16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 04:20

Désert américainQuatrième de couverture :

Professeur à l'université de Los Angeles, marié, père de famille et convaincu, à l'heure des funestes bilans de la quarantaine, de n'être qu'un loser, Théodore Larue est en route vers son suicide quand un camion heurte de plein fouet sa voiture et projette son corps à travers le pare-brise, le laissant fort proprement décapité.

 Les services funéraires recousent tête et corps à la va-vite, mais voici qu'au beau milieu des funérailles Ted se redresse et s'assied dans son cercueil...

Qu'il prenne pour cible les médias, le fanatisme religieux ou les consternantes pratiques des milieux universitaires, Percival Everett livre ici la satire aussi grinçante que jouissive d'une société américaine parfaitement déboussolée tout en proposant une troublante méditation sur notre condition de vivants.

 

Mon avis :

Voici un roman qui m'a fait sourire de nombreuses fois.  

Et pourtant le début de l'histoire paraît vraiment bizarre, Ted Larue, un homme décapité dans un accident de voiture et qui se lève au moment de ses obsèques.

Nous avons le droit à la description de la couture apparente sur son cou, qui est d'ailleurs réalisée grossièrement. Il paraît vivant, mais il n'a pas de pouls, pas de douleur .....  

Les questions qui apparaissent au long de l'histoire : est-il démon ou messie ? est-il mort ou non ?  

On découvre ce qui se passe au niveau de sa famille, il y a de quoi être perturbé, sa femme et ses enfants ne savent quoi penser des évènements.  

Ted réfléchit sur sa vie, le sens de celle-ci, il n'était ni un très bon mari, ni un très bon père.  

Il fait différentes rencontres : journalistes, secte, médecin, et nous montre les excès de la société. L'information à tout prix, le fanatisme religieux, les expériences médicales et scientifiques.  

Il a des sortes de visions sur la vie des gens qu'il rencontre, sur leur passé.  

Une histoire originale, j'ai bien aimé l'humour qui passe bien malgré le sujet, c'est un peu loufoque.  

 

 Livre issu de ma

imagesCAFSFWL3.jpg challenge ABC

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 04:20

Prodigieuses créatures-copie-1Quatrième de couverture :

"La foudre m'a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai"

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces "prodigieuses créatures" dont l'existence remet en question toutes les théories sur la création du monde.

Très vite, la jeune fille issue d'un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d'hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration.

Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue.

Cette vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l'accompagne dans ses explorations.

Si leur amitié se double peu à peu d'une rivalité, elle reste, face à l'hostilité générale, leur meilleure arme.

 Avec une finesse qui rappelle fane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l'histoire d'une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l'une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

 

« L'histoire prenante de deux femmes qui trouvent leur accomplissement à travers une passion commune et les liens de l'amitié. » Los Angeles Times.

« C'est une histoire sensationnelle, revisitée avec une belle empathie... » The Guardian.

« Alors que les théories de l'évolution sont considérées aujourd'hui comme un fait acquis, Tracy Chevalier montre à quel point elles étaient dérangeantes lorsqu'elles sont apparues pour la première fois. Ce qui est impressionnant, c'est qu'elle parvienne à le démontrer dans un roman si captivant. » The Independent.

 

Mon avis :

Voici une histoire de femmes passionnées par une activité qui sort de l'ordinaire au 19ème siècle surtout pour des femmes, elles ne sont pas reconnues dans leur discipline.

Mary Anning est la plus acharnée des deux, elle est admirable de volonté, de ténacité, de passion.

Ces deux femmes de condition et d'âge très différents ont beaucoup de respect l'une pour l'autre même si une histoire de jalousie vient entâcher leur belle amitié pendant des années.

Elles sont narratrices à tour de rôle dans cette histoire.

  J'ai aimé cette histoire qui se déroule tranquillement au rythme du travail de chasseur de fossiles et de leurs déambulations. Ce sont elles qui font tout le travail dans le froid, l'humidité et les collectionneurs se contentent d'acheter leurs découvertes, et d'y apposer leur nom car ces femmes ne sont pas reconnues en tant que spécialistes. Cela ne se passerait plus ainsi de nos jours, et heureusement !  

Après coup mon admiration a grandi pour ces femmes quand j'ai découvert qu'elles avaient vraiment existé, même si l'histoire est romancée bien entendu.

On découvre aussi les questions par rapport à l'Eglise, les fossiles viennent ils de créatures de Dieu ? ce sont des espèces disparues, y-a-t-il un rapport avec le déluge ?   

Ce n'est pas forcément le livre que j'ai préféré de cet auteur mais j'ai passé un bon moment de lecture.

 

 Les avis de Canel, LeiloonaJoelle.

 

J'ai reçu ce livre grâce au partenariat avec Le livre de poche sur le site de BOB. Le partenariat sur BOB permet de recevoir un livre offert par un éditeur avec en contrepartie une critique sur mon blog. Merci aux Editions La table de Ronde.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 04:20

40 ans 6 morts et quelques joursQuatrième de couverture :

Il suffira d'un sac poubelle au clair de lune pour révéler les 40 ans vides de sens d'un publicitaire père de famille.

Décidé à changer de vie et à dépasser le point de non-retour, le coup de feu ponctuant son anniversaire lui ouvre la voie.

Caché derrière Melinda286, traquant ses victimes sur un site de rencontres, il entreprend une série d'exécutions brillamment mises en scène, parallèlement à ses dernières animations commerciales pour la marque de petfood dont il a la charge.

Aspiré dans son sillon, Vulcain Sanglar semble échapper à la tourbe de son existence en assurant la couverture presse des crimes. Puisant largement dans son étrange univers, il enrichit la symbolique des meurtres, étoffe l'histoire pour garder la première page.

 Le capitaine Joël Schmidt, lui, n'attend plus rien, même s'il croit reconnaître une fois encore cette satanée petite musique qui lui dit que tout est trop évident et lui a déjà coûté plus que sa carrière. Précipités dans le tourbillon du « Scarabée » ces trois hommes se verront secoués et confrontés à leur image.

Chacun utilisera cette opportunité pour tenter d'y voir plus clair, progresser et envisager de nouvelles relations avec les femmes qui les entourent.

A l'abri de l'intrigue policière, entre Internet et Egypte ancienne, les mirages de la communication et les vertiges des introspections, les personnages oscillent entre leur désir de «savoir» et celui de «croire».

Le temps de compter jusqu'à 6 et leur vie aura changé.

 

Construit à la manière d'un film, le roman cache derrière le suspense une exploration cynique des états d'âme actuels du «quadra-boomer» occidental.

Une intrigue policière qui transgresse les règles du genre en redonnant tout son sens à la manipulation.

 

 

Mon avis :

3 personnages principaux, 3 hommes, des secrets, des mystères. Des problèmes dans leurs relations avec les femmes, dans leur travail. 

Un des ces hommes (dont on ne connaîtra pas le nom, ni celui de sa femme et de sa fille) étouffe et commence une double vie (appartement, site de rencontres...) il va même jusqu'à commettre des meurtres.

Le journaliste et le policier ont chacun des secrets dans leur vie.

Leurs histoires s'entrecroisent quand les meurtres commencent.

Tout cela est bien mystérieux.  

Ce livre est facile à lire.

Je me suis demandée où l'auteur voulait en venir et quelle serait la chute.

Je me suis posée des questions pendant ma lecture, les réponses arriveront à la fin du livre bien sûr, et mes questions étaient les bonnes car j'avais deviné des choses ..... mais je n'en dirai pas plus !   

Un bon moment de lecture mais j'ai du mal à être aussi emballée que les autres peut être parce que j'avais émis des hypothèses qui étaient les bonnes et donc la surprise a été moins grande, mais j'ai eu du plaisir à lire ce livre même si je ne le range pas dans les coups de coeur.

 

Que du bonheur pour Clara.

Pour Saxaoul,  un roman à lire, pour l'intrigue mais aussi pour toutes les réflexions sur la communication, la pub, l'Internet, etc

Un livre formidable pour Cécile  

   

Livre voyageur de Cynthia : Ce roman lui a fait l'effet d'une pépite !

   PERSO1.gif

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 04:20

Le théorème du perroquet-copie-1Quatrième de couverture :

Quant à moi, certaines personnes, de vieilles connaissances, avec qui j'étais en affaire, ont appris mes découvertes concernant les conjectures mathématiques.

Ces gens ne sont pas, c'est le moins que l'on puisse dire, particulièrement pacifiques.

Ni patients.

Ils m'ont offert des sommes considérables pour que je leur cède mes démonstrations.

J'ai refusé.

Is vont revenir, à la nuit tombée.

Tu peux me croire, Pierre, ils n'auront pas mes démonstrations !

Je vais les brûler sitôt que j'aurai terminé cette lettre.

S'il devait m'arriver malheur et pour ne pas qu'elles soient perdues à jamais, m'inspirant des akousmata pythagoriciennes, je les ai confiées oralement à un fidèle compagnon qui saura s'en souvenir.

 

Mon avis :

Un vieux libraire reçoit une lettre mystérieuse d'un ancien ami ainsi que le contenu de sa bibliothèque. Puis cet ami disparaît mystérieusement en lui laissant une sorte d'énigme ayant trait aux mathématiques.

Mr Ruche le vieux libraire va être aidé dans sa recherche par Perrette et ses enfants Jonathan, Lea et Max ainsi que par le perroquet Nofutur.  

Tout ceci est prétexte à nous expliquer l'histoire des mathématiques depuis des temps anciens et même très anciens, on y découvre l'évolution des mathématiques ainsi que de très nombreux noms de mathématiciens.

Certains points rappellent des souvenirs plus ou moins bons !!!! : Thalès, Pythagore, les équations du second degré, les racines, les logarithmes, PPCM, PGCD et bien d'autres encore.

J'y ai trouvé plus ou moins d'intérêt selon les thèmes abordés, et je n'ai pas forcément tout compris il faut bien le reconnaître !!!

Chacun y trouvera son compte en fonction de ses connaissances de départ (et les miennes ne sont pas très fraîches je l'avoue !)  

C'est un livre très intéressant, assez dense, bien expliqué, il faut quand même s'accrocher parfois !

Je pense qu'il faut prendre son temps pour le lire, ce que je n'ai pas fait (comme d'habitude bien sûr).  

Je regrette que l'auteur ne nous ait pas donné plus d'explication sur le mystère de la naissance des jumeaux. Mais l'intrigue et les mystères ne sont que le point de départ à cette histoire des mathématiques.  

 

Ankya le conseille même si vous n'aimez pas les mathématiques.

Pour Laila c'est à lire comme une histoire romancée des mathématiques.  

 

                                     Hommage proposé par

Livre emprunté à la         A propos de livres         

   images.jpg               challenge Denis Guedj

  

Partager cet article
Repost0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 04:20

SpetemberQuatrième de couverture :

Dans le Relkirkshire, septembre n'est pas un mois ordinaire.

Pour les Écossais, c'est la période des sorties et des amis, du monde et des grands pique-niques rassemblant tous les châtelains des environs.

On se retrouve avant d'entrer dans l'hiver plus rude et plus solitaire.

C'est pourquoi Verena Steynton organise un bal pour l'anniversaire de sa fille Kathy.

Des gens du monde entier sont invités à fêter l'événement et les familles de Strathcroy préparent chaleureusement leur arrivée.
Ainsi, c'est le retour d'Alexa qui vit à Londres et vient présenter son amoureux, de Lucilla, qui mène une vie de bohème.

Et puis, véritable aubaine, la mystérieuse et très belle Pandora qui n'avait jamais plus remis les pieds sur sa terre natale depuis vingt ans.

Que présage cette arrivée impromptue et sauvage ?

Quelle motivation la pousse à revoir tous les siens après une si longue absence ?  

 

 

Mon avis :

Me voilà de retour d'un beau voyage dans la campagne écossaise... par livre interposé, grâce à de belles descriptions des paysages.  

J'ai été plongée dans une ambiance de maisons chaleureuses, de chasse, de thé, de croquet, de réceptions. Un monde aisé, des châtelains, c'est toute une atmosphère. 

Les voisins habitent à des kilomètres les uns des autres mais sont très liés et toujours prêts à se rendre service.

J'ai découvert une profusion de personnages assez attachants dans l'ensemble, dont j'ai pris note au départ pour ne pas me mélanger, notamment pour les liens familiaux entre les uns et les autres.  

Il faut se laisser porter par le ryhtme de cette narration qui suit le fil des évènements de Mai à Septembre, ce dernier mois sera le mois le plus long du livre où tous les fils vont se dénouer.  

Une lecture très agréable et dépaysante.  

 

 Livre issu de ma

 imagesCAFSFWL3.jpg    challenge ABC

Partager cet article
Repost0
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 04:20

SoieQuatrième de couverture :

Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains.

Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables.

Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.


Soie, publié en Italie en 1996 et en France en 1997, est devenu en quelques mois un roman culte - succès mérité pour le plus raffiné des jeunes écrivains italiens.


Mon avis :

Ce livre est court, très court (140 pages), et je pense qu'il faut le lire d'une traite pour bien s'imprégner de l'histoire.

Le rythme  n'est pas très rapide mais cette sensation est atténuée par de courts chapitres qui donne une impression contraire.  

Les vers à soie sont précieux et fragiles et Hervé Joncour se voit contraint d'aller au Japon suite à une épidémie, pour acquérir des vers sains.   

Cela se passe à l'époque où un voyage pour le Japon prenait 6 mois avec juste quelques jours sur place, l'auteur reprend les mêmes mots à chaque voyage pour nous en faire ressentir la durée.

Hervé Joncour y retourne plusieurs fois mais pas uniquement pour les vers à soie, il y a rencontré une femme qui le fascine et l'intrigue.    

Et entre chaque voyage il retrouve sa femme qu'il aime sincèrement mais sans passion.  

Une histoire tout en légèreté, en sensibilité, un amour impossible.  

Mais un livre un peu court à mon goût, j'aurais aimé continuer cette immersion dans cette histoire troublante et fascinante.  

La fin est surprenante, inattendue et magnifique à la fois.

 

  Livre issu de ma

imagesCAFSFWL3.jpg    challenge ABC

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 04:20

Le cercle de SalemQuatrième de couverture :

Jack St Bride, un bel homme de trente et un ans qui vient tout juste de purger une peine pour une agression sexuelle - qu'il n'avait pas commise - envers une adolescente, a décidé de refaire sa vie dans la première ville où son instinct lui dirait de faire halte.

 Mais on ne fait pas table rase du passé si aisément et le cauchemar recommence alors pour lui.

A Salem Falls, les fameuses sorcières du même nom furent persécutées en 1692...

Quel rendez-vous le destin a-t-il donné à Jack dans cette ville maudite où il a eu la drôle d'idée de s'arrêter ?

 

Mon avis :

J'ai adoré le premier tiers de ce livre qui nous permet de découvrir les personnages principaux de cette histoire.

La vie les a malmenés, ils ont chacun leurs secrets, ils sont attachants. Et l'auteur les décrit de telle façon qu'ils me sont devenus vraiment sympathiques et que j'avais très envie de savoir comment allaient évoluer leurs relations.

Jack est le héros principal condamné à tort et qui refait sa vie dans une ville choisie au hasard de sa route, il est blessé au plus profond de lui-même.

Addie a vécu des épreuves terribles dans sa vie et poursuit son chemin tant bien que mal.

Roy est le père d'Addie, marqué par le décès de sa femme.

Leur vie n'est pas un long fleuve tranquille (bon OK elle est facile celle là !).   

Les deux autres tiers du livre s'orientent plus vers une enquête policière, un procès, et des inquiétudes envers ce héros jeune, beau et terriblement séduisant...

Il lui arrive des ennuis en lien avec sa première condamnation, et dans cette partie d'enquête on découvre d'autres personnages mais qui ne sont pas tous aussi sympathiques que les premiers, on fait connaissance avec l'avocat de la partie adverse, des adolescentes en mal de sensations.   

Résultat des courses, le début est super, très prenant et du coup je m'attendais à autre chose pour la suite, qui se lit néanmoins très facilement mais m'a moins emballée.   

Bilan somme toute positif pour cette lecture.  

 

Livre du club de lecture

     avec mes copines

      imagesCA91DN22.jpg

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 04:20

Zola JacksonQuatrième de couverture :

On nous l'avait promis. Juré. Que les nouveaux ouvrages jamais ne céderaient.

Solides comme le roc. Plus forts encore que le barrage Hoover - un rempart infrangible.

 On nous l'avait promis et bêtement j'y ai cru.

Zola ! sois maudite ! Zola, tu étais mère, comment as-tu pu t'aveugler à ce point ?...

Mon enfant est loin depuis longtemps. Dieu merci, mon enfant vit au loin.

Au nord. Mon enfant a préféré le froid où jamais la sueur ne trahit en auréoles fautives sous les bras.

Il avait raison, ce pays sous la mer ne vaut rien. Nos métiers ne valent rien. Nos maisons de bois ne valent rien.

Mais ce piège est le mien, c'est là que je vis, c'est ma maison, mon cabanon, je n'ai qu'elle, elle et Lady.

Août 2005, delta du Mississippi : l'ouragan Katrina s'abat sur La Nouvelle-Orléans. Les digues cèdent sur le lac Pontchartrain et les quartiers modestes sont engloutis.
La catastrophe touche de plein fouet la communauté noire. Tandis que ses voisins attendent des secours qui mettront des jours à arriver, l'institutrice Zola Jackson s'organise chez elle pour sa survie.

 L'eau continue de monter, inexorablement.

Du ciel, les hélicoptères des télévisions filment la mort en direct.
Réfugiée dans le grenier avec sa chienne Lady, Zola n'a peut-être pas dit son dernier mot.


Sous la plume de Gilles Leroy, Zola Jackson, femme de trempe et mère émouvante, rejoint le cercle des grandes héroïnes romanesques.

 

Mon avis :

Cette Zola est une femme de caractère et une maman qui adore son fils. Durant l'ouragan Katrina elle se retranche dans sa maison et repense à sa vie.   

C'est une femme âgée qui a été institutrice et qui a un fils qui a réussi dans les études, ce dont elle est très fière.

Elle possède une sacrée force de caractère, et on découvre des pans de sa vie intercalés avec l'évolution de l'ouragan.  

C'est un livre qui parle d'amour, de volonté, de différence... et d'ouragan.

Zola refuse les secours car ils ne veulent pas emmener son chien avec elle.

Va-t-elle s'en sortir, coincée dans son grenier avec son chien ?  

C'est très bien écrit car j'avais l'impression de les sentir ces odeurs infectes pendant l'inondation, de sentir aussi cette terreur qui aurait été la mienne dans une telle situation.

J'ai aussi découvert que des quartiers pauvres avaient été ignorés pendant cette catastrophe, et que les médias venaient assister à tout ça en spectateurs.  

Un livre assez court mais intense.

 

D'autres blogueurs en parlent chez BOB.  

  

 Livre emprunté à la

    images.jpg

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 04:20

Le tailleur de pierreQuatrième de couverture :

« La dernière nasse était particulièrement lourde et il cala son pied sur le plat-bord pour la dégager sans se déséquilibrer. Lentement il la sentit céder et il espérait ne pas l'avoir esquintée. Il jeta un coup d'oeil par-dessus bord mais ce qu'il vit n'était pas le casier. C'était une main blanche qui fendit la surface agitée de l'eau et sembla montrer le ciel l'espace d'un instant.
Son premier réflexe fut de lâcher la corde et de laisser cette chose disparaître dans les profondeurs... »

Un pêcheur de Fjällbacka trouve une petite fille noyée.

Bientôt, on constate que Sara, sept ans, a de l'eau douce savonneuse dans les poumons.

Quelqu'un l'a donc tuée avant de la jeter à la mer.

Mais qui peut vouloir du mal à une petite fille ?
Alors qu'Erica vient de mettre leur bébé au monde et qu'il est bouleversé d'être papa, Patrik Hedström mène l'enquête sur cette horrible affaire.

Car sous les apparences tranquilles, Fjällbacka dissimule de sordides relations humaines - querelles de voisinage, conflits familiaux, pratiques pédophiles - dont les origines peuvent remonter jusqu'aux années 1920.

Quant aux coupables, ils pourraient même avoir quitté la ville depuis longtemps.

Mais lui vouer une haine éternelle.

 

Mon avis :

Ce livre est le troisième écrit par cet auteur, les histoires sont indépendantes mais les personnages principaux sont les mêmes, dans celui-ci Patrik et Erica ont eu leur bébé.

J'avais aimé les deux premiers "La princesse des glaces" et "Le prédicateur".  

Dès le départ on sait que l'enquête va concerner la mort d'une fillette retrouvée noyée.

Les personnes de sa famille ont des comportements curieux, le voisin également ainsi que son fils, les suspects paraissent nombreux.

J'ai été rapidement embarquée dans cette lecture car les parties s'enchaînent rapidement avec pour chacune d'elle un personnage principal différent à chaque fois. Du coup, il n'y a pas du tout de longueur et on soupçonne tout le monde à tour de rôle.

De courts chapitres se passant des dizaines d'années auparavant sont intercalés dans l'histoire principale, et bien sûr nous connaitrons le lien avec celle-ci à la fin du livre.  

C'est une lecture facile et agréable.

 

Livre du club de lecture

     avec mes copines

      imagesCA91DN22.jpg       challenge ABC

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 04:20

Petit MaoQuatrième de couverture :

He Zizhen me mit au monde en novembre 1932. Année du Singe.

Les astrologues prétendaient jadis que les hommes-singes sont d'aimables vivants, insouciants et agiles. Tout le contraire de moi.

Je suis né à Tingzhou, dans l'ouest du Fujian, petite ville presque tropicale au bord d'un fleuve boueux.

Le parti communiste y avait relégué mon père Mao pour des motifs que je parvins à élucider plus tard.
En me découvrant, eut-il ce sourire que l'on voit sur ses portraits qui ont envahi nos villes jusqu'à l'écoeurement ? J'en doute.
On m'appela Mao Xiao, Petit Mao.


Fondé sur une connaissance approfondie de l'histoire chinoise, servi par une écriture inspirée, Petit Mao réussit à faire entendre la voix d'un enfant puis d'un homme confronté au mystère de son identité et à l'absurdité de la vie.

Mon avis :

Petit Mao ne possède qu'une photo de ses parents qu'il ne connaît pas.

Il a été adopté à l'âge de deux ans et entretient une relation très forte avec son père adoptif qui lui raconte son histoire et celle de ses parents.

Il veut retrouver ses origines et par deux fois il s'en va à travers le pays pour essayer de les retrouver et les rencontrer.

Mais l'histoire et les évènements se mettent en travers de son chemin.

Ce livre m'a permis de redécouvrir l'histoire de la Chine à travers celle de Petit Mao, certains passages  sont assez durs et violents.

J'ai trouvé ce livre intéressant et en même temps riche de cette belle relation entre Petit Mao et Wang Yi son père adoptif. 

 

 Livre emprunté à la

    images.jpg

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture