10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 04:20
Come-back Quatrième de couverture :
Enfin ! Pour la première fois, Hélène Lancel, la star du cinéma français, a accepté un rôle à la télévision. Producteurs, scénario, décors, casting : tout est bouclé en un temps record.
Le jeune Jamal, un inconnu choisi pour le premier rôle masculin, fait chavirer les cœurs, de la chargée de casting à l'assistante de prod. Même Hélène...
Et le tournage démarre dans l'effervescence. C'est alors que survient un premier incident. Puis un autre, plus grave, et encore un autre. Quelqu'un est prêt à tuer pour que ce film ne se fasse pas. Quelqu'un qui a préparé son coup de très très loin...

Mon avis :

Ce livre m'a permis de découvrir les coulisses de la création d'un film de télévision. Il y est question d'écriture, de financement, des acteurs, des réalisateurs, des fans et de tout un monde qui grouille autour de ce film.  J'ai trouvé très intéressant de découvrir toute cette mise en place dans un environnement dont nous ne voyons que la face visible en regardant la télévision.

La tension monte d'un cran (léger) quand le tournage commence mais il n'y a pas eu assez de suspense à mon goût et l'intrigue est assez légère et peu présente.

La vedette de ce téléfilm est représentée comme un être tourmenté et ses traits paraissent excessifs, cela reflète pourtant certainement la réalité de certains acteurs.

De nombreux excès sont évoqués, vêtements de luxe, drogue, alcool, faiblesses psychologiques, ce n'est franchement pas un monde qui m'attire. Les relations sont souvent superficielles même si certains liens d'amitié durable se créent parfois.

Un premier roman qui paraît prometteur.

Livre lu en partenariat avec XO Editions grâce à Géraldine : Merci !

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 04:20
La vraie vie Les projets Le vaste monde
Le déluge Les révolutions  

Résumé :

Mariette et Manu Larssinet (Larcenet ?) quittent la banlieue parisienne pour une vie saine à la campagne. Mais Manu a du mal à s'habituer à la vie rurale. 

Mon avis : 

Manu est un vrai citadin qui arrive à la campagne, toujours branché avec son téléphone ou son ordinateur.

Au fil des tomes nous découvrons des scènes plus ou moins cocasses sur les voisins, les animaux, la nature, la vie de couple, la boulangère et la fameuse Mme Mortemont !!!!!

J'ai eu plaisir à découvrir cette série que j'ai pu emprunter en une seule fois à la bibliothèque.

Mes tomes préférés sont le 3 et le 4, ce sont ceux qui évoquent plus particulièrement la future paternité de Manu ainsi que ses débuts de père de famille. Je les ai trouvés vraiment très savoureux, et c'est à la lecture de ces deux tomes que j'ai vraiment ri alors que pour les autres je me suis contentée de sourire (ce qui est déjà bien !).

J'ai bien aimé aussi la façon d'aborder la mise en abyme (avec Manu et Ferri), j'ai maintenant bien compris ce que c'est (contrairement à Manu !).

En revanche je n'ai pas tellement aimé le dernier tome qui nous relate essentiellement les élections du maire du village.

Globalement une belle découverte, donc, grâce aux blogueuses une fois de plus ! 

Livre emprunté à la
   images.jpg

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 04:20

 

Myrtille 

Quatrième de couverture :

Elle est comme cela, Myrtille. On l'aime ou on l'adore. Elle laisse rarement indifférent, souvent amoureux. Ses trente ans lui donnent cette sérénité d'une femme-enfant presque mûre. Myrtille est un fruit qui respire l'amour, quelle que soit la saison.

Myrtille le sait. Le bonheur est bâti sur du sable émouvant, chaque jour qui passe est une marée qui le menace. Du parc Monceau au cœur de Montmartre, Myrtille ne cesse d'inventer, au fil du hasard, un univers pour le rêve et l'imaginaire.

C'est un étrange personnage au masque d'oiseau, qui surgit quand on ne l'attend pas; c'est un livre aux pages blanches, comme des nuits d'écriture; c'est Angelo dans son cœur, mais pas dans son lit.

 Myrtille : une drôle d'histoire d'amour, une fable poétique qui pétille, une invitation au plaisir, tout simplement.

Mon avis :

Je ne suis pas particulièrement adepte des histoires poétiques et pourtant cette fois j'ai été conquise par cette histoire. J'ai aimé Myrtille et son amour des mots et des livres.
"Myrtille aime les livres autant qu'elle aime les mots, au fond de son sac, sur une étagère, serrés les uns contre les autres, dans un train au paysage qui défile, dans les éclats de rêves, dans  les pensées incessantes d'une nuit échevelée ou alanguis sur une plage en se prenant pour le livre de l'été." p.53

Elle lit mais elle écrit aussi des poèmes, notamment un très beau poème d'amour qui a touché mon cœur peu sensible à la poésie.

Elle aime les mots depuis toute petite quand elle mettait des mots dans une boîte en fonction de son humeur du jour.

Et toute cette histoire commence avec un livre mystérieux, le début est un peu déstabilisant mais rapidement je suis entrée dans l'histoire et j'ai lu ce livre assez rapidement, il faut dire qu'il n'est pas très long (151 pages).

J'ai juste eu un peu de mal avec la fin, je n'en ai pas saisi tout de suite la subtilité et c'est en préparant ce billet que tout s'est éclairci, ouf !

Les avis des jardins d'Hélène et de Hérisson 

Livre issu de ma
imagesCAFSFWL3.jpg

 Challenge petit bac
  Catégorie végétal

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 04:20
Un crocodile sur un banc de sable

 Quatrième de couverture :

Sur la pente en contrebas se tenait la Chose sans Nom, immobile et livide à la clarté des étoiles. La pleine lune projetait sur elle une lumière sans ombre. Il n'y avait pas à s'y tromper : c'était bien elle. Je discernai presque le motif des bandelettes qui enserraient sa poitrine. Sa tête, informe, était enveloppée d'une sorte de linceul. La vue seule de ce monstre au repos avait de quoi faire frissonner mais lorsqu'il se retourna sans hâte, inexorablement, j'eus le plus grand mal à dompter ma terreur. C'était comme une créature marine sans regard et sans yeux, surgie du fond de l'abîme et qui cherchait sa proie.

L'indomptable Amelia Peabody, qui fait ici ses premiers pas sur la Terre des Dieux, se laissera-t-elle abuser par les facéties d'une momie somnambule ? Saura-t-elle soustraire sa protégée aux entreprises d'un chasseur de dot cynique et langoureux ? Parviendra-t-elle à déjouer les roueries des indigènes ou à surmonter les mirages des sables et à dissiper les mystères qui jalonnent sa route, en digne émule de Sherlock Holmes et d'Indiana Jones ?

Mon avis :

Sacrée Amelia ! Pour une femme vivant à la fin du XIXème siècle elle ne s'embarrasse pas des convenances, elle est directe, franche, pas de froufrou dans ses tenues ni dans son langage. Alors quand elle rencontre Radcliffe un archéologue mufle, ours, brusque et misogyne, cela ne peut que faire des étincelles. 

Leurs discussions (disputes ?) sont hautes en couleur et très drôles, leurs échanges sont vraiment divertissants.

C'est vraiment ce que j'ai préféré dans ce livre, toute la partie sur l'intrigue arrive vers le milieu du livre et on devine rapidement les tenants et les aboutissants de l'histoire.
J'ai aussi aimé l'atmosphère du camp de fouilles archéologiques. Ils logent dans d'anciennes tombes et j'ai été surprise au début "lorsque nous sortîmes de notre tombe ...." cela paraît un peu sinistre mais ils ont l'air très bien installés.

J'ai passé un bon moment de détente avec le premier volet des aventures de ces personnages. 

     Livre du club de lecture
    avec mes copines

    imagesCA91DN22.jpg

 Challenge petit bac

    Catégorie animal

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 04:20
Le sang des pierres 

Quatrième de couverture :

Avec L’Heure trouble et L’Écho des morts, Johan Theorin s’est imposé comme un des maîtres du polar scandinave. Il revient ici sur son territoire de prédilection, l’île d’Öland, avec un suspense virtuose. 
À la fonte des neiges, les gens du continent réinvestissent l’île. Peter Mörner s’est installé dans une vieille maison dont il a hérité pour trouver la paix, loin de son père. De sa villa flambant neuve, Vendela Larsson regarde cette lande dont elle connaît tous les secrets. Quant à Gerloff, vieux loup de mer de 85 ans, il a voulu revoir, peut-être pour la dernière fois, le soleil de son enfance… Mais pour eux, le printemps ne sera pas comme les autres. La mort rôde en cette nuit de Walpurgis qui célèbre traditionnellement la fin de l’hiver, et les drames du passé, dont témoigne la couleur rouge sang de la falaise entre la carrière et la lande, resurgissent…

Mon avis :

Après avoir lu L'écho des morts et L'heure trouble du même auteurj'ai eu plaisir à revenir sur l'île d'Öland. J'ai suivi tout à tour différents personnage et découvert peu à peu qu'ils ont chacun leur part de mystère. Ce livre regorge d'histoires et de secrets qui ressurgissent des dizaines d'années après.

Comme dans les romans précédents l'histoire avance tranquillement avec quand même quelques passages un peu mouvementés.

Un livre agréable à lire mais sans que je sache pourquoi il m'a moins enthousiasmée que les deux premiers, quelques petites longueurs peut-être.

Livre emprunté à la

  images.jpg

 

 Challenge petit bac
     Catégorie objet
Partager cet article
Repost0
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 04:20

 

Blues pour Elise

Quatrième de couverture :

Qu'est-ce qui fait courir les personnages de Blues pour Elise ? C'est l'amour ! Celui qu'on désespère de trouver, comme Akasha qui ne se remet pas d'une peine de coeur. Celui qu'on croit avoir perdu, comme Amahoro, dont le compagnon a pris ses distances.
Celui qu'on n'attendait pas, comme Shale, follement éprise d'un homme peu avenant.
Celui dont on doute soudain, comme Malaïka, paniquée à la veille de son mariage. A travers le parcours de ces quatre femmes et de leurs proches, Blues pour Elise dresse le portrait coloré, urbain et charnel de la France noire. Celle qui, loin des clichés misérabilistes, adopte le mode de vie bobo, se nourrit de graines germées, se déplace en Vélib', recourt au speed dating pour rompre la solitude.
Roman de société, Blues pour Elise parle avant tout d'amour. Celui de soi, celui de l'autre.

 Mon avis :

J'ai eu une impression curieuse en lisant ce livre, l'histoire se passe en France mais j'ai vraiment voyagé. J'ai été emportée au milieu de ces personnages d'origine africaine vivant en France : les afropéens. Cela m'a un peu déroutée au début mais les personnages sont vraiment attachants. Leurs histoires sont touchantes.

Leurs histoires d'amour le sont aussi, amour en couple, amour d'une mère, amour d'un garçon pour un autre, amour de son corps (l'accepter tel qu'il est).

A la fin de chaque chapitre on retrouve l'ambiance sonore de celui-ci avec les musiques ou chansons qui ont été évoquées et écoutées. 

Une suite est prévue puisque le sous-titre de ce livre qui apparaît à l'intérieur est Séquences afropéennes Saison 1, alors j'ai bien envie de connaître la suite de leurs histoires car il faut bien dire que tout n'est pas terminé à la fin de ce roman. 

Livre emprunté à la

    images.jpg

Challenge petit bac  
  Catégorie prénom

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 04:20
La servante écarlate

Quatrième de couverture :

La servante écarlate, c'est Defred, une entreprise de salubrité publique à elle seule. En ces temps de dénatalité galopante, elle doit mettre au service de la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, son attribut le plus précieux : sa matrice. Vêtue d'écarlate, à l'exception des voiles blancs de sa cornette, elle accomplit sa tâche comme une somnambule. Doit-elle céder à la révolte, tenter de tromper le système ? Le soir, Defred regagne sa chambre à l'austérité monacale. Elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, d'échanger des confidences, de dépenser de l'argent, d'avoir un travail, un nom, des amants... C'était le temps où l'amour était au centre de tout. L'amour, cette chose si douce aujourd'hui punie de mort...

Œuvre majeure, La Servante écarlate n'est pas sans rappeler 1984 d'Orwell. Mais, au-delà de cette magistrale création d'un monde, c'est la question du rôle et de l'avenir des femmes que pose, avec force, ce roman inoubliable.  

 Mon avis :

Je m'attendais à avoir un coup de cœur ou presque pour ce roman au vu des avis enthousiastes sur la toile et cela n'a pas été le cas.

J'ai apprécié ma lecture sur une idée originale d'un monde transformé par des fanatiques, un peu excessif à mon avis mais bon .... Ce monde imaginaire est quand même drôlement inquiétant avec des règles très strictes à respecter et des tâches attribuées à chacun selon une certaine hiérarchie, des tenues spécifiques en fonction du statut de chacune car ce sont surtout les femmes qui sont concernées par cette classification.

J'ai pris plaisir à lire ce livre mais j'ai été frustrée de ne pas avoir de réponse à certaines questions qui se posent au fil du récit, j'aurais aimé en savoir plus au lieu de cette fin assez brutale qui nous laisse plusieurs possibilités. J'aime que ce soit blanc ou noir mais je n'aime pas ne pas savoir.  

 

Livre emprunté à la
images.jpg

 

Challenge petit bac
   Catégorie métier

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 04:20
Les cochons au paradis

Quatrième de couverture :

Quand Turtle Greer, six ans, est témoin d'un accident insolite près d'un barrage, son insistance à raconter ce qu'elle a vu et la confiance que sa mère a en elle sauvent un homme et font d'elle... une vedette de télé. Cette célébrité va obliger Turtle et sa mère, Taylor, à fuir. Kentucky, Oklahoma, jusqu'à Las Vegas. Passé et futur s'entrecroisent pour la petite fille cherokee adoptée. La grand-mère, Alice, déjà présente dans L'Arbre aux haricots, aura là une place indispensable et chaleureuse, comme Jax, l'ami de Taylor, et Cash, l'Indien cherokee qui donnera la clef du mystère de la naissance de Turtle.  

Mon avis :

Ce livre est la suite de L'arbre aux haricots que j'ai lu il y a 3 semaines, bien m'en a pris d'acheter ces deux livres en même temps car cela m'a permis de lire le deuxième tome en ayant encore bien en tête les évènements du premier.

J'ai beaucoup aimé retrouver les personnages de Taylor et de sa fille Turtle, cela fait maintenant trois ans qu'elles vivent ensemble et Taylor a créé un lien très fort avec sa fille adoptive.

De nouveaux personnages apparaissent dans cette histoire, les uns sont sympathiques (Alice la grand-mère, Jax le petit ami et Cash le cherokee) et un autre est complètement loufoque (Barbie). Cela donne une histoire avec certains passages assez forts et poignants, et d'autres plutôt curieux ou amusants.

Cette histoire creuse les relations de famille, les us et coutumes de la nation cherokee, dès le début on se doute que l'on va en savoir un peu plus sur les origines de Turtle la petite fille.
Aux deux tiers du livre je me suis un peu doutée de la tournure que prendrait la fin de cette histoire mais cela n'a pas gâché mon plaisir de lecture.

Livre issu de ma
 
imagesCAFSFWL3.jpg

 

Challenge petit bac 
   Catégorie animal

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 04:20

fleur de neige

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins !) 

Dans la Chine du XIXe siècle, le destin de deux jeunes filles est lié à tout jamais. Fleur de Lis, fille de paysans, et Fleur de Neige, d'origine aristocratique, sont nées la même année, le même jour, à la même heure. Tous les signes concordent : elles seront laotong, âmes sœurs pour l'éternité. Les deux fillettes grandissent, mais si leur amour ne cesse de croître, la vie s'acharne à les séparer. [...] 

L'amitié sacrée des deux femmes survivra-t-elle au fossé que le destin a creusé entre elles ?  

Mon avis :
Ce livre est une mine d'informations sur la vie des femmes chinoises au XIXème siècle, il est extrêmement bien documenté et de ce fait très intéressant.

Une des traditions les plus marquantes est bien sûr celle des pieds bandés, plus qu'une tradition c'est une véritable torture que de bander les petits pieds de fillettes de cinq, six ou sept ans. Faites une recherche google si cela vous dit de voir le résultat en image, c'est terrible ! Et après imaginez-vous marchant avec de tels pieds toute votre vie, pas question de faire de grands exploits.
"Le but était que mes orteils et mon talon finissent par se rejoindre, aménageant entre eux une fente tout en dégageant mon gros orteil, sur lequel j'allais prendre appui pour marcher." p.39

Non seulement ils sont bandés mais il leur faut marcher encore et encore pour accentuer l'efficacité du procédé. 
"Un jour, au cours d'une ènième traversée de la pièce j'entendis soudain un bruit sec : l'un de mes orteils venait de se briser." p.44

La petitesse des pieds est un gage de richesse et de qualité, seules les servantes ont des grands pieds.
"La taille de mes pieds allait déterminer la qualité de mon mariage." p.51

Et quelle déveine quand la naissance d'un enfant amène une fille dans la famille  car il faut la nourrir jusqu'à l'âge adulte alors que c'est sa belle-famille qui en profitera par la suite.
Les circonstances de ces drames importent peu, car nul n'aime évoquer la perte d'un enfant, même lorsqu'il s'agit d'une fille.' p.61

Dans cette histoire, j'ai découvert ce lien particulier qui peut exister entre deux femmes depuis leur plus jeune âge, elles s'aiment, se disent tout et créent un lien vraiment particulier. Fleur de lis et Fleur de neige avaient beaucoup de points communs (jour de naissance, taille des pieds ...) qui les ont conduites a devenir laotong l'une pour l'autre.
"Le lien du laotong est le fruit d'une décision personnelle, entre deux jeunes femmes qui se jurent une affection et une fidélité éternelles." p.66

Les relations familiales envers les filles sont assez particulières, pour preuve le dialogue ci-dessous entre Fleur de Lis et sa mère le jour de son départ de la maison familiale. Et bien sûr la jeune fille se marie sans jamais avoir rencontré son futur époux.
"- Une femme n'a pas la moindre valeur, tant qu'elle n'a pas quitté son village, lança ma mère.
- Au revoir, maman, psalmodiai-je en retour. Merci d'avoir élevé une fille dénuée de mérite et d'attraits." p.164

Toute leur vie est soumise aux rites, aux traditions, aux cérémonies, tous ces préceptes leur sont inculqués depuis leur plus tendre enfance.
"Mais aussi profonde que fût mon ignorance, je savais au moins une chose : c'est qu'on n'enfreint pas la tradition sans en payer un jour le prix." p.249

J'ai passé presque toute la vie de Fleur de Lis à ses côtés, j'ai vécu sa jeunesse, son adolescence, son mariage, la naissance de ses enfants, des moments plus ou moins difficiles, certains passages sont vraiment prenants.

C'est un livre dense que je suis contente d'avoir lu.

Il me manque un je ne sais quoi pour avoir un avis beaucoup plus enthousiaste mais j'ai pourtant vraiment apprécié ce livre. 

Lecture commune avec Liliba et Mango !

Swap à 2 pal 

Livre issu de ma

  imagesCAFSFWL3.jpg
Livre que m'a offert XL lors de l'opération impulse à laquelle j'ai participé peu de temps après la création de mon blog fin 2009.

Challenge petit bac
Catégorie végétal 

Avec ce livre je termine ma sixième ligne complète du challenge Petit Bac ! 
  

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2011 7 24 /07 /juillet /2011 04:20

Les hommes sirènes

Quatrième de couverture :
Défense de déposer des ordures. Il a suffi de cette mention, en apparence anodine, sur la palissade d'un chantier, pour qu'Antoine jette ses clefs dans une décharge et quitte femme et enfant. Cet homme en décalage, au chômage volontaire depuis quelque temps, se met en marche pour un long périple à travers la France, de Saint-Malo aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Mais est-ce vraiment pour " aller voir la mer ", qu'il prétend n'avoir jamais vue ? De quoi a-t-il été témoin, dans son enfance, qui l'amène à devoir purger sa mémoire, lui, l'enfant d'origine indienne, qui fut élevé par un couple étrange, rescapé des camps de la mort. Durant ce voyage à pied et dans le temps, Antoine va faire des rencontres déterminantes, qui le réconcilient peu à peu avec son passé et lui-même.

 

Mon avis :

Fabienne Juhel est très forte, elle a réussi à me faire aimer un livre poétique, un peu fantastique avec un langage très riche et très imagé.
"Il cherche une réponse qui ait la douceur des nuages. Des mots enrubannés de coton, pour que personne ne soit blessé dans l'histoire. Une parole qui ait l'intrigante nécessité de cet horizon impossible à atteindre, impossible à larguer aussi." p.111
 D'habitude ce n'est pas le genre que je préfère, mais les indices semés peu à peu ont titillé ma curiosité. On sent que cet homme dont il est question a une vie remplie de mystères, aussi bien dans son enfance que dans sa vie actuelle. 

Il a eu une relation particulière avec ses parents, il parle d'Eux toujours avec une majuscule, ils lui ont raconté des choses que ne devraient pas entendre des petites oreilles d'enfant. Assez malsain cette ambiance, heureusement qu'il y avait Eugénie et le sorcier pour rétablir l'équilibre.

Il part sur les traces de son passé et nous le suivons au cours de ses rencontres, de ses souvenirs qui remontent à la surface.
Pas facile de terminer une telle histoire, l'auteur est vraiment très forte la fin est magnifique.

Si je n'ai pas mis un meilleur avis c'est qu'à un moment vers le milieu du livre j'ai trouvé que c'était un tout petit peu longuet, mais globalement j'ai vraiment bien aimé.

Livre emprunté à la

  images.jpg

Challenge petit bac
  
Catégorie animal

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture