour entrevoir le pourquoi du comment. J'ai trouvé l'explication inattendue et bien pensée.

J'ai également apprécié l'écriture de l'auteur et ses descriptions très réalistes.

Un bon roman.

Livre emprunté à la 

 

...

 

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2017 6 16 /12 /décembre /2017 10:16

...

 

Résumé :
Il y a Ludmila, il y a Paul, il y a Jean et les autres n’ont pas de nom. Ils disent simplement « je ». Presque tous parlent dans la nuit, pendant la nuit, et à un moment de leur vie où ils ne différencient plus très bien la nuit du jour justement. Ils parlent pour essayer d’y voir clair, ils se dévoilent, ils se confient, ils fendent l’armure. Tous n’y parviennent pas mais de les regarder essayer, déjà, cela m’a émue. C’est prétentieux de parler de ses propres personnages en avouant qu’ils vous ont émue mais je vous le répète : pour moi ce sont pas des personnages, ce sont des gens. De vraies gens. (A.G.)

Mon avis : 
7 nouvelles, de belles rencontres, de l'émotion, de l'humain, de l'amour, un joli cocktail.

De très bons lecteurs font la part belle à ces textes,

J'en ai beaucoup aimé 5, vraiment beaucoup. J'étais donc persuadée qu'il en serait de même pour toutes les histoires, hélas les deux dernières ne m'ont pas du tout interpellée, je n'en ai presque pas vu l'intérêt, ce n'est que mon avis ...

La fin de la quatrième m'a surprise à tel point que je pense la réécouter.

Bravo aux lecteurs ! je ne pense pas que j'aurais autant aimé ces histoires en version papier. 

L'avis de Sylire (ici)

...

 

              chez Sylire (ici)

 

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 13:06

...

 

Quatrième de couverture :
Trois femmes, trois âges, trois amies que les hasards de l'existence et les épreuves ont rapprochées dans un lieu comme aucun autre. 

Trois façons d'aimer. Aucune ne semble conduire au bonheur. Séparément, elles sont perdues. Ensemble, elles ont une chance. Accrochées à leurs espoirs face aux tempêtes que leur réserve le destin, avec l'énergie et l'imagination propres à celles qui veulent s'en sortir, elles vont tenter le tout pour le tout. Personne ne dit que ça ne fera pas de dégâts... 

Fidèle à son humanité et à son humour, grâce à son regard unique fait de sensibilité et d'un exceptionnel sens de l'observation de la nature humaine, Gilles Legardinier nous entraîne cette fois au coeur d'une troupe réjouissante, à la croisée des chemins.

 

Mon avis : 
J'avais hâte de lire ce roman de Gilles Legardinier, d'autant plus que je n'avais pas aimé son dernier roman, je crois même que je ne l'avais pas terminé (il me faisait trop penser à Da Vinci Code).

Ici, nous faisons la connaissance d'Eugénie, Juliette et Céline, au cœur d'un théâtre. De nombreux personnages gravitent autour d'elles et ils sont tous assez chouettes.

J'ai beaucoup aimé certaines parties de cette histoire mais j'en ai trouvé certaines complètement irréalistes et cela m'a un peu gênée.
Du coup j'ai trouvé que c'était un rien longuet et pourtant certains passages sont vraiment très forts, très touchants, très émouvants et drôles aussi.

Un passage, en lien avec le vécu avec l'un de nos enfants, m'a carrément fait pleurer, c'était tellement vrai ! 

Gilles Legardinier est très fort pour nous faire ressentir tous les sentiments de ses personnages.

Malgré mon petit bémol, je suis ravie qu'il ait renoué avec ce style de roman qui me convient bien mieux que le précédent.

 

Livre prêté par une amie
Merci Florence !

 

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 18:18

...

 

Quatrième de couverture : 
« Et enfin, à cinquante-trois ans, j'ai entrepris d'apparaître. » 

Et si tout ce qu'on racontait sur les cheveux blancs était faux ? Et si ces monceaux de teinture, sur des millions de chevelures, aux quatre coins de la planète, cachaient en fait une beauté supplémentaire que les femmes pourraient prendre avec le temps, beauté immense qui les sauverait de bien des angoisses, de bien de servitudes ? 

C'est en partant de cette intuition que Sophie Fontanel, un soir d'été, décide d'arrêter les colorations et de regarder pousser ses cheveux blancs. Comme elle est écrivain, elle en fait un livre, sorte de journal romancé de ce qu'elle n'hésite pas à appeler une « naissance ». 

Les semaines, les mois passent : un panache lui vient sur la tête, à mille lieues des idées préconçues sur les ravages du temps. Elle réalise que l'âge embellit aussi les femmes et que les hommes n'ont pas pour les cheveux blancs l'aversion qu'on supposait. Elle découvre que notre société n'attendait qu'un signal, au fond, pour s'ouvrir à une splendeur inédite, d'une puissance extraordinaire. 

Ce roman est une fête. Celle de la liberté.

Mon avis : 
Sophie Fontanel a arrêté du jour au lendemain la coloration de ses cheveux, elle n'a rien fait pour les cacher et les photos incluses dans le livre montrent bien cette démarcation qui dura de longs mois.

Le hasard a fait que j'avais ce livre avec moi lors de mon dernier rendez-vous chez le coiffeur, je lui en ai parlé et je lui ai même montré les photos, elle m'a expliqué qu'il y a plusieurs façons de franchir cette étape de façon plus ou moins voyante.

J'ai plusieurs amies qui ne sont pas prêtes à franchir le pas car elles ont déjà beaucoup de cheveux blancs et cela ferait un gros changement.


J'ai aussi une copine de chorale qui a maintenant de très jolis cheveux gris et une collègue qui a pris le parti de couper plus courts que d'habitude durant l'été et qui est revenue avec une nouvelle tête.

Je connais aussi une blogueuse qui fait comme l'auteur et qui m'a envoyé une photo de l'état actuel de sa chevelure avec une belle démarcation mais aussi de nouveaux cheveux d'une très belle couleur,  je l'admire de réussir à faire ça.

Alors .... ?
J'ai de la chance car j'ai les cheveux plutôt clairs et sans trop de cheveux blancs donc j'ai arrêté aussi il y a deux mois, je préfère le faire maintenant que d'avoir une transition trop brutale entre couleur et blanc dans quelques années. Pour l'instant je ne sais pas du tout ce que cela va donner car mes cheveux ne poussent pas très très vite.

Ce livre est sympa car on y voit la réflexion de l'auteur sur le sujet et les remarques que des personnes proches ou non peuvent lui faire, des adultes mais aussi des enfants.Une chose est certaine il faut être prête à le faire, le mieux étant sûrement de ne jamais commencer les teintures... quoi que... mais c'est une affaire très, très personnelle et nous sommes toutes différentes.

Mon passage préféré du livre se trouve dans les pages 191 et 192 : 
"Je suis vieux, je suis une antiquité"
Avant de se reprendre :
"Ma femme va me houspiller, elle m'interdit ce mot "vieux". On en a un autre à la place.
- Ah bon, lequel ? demanda quelqu'un.
- "Vivant".
- Votre femme m'enchante! osai-je, à cet homme que je ne connaissais pas."

Un livre sympa sur un sujet d'actualité pour de nombreuses femmes autour de la quarantaine, cinquantaine, soixantaine.... et plus, ou moins. 

Je vous le conseille car ce roman (qui n'en est pas vraiment un) se lit vraiment très facilement. Mais si l'idée vous prend de faire pareil et que vous avez les cheveux mi-longs sachez que l'auteur en a eu pour au moins un an et demi de tête bi-colore !
 

Livre emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2017 1 20 /11 /novembre /2017 19:17

...

 

Quatrième de couverture :
 Ne pas se rendre seule à la bibliothèque le soir 
. Ne pas se garer à plus de six places de sa destination 
. Ne pas faire confiance à un inconnu 
. Ne pas sortir sans bombe lacrymo 
. Toujours repérer les sorties 
. Toujours suivre les règles 
. Ne jamais paniquer... 

Et la règle n° 1 
Ne jamais monter dans la voiture d'un inconnu 

Sarah et Jennifer ont tout prévu. Rédigé une liste exhaustive des dangers. Énuméré tous les interdits. Pris toutes les mesures de sécurité pour rendre leur monde plus sûr. Aucun imprévu ne devait pouvoir les surprendre. Mais un soir, elles enfreignent la première règle. Elles prennent un taxi. Dès lors, le cauchemar n'aura plus de fin.

Mon avis : 
J'ai déjà lu pas mal de livres sur des histoire de séquestration, en général ils me plaisent... je n'y cherche pas une quelconque signification...

Ce roman n'est pas mon préféré sur le sujet mais je suis aussi un peu difficile.

Malgré la liste de leurs interdits Sarah et Jennifer se retrouvent entre les sales pattes d'un pervers. 
Dès le début on sait que Sarah s'en est sortie, pas sans séquelle évidemment. Dix ans après sa libération, à l'aube d'un nouveau procès elle fait des recherches car elle est certaine que tout n'a pas été résolu lors de l'enquête. 

Certains passages sont bien stressant, angoissant. On suit Sarah de près et parfois on s'y croirait mais j'étais bien contente d'être au chaud dans mon lit.

J'ai "aimé" découvrir petit à petit ce qui s'était passé durant ces trois années de séquestration mais aussi l'évolution de Sarah au fil du livre.

En prime quelques surprises à la fin, c'est un roman réussi.

L'avis tentateur de Canel (ici)

Livre tout fraîchement arrivé dans ma

 

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 09:46

...

 

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Nuit de tempête en mer du Nord. Secoué par des vents violents, l'hélicoptère dépose Kirsten Nigaard sur la plate-forme pétrolière. L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre d'une technicienne de la base offshore. 

Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kirsten découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, elle est dans le bureau de Martin Servaz. 

(...)

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant. Au dos, juste un prénom : Gustav 

Pour Kirsten et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

Mon avis : 
La nuit, le froid, une église, un cadavre.... en Norvège...
Quel rapport entre l'inspectrice norvégienne et Martin Servaz le héros de Bernard Minier ?

Comme d'habitude avec cet auteur voici un roman avec une histoire rythmée. Cela ne m'a pas empêchée d'y trouver quelques longueurs et surtout des rebondissements un peu tirés par les cheveux.

La fin laisse présager une suite que je lirai certainement.

 

Livre issu de ma

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 17:01

...

 

Quatrième de couverture :
Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, tuée à coups de hache.
Elle s'appelle Élodie, et l'enregistrement d'une caméra de surveillance permet d'identifier son ami, Antoine Deloye, sortant de chez elle, l'arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s'obstine, malgré les évidences, à nier les faits. Il accuse son frère jumeau, Franck, d'avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre.
Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d'eau.

 

Mon avis : 
Qu'est ce qui se ressemble comme deux gouttes d'eau ? des vrais jumeaux. Franck et Antoine le sont. En général on arrive à différencier des jumeaux quand on les connait bien, ici ce n'est pas le cas car même pour leurs parents c'est impossible.

La plume de Jacques Expert est toujours aussi agréable à lire, il sait y faire pour nous embrouiller, Franck ou Antoine ? Antoine ou Franck ? 
Et quand on pense avoir trouvé, bam ! retournement de situation ou pas ... L'auteur nous emmène dans une direction puis dans une autre, il nous tient en haleine.

A part un petit moment, où j'ai trouvé que l'enquête piétinait, cette histoire est assez accrocheuse, mystérieuse mais aussi angoissante.

J'ai aimé l'alternance entre l'enquête et la vie de famille avec des vrais jumeaux un peu particuliers.

Un bon roman avec une fin qui m'a bien plu.

Du même auteur, j'avais beaucoup aimé Hortense (ici)

Livre issu de ma

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture