25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 16:01

                                             

Quatrième de couverture : 
Après l'immense succès de L'Île des oubliés, évadez-vous avec Victoria Hislop pour Une dernière danse dans les ruelles de Grenade. Une odyssée familiale bouleversante prise dans les tourments de l'Espagne franquiste, une histoire d'amour passionnelle au coeur de la cité de l'Alhambra, un siècle de bruit et de fureur andalous.

Quand elle arrive à Grenade pour prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique destinée des lieux et de ses habitants.

Dans les années 1930, le café abrite la famille Ramírez : trois frères aux idéaux opposés, une jeune soeur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis qu'elle tombe sous le charme du gitan guitariste qui l'accompagne, l'Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Résistance, soumission, fuite ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ?

Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer à quel point sa propre existence en sera bouleversée...

Mon avis : 
Une même famille qui vit plusieurs tragédies, c'est hélas possible en temps de guerre et c'est ce qui arrive à la famille Ramirez. Personne ne sera épargné, ni les parents, ni leurs quatre enfants Antonio, Ignacio, Emilio et Mercedes.

J'ai beaucoup aimé suivre les destins des différents personnages : lutte, fuite, emprisonnement... C'est ce que j'ai préféré.
J'ai un peu moins aimé les passages trop axés sur les détails des combats ayant lieu pendant la guerre civile. En revanche cela m'a drôlement rafraîchi la mémoire sur cette guerre.

De cet auteur j'ai adoré L'île des oubliés et beaucoup aimé Le fil des souvenirs.

 

 Livre du club de lecture
         avec mes copines

             

Après l'immense succès de L'Île des oubliés, évadez-vous avec Victoria Hislop pour Une dernière danse dans les ruelles de Grenade. Une odyssée familiale bouleversante prise dans les tourments de l'Espagne franquiste, une histoire d'amour passionnelle au coeur de la cité de l'Alhambra, un siècle de bruit et de fureur andalous.

Quand elle arrive à Grenade pour prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique destinée des lieux et de ses habitants.

Dans les années 1930, le café abrite la famille Ramírez : trois frères aux idéaux opposés, une jeune soeur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis qu'elle tombe sous le charme du gitan guitariste qui l'accompagne, l'Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Résistance, soumission, fuite ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ?

Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer à quel point sa propre existence en sera bouleversée...
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 15:59

                                                

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Années 1980 : Mélodie, une jeune Cannoise, commence son journal intime. 1964 : Yann, un Français habitant New York, semble avoir laissé sa vie derrière lui. Vingt ans plus tard à San Francisco, Benoît voit son couple se déliter alors même que sa carrière de pianiste connaît une envolée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux résistants, Alceste et Agnès se découvrent amoureux grâce à leur correspondance. (...) 

Cinq voix s'élèvent à travers le temps et l'espace pour tenter de saisir leur chance, de comprendre leur vie, de mettre des mots sur le sentiment amoureux. Destin, hasard ou fatalité, un seul être peut savoir ce qui les lie : le lecteur.

Mon avis :
Mélodie, Yann, Benoît, Agnès et Alceste et enfin une vieille femme. Cinq parties pour ce livre qui explore tour à tour les relations familiales, amoureuses, le deuil. Différentes époques, plusieurs continents.

J'aime ces livres qui racontent l'histoire de plusieurs personnages pour lesquels on ne découvre les liens entre eux qu'à la fin. Ici, certains liens apparaissent dès la troisième histoire sur les cinq.

Je ne sais plus quelle blogueuse a précisé dans son billet de ne pas lire l'arbre généalogique du début du livre, je l'en remercie car bien m'en a pris ! Je trouve qu'il vaut vraiment mieux le découvrir à la fin car certains liens ne sont pas super simples.

Les histoires d'amour et de deuil sont très fortes, parfois bouleversantes. Les personnages qui m'ont le plus touchée sont Yann ainsi qu'Agnès et Alceste.

C'est un joli livre. Je ne savais pas à quoi m'attendre en l'ouvrant et ce fut une belle découverte. 

J'aime l'écriture de cet auteur, je l'avais découverte avec La grand mère de Jade un coup de cœur !

Les avis de Canel et L'irrégulière.

 

Merci aux Editions J'ai lu

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2014 4 09 /10 /octobre /2014 16:16

                                           

Quatrième de couverture : 
"Agoraphobe et schizophrène, Thomas Kilbride n’a pas quitté sa chambre depuis quinze ans. Sa seule ouverture sur le monde : son ordinateur, et l’application Whirl360, un site de cartographie en ligne dont il mémorise chaque détail, persuadé que ses connaissances pourront servir à la CIA.

Et puis, un jour, alors qu’il arpente virtuellement les rues de Manhattan, Thomas voit, il en est sûr, le visage d’une femme à la fenêtre, asphyxiée dans un sac plastique.
Peut-on encore la sauver ? Doit-il prévenir la police ? Qui pour croire les propos d’un témoin aussi peu fiable ?

Une seule personne peut l’aider : son frère, Ray, qui avait choisi de prendre ses distances avec la folie de Thomas. 
Cette fois pourtant… Et si Thomas avait réellement assisté à un meurtre ? Et s’il y avait un tueur en liberté ? Et si tout cela n’était que le début d’une terrifiante course-poursuite ?"

 

Mon avis : 
Deux frères, Thomas et Ray, Thomas est fan de logiciel de cartographie sur internet et Ray vient s'occuper de Thomas suite au décès de leur père. Thomas n'est pas très autonome pour les tâches de la vie quotidienne, il a un suivi psy et son père l'a toujours couvé.

Thomas mémorise toutes les cartes de façon impressionnante, mais pas seulement les cartes il connaît toutes les rues des villes, les magasins, les restaurants, les immeubles. Il est persuadé de travailler pour la CIA et un jour il va voir quelque chose à une fenêtre...

J'ai aimé les personnages des deux frères, Thomas énerve Ray avec ses petites manies mais Ray va quand même être mêlé à cette drôle d'histoire de fenêtre.
Sans être hyper palpitant ce livre est très agréable et au final on a vraiment envie de savoir ce que cachent tous ces mystères. En plus de la fameuse fenêtre il y a des choses bizarres autour de la vie et de la mort du père des deux garçons.

Thomas est aussi attendrissant qu'énervant et Ray veut vraiment que son frère soit bien car il ne va pas être facile de le laisser vivre seul alors que le père est mort.

Une histoire de famille, de meurtre, de magouilles politiques, un peu d'amour, une chouette lecture.

 

Livre emprunté à la

     images.jpg

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 10:22

                                             

 

Quatrième de couverture : 
«Tueurs en série de génération en génération, ça reste une drôle de vocation ! Mais toujours au service de l'État. Fallait pas toucher à l'honneur de mes ancêtres... J'aime voir les flics s'agiter à cause de moi, voir leurs gyrophares bleuter les façades du Palais de Justice. Qui éliminera les traîtres à sa mémoire ?»

Ces menaces hantent dramatiquement le «36», au moment où une jeune policière rejoint les «seigneurs» de la Crim', au risque d'assumer une filiation singulière et de se trouver confrontée à une hécatombe dans les rangs du monde judiciaire.

 

Mon avis : 
Une jeune policière arrive au "36" après être passée par la brigade des stups, son arrivée est plus ou moins bien acceptée par ses collègues.

Les plus proches sont Bonnot, pour lequel le boulot passe en premier, avant sa vie privée et Desgranges, qui est à l'opposé, il vit seul avec son fils et sa vie privée passe avant tout.

Plusieurs meurtres ont lieu et les chapitres sur l'enquête alternent avec des chapitres où le tueur parle.

Zoé est un personnage vraiment sympathique, elle est dynamique, sensible et attentive aux autres.

Cette histoire se déroule sur une semaine qui va être très intense. Des indices semés sur les scènes de crime sont autant de pistes (d'ailleurs mes soupçons étaient totalement erronés...), cette histoire est bien menée, c'est en général bon signe quand j'ai hâte de me replonger dans ma lecture.

 

    Livre issu de ma 

         

 


      Catégorie matière

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 15:12

                                           

Quatrième de couverture : 
Une explosion anéantit un village ardéchois. Dans un décor apocalyptique, les sauveteurs exhument un charnier. Les cadavres, véritables cobayes humains, ont subi des mutations génétiques.
Une femme, Laure Dahan, apparaît dans les décombres. Mais ses jours sont comptés. Sa seule obsession : mettre à l'abri sa fille avant qu'il ne soit trop tard. Pour cela, elle est prête à tout et n'hésite pas à semer la désolation sur son passage.
Une course-poursuite s'engage à travers l'Europe entre Laure et Vincent Auger, le commandant en charge de l'enquête. Dans un monde où s'effritent les frontières entre le bien et le mal, il devra choisir son camp.

Mon avis : 
Une explosion, un charnier et tout démarre sur les chapeaux de roue. Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer dans ce livre qui alterne la fuite de Laure et l'enquête de Vincent.
"Vous avez déjà été confronté à un truc de cette ampleur ? Je veux dire, ces dizaines de cadavres, ces transfomations bizarres, ce merdier que tout le monde a l'air de vouloir cacher." p.56

Cette histoire est assez prenante il y est question de manipulations génétiques, d'expériences, cela m'a d'ailleurs paru assez terrible.

Le lecteur est entraîné à la suite des deux personnages à un rythme soutenu ce qui n'a pas été pour me déplaire.

J'ai trouvé que c'était un bon polar et j'en ai aimé la fin !

 

    Livre issu de ma 

         

 


      Catégorie famille

 


      Catégorie bâtiment

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 11:34

                                          

 

Quatrième de couverture : 

Deux semaines pour lui apprendre à aimer de nouveau la vie.

Adam et Christine se croisent une nuit sur le Ha'penny Bridge à Dublin. Il se tient sur le pont, prêt à sauter, désespéré. Apprenant que son trente-cinquième anniversaire approche, Christine se lance un défi incroyable : lui prouver en quelques jours que la vie vaut la peine d'être vécue. Malgré sa détermination, elle sait qu'elle lui a fait une promesse risquée.
Dans cette course contre la montre s'enchaînent aventures romantiques et improbables balades nocturnes. Petit à petit, Christine s'aperçoit qu'Adam reprend bel et bien goût à la vie, mais elle n'est pas au bout de ses surprises...


Un roman qui vous fera rire et pleurer, avec une Cecelia Ahern au sommet de son art.

 

Mon avis : 
J'ai reçu ce livre de la part de l'éditeur sans l'avoir demandé alors je l'ai mis de côté.
Il est donc resté quelques mois sur mon étagère.
J'avais envie d'une lecture facile et de plus ce titre entrait dans l'une des catégories du Petit Bac. Il faut dire que ce challenge m'aide souvent à choisir mes lectures.
Bonne pioche ! 
Christine veut aider Adam à retrouver goût à la vie, à reconquérir Maria. Heureusement elle est fan des livres sur les méthodes en tout genre : 45 façons d'être optimiste, Cinq façons de montrer votre amour, Dix façons d'économiser votre énergie... mais celui qu'elle choisit pour aider Adam c'est Trente façons simples de profiter de la vie.
J'ai beaucoup aimé ces deux personnages et au final la méthode choisie par Christine va également lui être bénéfique.
Lecture facile et agréable tout ce dont j'avais besoin et en prime j'ai souri de  nombreuses fois.
Alors ce n'est sans doute pas de la grande littérature mais ce n'est pas ce que je demandais à ce  livre.
Lue en un week-end, cette histoire a répondu à mes attentes du moment et je vais en garder un bon souvenir.

L'avis de Keisha.

Merci aux Editions Flammarion.


         Catégorie couleur

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 17:07

                                            

 

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Libéré de l'horreur des tranchées où il a combattu, Tom Sherbourne, de retour en Australie, devient gardien de phare sur l'île de Janus, une île sur les Lights, sauvage et reculée. À l'abri du tumulte du monde, il coule des jours heureux avec sa femme Isabel ; un bonheur peu à peu contrarié par (...)
Jusqu'à ce jour d'avril où (..). Isabel demande à Tom d'ignorer le règlement, de ne pas signaler «l'incident» (...) Une décision aux conséquences dévastatrices... Un premier roman plébiscité dans le monde entier qui interroge les liens du coeur et du sang.

Mon avis :
Pour être gardien de phare dans les années 1920 il faut aimer la solitude, il faut économiser ses provisions car le bateau qui apporte des réserves ne vient que tous les trois mois. Et pourtant Tom ne s'ennuie jamais, il y a toujours quelque chose à faire.

Sa vie change quand Isabel vient vivre avec lui. J'ai beaucoup aimé leur vie sur cette petite île, leur relation, leur vie qui se construit.

Mais un jour ils trouvent quelque chose, doivent-ils le déclarer ? normalement tout ce qui se passe sur l'île doit être consigné, le règlement est strict sur ce point.

A partir de ce moment, Tom et Isabel ne sont plus forcément d'accord sur tout. L'un des deux a influencé l'autre pour à la décision à prendre. Leur vie sera changée à tout jamais.

Mon avis a évolué au fil de ma lecture, j'ai adoré le début, j'ai trouvé quelques longueurs au milieu et j'ai aimé la fin.

Au final un bon moment de lecture mais dès les premières pages lues je pensais que je l'apprécierais un peu plus encore.

 

          Livre prêté
       par ma sœurette
                Merci !       

             
 


       Catégorie lieu

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 15:57

                                               

Quatrième de couverture :
Depuis que l'inspecteur Aloysius Pendergast et Constance Greene, sa pupille, ont embarqué sur le Britannia en quête d'un coffre volé dans un monastère, de mystérieux phénomènes se multiplient. Qui a bien pu soulever le couvercle du coffre contenant l'énigmatique relique tibétaine, l'Agozyen ? D'où vient la puissance maléfique qui se déchaîne, semant la panique à bord du luxueux paquebot de croisière ? La lutte qui s'engage semble désespérée... À moins que le secret de Constance puisse éviter la catastrophe.

 

Mon avis : 
L'histoire commence par le mystère d'une disparition dans un monastère. Aloysius Pendergast et Constance Greene partent en recherche sur le Britannia, un paquebot qui effectue la traversée de l Atlantique.

Le premier tiers du livre n'est pas hyper palpitant mais assez intrigant : une disparition puis deux, une personne qui perd la tête, un meurtre et cela ne fait que commencer. Le rythme s'accélère progressivement et j'ai apprécié ma lecture de plus en plus.

Pas facile de trouver le ou les coupables parmi plus de 2000 passagers d'autant plus qu'il est aussi question d'un démon qui rôde, réel ou imaginaire ? Force mystique ? Certains passages sont angoissants : tempête, dispute pour le commandement, révolte des passagers...

Les auteurs ont réussi à me faire aimer ce livre alors que le début ne m'emballait pas vraiment. Les chapitres sont courts et rythmés, on passe d'un endroit du bateau à un autre, de personnage en personnage,  danger et action sont au rendez-vous. Un bon livre pour les vacances.

 

        Livre issu de ma 

         

 


       Catégorie gros mot    

 

     
 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 16:31

                                  

Quatrième de couverture : 
Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s'enorgueillit d'un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s'élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages. 
Du haut de ses huit ans, le jeune Arnau Estanyol contemple le chantier. À l'image de ce chef-d'œuvre en devenir, l'ascension de ce fils de paysan exilé parti de rien sera fulgurante. Devenu consul et proche du roi, humaniste et philanthrope, il n'oubliera jamais que son destin est placé, depuis sa naissance, sous le signe des tragédies : l'ombre de la Sainte Inquisition plane sur ses ambitions, et la Grande Peste s'apprête à s'abattre sur le Nord de l'Espagne...

 

Mon avis : 
Voici un bon gros pavé de + de 800 pages en format poche, j'ai donc attendu d'être en vacances pour le lire. Cette année ce sera ma seule participation au challenge organisé par Brize.

Je vais commencer par ce que j'ai moins aimé : comme d'habitude dans ce genre d'histoire je n'aime pas trop tout ce qui concerne les tractations politiques et ce qui est très historique. C'est pourtant indispensable mais il m'en faudrait vraiment un minimum.

En revanche j'ai beaucoup aimé tout ce qui avait trait à la vie du héros, Arnau. Ce personnage et sa vie sont incroyables, j'ai aimé le suivre depuis sa tendre enfance jusqu'à un âge avancé. 
Il est beaucoup question de fuite, de courage, d'amour paternel et filial
, de vengeance et aussi d'amour. Les histoires autour de la peste sont bien sûr très touchantes, celles autour de l'inquisition sont révoltantes.

La construction de la cathédrale de la mer est passionnante et cela m'a fait penser aux bâtisseurs de cathédrales dans Les piliers de la terre de Ken Follett (un de mes livres préférés).

Un pavé que je vous conseille si le nombre de pages ne vous rebute pas trop.

 

       Livre issu de ma 

         
 

     

 


      Catégorie bâtiment

Partager cet article
Repost0
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 14:07

                             

 

 

Quatrième de couverture : 
Chloé a une hanche qui se bloque à cause d'un petit bout d'os mort. Antoine a un doigt retourné, plié en deux pendant un cours de tennis. Les voilà qui partagent la même chambre d'hôpital, un soir d'hiver, avant leurs opérations respectives. Leurs regards se croisent, s'attrapent, se reconnaissent. Très vite, ils se découvrent un autre point commun. Ils sont tous deux orphelins de père, et un peu morts depuis, à l'intérieur. Il neige sur le fleuve. La nuit est éclairée par des cracheurs de feu. Antoine a envie d'entraîner Chloé. Chloé a envie de se laisser entraîner par Antoine. Ce qu'ils vont partager, cette nuit-là, c'est bien plus qu'une chambre d'hôpital, bien plus que des souvenirs de blessures, bien plus que la peur du lendemain.

Mon avis :
Chloé et Antoine ont fait connaissance à l'hôpital, ils se sont trouvés beaucoup de points communs.
Ils racontent chacun leur version de la nuit à tour de rôle ainsi que leur vie avant et après ce séjour hospitalier.

J'ai lu ce livre d'une traite, c'est bien raconté et assez touchant.

Mon ado fille de 16 ans a aimé.
Moi aussi mais j'ai trouvé que c'était un peu léger, un peu court, un peu simple, mais un bon livre pour ado pas tellement destiné aux adultes (pas à moi en tous cas...).

 

L'avis de A propos de livres.

 

 Livre emprunté à la

     images.jpg

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture