20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 18:57
La battue de Gaël Brunet

...

Quatrième de couverture :
Le chalet est perdu dans un paysage magnifique, avec le Mont-Blanc à l'horizon. Olivier est né et a grandi là, sur l'exploitation familiale. Pourtant, cela fait des années que ce trentenaire devenu parisien n'est pas revenu au village natal.

Mais, cet été-là, sur l'insistance de sa mère et celle de sa jeune compagne, il se décide enfin à renouer les liens avec les siens. Sous l'ombre imposante des montagnes, arriveront-ils à desserrer les tenailles du passé ?

 

Mon avis : 
Olivier n'a plus de contact avec son père depuis de nombreuses années et quand ils se revoient enfin le passé les empêchent de se parler.

L'ambiance entre le père et le fils est vraiment pesante, la maman est triste et petit à petit on découvre le pourquoi de cette situation. 

Une histoire sensible et touchante dans une belle région.
J'ai aimé le discours plein de bon sens et la fraîcheur d'Anouk l'amie d'Olivier.

L'écriture de cet auteur est pleine de sensibilité, les sentiments à fleur de peau sont très bien retranscris.

Du même auteur j'avais adoré Tous les trois.

 

Livre emprunté à la

       images.jpg

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 16:54
Ne la quitte pas des yeux de Linwood Barclay

...

Quatrième de couverture : 
Journaliste dans une rédaction locale, David Harwood travaille trop. Passer une journée en famille dans un parc d'attractions était une bonne idée... Pourtant, à peine arrivés, Jan, son épouse, se volatilise.
Escapade préméditée ? Kidnapping ? David doit accepter qu'il ne sait rien de cette femme dont il partageait la vie.
Suspect numéro un aux yeux de la police, il part à la recherche de la vérité.

 

Mon avis : 
Un bon petit policier rythmé, pas forcément original mais très sympa à lire.

La femme de David disparaît et l'auteur fait tout pour que celui-ci nous apparaisse comme un bon père, un bon mari, presque trop parfait et pourtant c'est sa femme qui est louche en disparaissant brutalement.

Après un début qui m'a paru un peu laborieux avec la description du contexte dans lequel se produit la disparition de la femme de David, toute la suite de l'aventure ne m'a pas du tout ennuyée.

C'était un bon livre, mon seul bémol sera la fin un peu too much. 

 

  Livre issu de ma 

   

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2015 7 26 /07 /juillet /2015 16:21
Après la fin de Barbara Abel

...

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Une banlieue calme, aux maisons mitoyennes entourées de jardins bien entretenus.

Des voisins modèles : Tiphaine et Sylvain, couple soudé aux prises avec un ado un peu rebelle, Milo. C'est le cadre idéal dans lequel Nora, récemment divorcée, vient d'emménager avec ses deux enfants. Mais Nora ne sait pas encore que (...)

Et dans l'ignorance, Nora donne sa confiance...

Mon avis : 
De cet auteur j'ai lu Derrière la haine qui est la première histoire mettant en scène les personnages retrouvés ici. J'avais bien aimé et cela m'a donné envie de découvrir cette suite.

Même ambiance, mêmes personnages (sauf ceux disparus prématurément dans le premier volume). 

26 et 28 rue Edmond Petit, deux adresses où il ne fait pas bon habiter. Il ne faut surtout pas se fier aux apparences ! Les voisins ont l'air bien sympathiques, bien sous tous rapports.

J'ai pris du plaisir et de l'intérêt à lire cette histoire. C'est prenant MAIS la surprise est moins grande qu'à la lecture de la première histoire car je m'attendais à ce que ce soit bien tordu.

Qui va mourir, qui va s'en sortir ? Il y a évidemment des surprises et c'est bien amené.

On ne sait jamais ce que cachent les murs de nos voisins !!!!!! D'ailleurs les nôtres viennent de déménager.... A bientôt peut-être sur ce blog !

 

 Livre issu de ma 

   

 

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 15:56
Si c'est un homme de Primo Levi

...

Quatrième de couverture : 
"On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur.
Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité." (Angelo Rinaldi.)

 

Mon avis : 
J'ai lu ce livre parce que mon fils l'a lu il y a quelques mois.
J'ai lu ce livre parce qu'il est allé visiter Auschwitz il y a quelques semaines.
J'ai lu ce livre parce que je voudrai que ma fille de 17 ans le lise aussi et je voulais savoir si je pouvais le lui conseiller.
Et surtout j'ai lu ce livre parce qu'il ne faut pas oublier !!!! surtout pas ! 

"Il est impossible d'aller plus bas : il n'existe pas, il n'est pas possible de condition humaine plus misérable que la nôtre. Plus rien ne nous appartient : ils nous ont pris nos vêtements, nos chaussures, et même nos cheveux;..." p.34

Une des choses qui a été marquante pour mon fils durant cette visite, même si tout l'a été, c'est cette pièce vitrée et fermée qui contient deux tonnes de cheveux. Et il a été frappé par la réalité que cela donnait à toutes ces personnes qui les portaient.

"La loi du Lager disait : 'mange ton pain, et si tu peux celui de ton voisin' " p.250

Je n'ai pas retrouvé le passage où Primo Levi explique qu'ils avaient faim et froid à un tel point qu'il aurait fallu inventer de nouveaux mots pour l'exprimer.

Et un autre passage où il dit qu'ils avaient tellement froid en hiver que la faim passait au second plan, mais dès que l'hiver se terminait c'est la faim qui prenait le dessus. 

Ce sont les plus débrouillards qui s'en sortaient plus ou moins, pour les autres c'était la mort assurée.

Il est toujours aussi poignant de lire un livre sur la vie d'un camp de concentration.
Je n'ai pas appris énormément de choses nouvelles sauf la libération du camp alors qu'il ne restait plus que ceux qui étaient malades à l'infirmerie.

Un livre contre l'oubli et pour le souvenir. Important !

Ci-dessous la photo de l'entrée, là ouù arrivaient les trains, et une photo des couchettes.

 

Livre issu de ma 

   

 

Si c'est un homme de Primo Levi

...

Si c'est un homme de Primo Levi

...

Partager cet article
Repost0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 15:28
1, rue des petits-pas de Nathalie Hug

...

Quatrième de couverture :
Lorraine, hiver 1918-1919. Dans un village en ruines à quelques kilomètres du front, une communauté de rescapés s'organise pour que la vie continue.


Louise, seize ans, est recueillie au 1, rue des Petits-Pas par une sage-femme qui va lui transmettre son savoir : accoucher, bien sûr, mais aussi lire et écrire, soigner les maux courants et, enfin, être l'oreille attentive de toutes les confidences. Mais dans ce village ravagé par la guerre et isolé du monde, les légendes nourrissent les peurs, et la haine tient les hommes debout. Ces peurs et cette haine, Louise va devoir les affronter car elle exerce son art dans l'illégalité, élève un enfant qui n'est pas le sien, aime un être qu'elle n'a pas le droit d'aimer, et tente de se reconstruire dans cet univers où horreur et malveillance rivalisent avec solidarité et espoir.

Avec 1, rue des Petits-Pas, Nathalie Hug compose avec talent un magnifique roman d'apprentissage, d'une sincérité et d'un réalisme bouleversants.

 

Mon avis : 
Dans cette histoire on découvre d'une part la vie d'un village détruit après la première guerre mondiale et d'autre part ce qui s'est auparavant passé pour les personnages. 

C'est notamment l'histoire de Louise qui devient sage-femme auprès d'Anne et de Vida. 

J'ai beaucoup aimé tout ce qui a trait à l'obstétrique de l'époque qui était déjà bien avancée, à ma grande surprise. En revanche les sages-femmes sont en général limitées dans leurs pratiques sous peine d'amende ou d'emprisonnement. 

J'aurais du prendre quelques notes sur les personnages qui sont assez nombreux et j'avais parfois un peu de mal à m'y retrouver.

Ce livre n'est pas un coup de cœur car je l'ai trouvé confus au niveau des personnages mais c'est quand même une belle découverte.

 

Livre emprunté à la

       images.jpg

Partager cet article
Repost0
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 19:12
Central Park de Guillaume Musso

...

Quatrième de couverture :
New York, huit heures du matin.

Alice, jeune flic parisienne, et Gabriel, pianiste de jazz américain, se réveillent menottés l'un à l'autre sur un banc de Central Park. Ils ne se connaissent pas et n'ont aucun souvenir de leur rencontre.
La veille au soir, Alice faisait la fête avec ses copines sur les Champs-Élysées tandis que Gabriel jouait du piano dans un club de Dublin.
Impossible ? Et pourtant...
Les questions succèdent à la stupéfaction. Comment se sont-ils retrouvés dans une situation aussi périlleuse ? D'où provient le sang qui tache le chemisier d'Alice ? Pourquoi manque-t-il une balle dans son arme ?
Pour comprendre ce qui leur arrive et renouer les fils de leurs vies, Alice et Gabriel n'ont pas d'autre choix que de faire équipe. La vérité qu'ils vont découvrir va bouleverser leur existence...
 
Mon avis : 
Comme d'habitude avec Musso j'ai lu ce livre très rapidement.

C'est un roman plutôt policier et l'histoire est sans temps mort.

J'ai bien aimé mais je pense que je l'aurais oublié d'ici quelque temps comme souvent avec cet auteur, d'autant plus que c'est quand même un peu tordu... mais bien trouvé je l'avoue.

Un bon livre de vacances, c'est déjà ça !
 

  Livre issu de ma 

   

 
 
 
Partager cet article
Repost0
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 17:04
Le voyant de Jérôme Garcin

...

Quatrième de couverture :« Le visage en sang, Jacques hurle : « Mes yeux ! Où sont mes yeux ? » Il vient de les perdre à jamais. En ce jour d'azur, de lilas et de muguet, il entre dans l'obscurité où seuls, désormais, les parfums, les sons et les formes auront des couleurs. »

Né en 1924, aveugle à huit ans, résistant à dix-sept, membre du mouvement Défense de la France, Jacques Lusseyran est arrêté en 1943 par la Gestapo, incarcéré à Fresnes puis déporté à Buchenwald. Libéré après un an et demi de captivité, il écrit Et la lumière fut et part enseigner la littérature aux États-Unis, où il devient « The Blind Hero of the French Résistance ». Il meurt, en 1971, dans un accident de voiture. Il avait quarante-sept ans.

Vingt ans après Pour Jean Prévost (prix Médicis essai 1994), Jérôme Garcin fait le portrait d'un autre écrivain-résistant que la France a négligé et que l'Histoire a oublié.

Mon avis : 
"Son sourire est son regard" p.49

Le petit Jacques devient aveugle à huit ans, il n'est pas du genre à se lamenter mais au contraire il visualise très bien ce que ses yeux ne lui transmettent plus.
Il est heureux, aimé de sa famille et de ses amis. Il est brillant, courageux et devient résistant très jeune. 

Je trouve que le terme "lumineux" lui correspond bien.

A son retour de déportation il n'est plus le même homme et cela se comprend. Il a changé, il est comme vidé. Sa vie familiale et amoureuse en sera perturbée durant les 24 années de sa vie après la guerre.

Ce livre est un bel hommage à cet homme qui a fait de très belles choses dans sa jeunesse.

Je n'avais jamais entendu parler de ce résistant qui est pourtant enterré à une vingtaine de kilomètres de chez moi.

Je ne connaissais pas non plus cet auteur qui a une belle plume et reste très abordable. 

 

L'avis de Sylire, la tentatrice.

 

 Livre emprunté à la

       images.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 10:55
L'âme du mal de Maxime Chattam

...

Quatrième de couverture : 
Pas plus que sa jeune acolyte, le profileur Brolin ne pense que les sérial killers reviennent d'outre-tombe. Fût-il le monstrueux bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper avec précision. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit, identique : un même rituel horrible. Le nouveau tueur agit-il seul ou fait-il partie d'une secte ? Pure sauvagerie ou magie noire ? Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu'on lui a enseigné. S'immerger complètement dans la psychologie d'un monstre, le comprendre afin de le cerner et de prévoir ses crimes, devenir un monstre soi-même, tels sont les moindres risques de son métier. On dit au FBI qu'il s'en faudrait d'un rien pour qu'un bon profileur aille rejoindre la galerie de ses pires clients. Peut-on impunément prêter son âme au mal ?

 

Mon avis : 

Magie noire, crimes, revenant, j'ai bien aimé ce livre malgré ses scènes glauques assez nombreuses. 

L'enquête est intéressante et les personnages sont vraiment bien étudiés. 

L'auteur ne ménage pas ses héros et leur vie ne tient parfois qu'à peu de chose.

Pas de temps mort dans cette enquête que j'ai dévorée en quelques jours.
 

Livre issu de ma

Partager cet article
Repost0
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 15:03
Les dieux voyagent toujours incognito de Laurent Gounelle

...

Quatrième de couverture :
Imaginez : vous êtes au bord du précipice. À l'instant fatidique, un homme vous sauve la vie. En échange : votre engagement à faire tout ce qu'il vous demandera. Vous acceptez et vous voilà embarqué dans un incroyable voyage où tout semble vous échapper.

Plus qu'un roman, une réflexion sur soi-même qui nous invite à prendre notre destin en main.

Mon avis : 
Sous couvert d'une histoire romancée, l'auteur nous présente ici une réflexion sur soi-même et notamment sur la manière d'améliorer la confiance en soi.

Autant je ne suis pas attirée par les livres qui traitent de ce genre de sujet, autant j'ai aimé cette façon romancée d'aborder la question.

Et le plus drôle c'est que juste après avoir terminé ce livre je me suis retrouvée à tester involontairement une des méthodes employées ici.

Je ne sais pas s'il m'en restera grand chose sur le long terme mais c'est une façon très agréable de réfléchir un peu sur son propre comportement.

Certains passages m'ont même fait rire, notamment celui ou Alan découvre le Roquefort et ne veut pas manger de fromage pourri, j'ai même lu cet extrait à ma fille car je l'ai trouvé excellent.

Une lecture détendante en même temps qu'enrichissante.
 

Livre prêté par une copine
     
  

 

 

Partager cet article
Repost0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 18:16
L'innocence des bourreaux de Barbara Abel

...

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Dans une supérette de quartier, quelques clients font leur course, un jour comme tant d'autres.
Parmi eux une jeune maman qui a laissé son petit garçon de trois ans seul à la maison devant un dessin animé. Seulement quelques minutes le temps d'acheter des couches pour la nuit.
Parmi eux, un couple adultère, parmi eux une vieille dame et son aide familiale, un caissier qui attend de savoir s'il va être papa, une mère en conflit avec son adolescent...
Des gens normaux, sans histoire, ou presque.
Et puis un junkie qui, à cause du manque, pousse la porte du magasin, armé et cagoulé.
Mais (...), la vie de ces hommes et femmes ordinaires bascule dans l'horreur. Dès lors, entre victimes et bourreaux, (...).

 

Mon avis : 
Ce livre est à déconseiller aux personnes trop sensibles (Sylire ?).

Cela commence tranquillement par la présentation des personnages qui vont se retrouver confrontés au même évènement. Leur description est rapide mais ils sont très bien dépeints (âge, vie, enfant, travail, amour), on se fait rapidement une idée de chacun. Ils vont tous au même endroit et la supérette va être le lieu dans lequel va se dérouler une petite moitié du livre.
On se doute bien que tout ne va pas bien se passer mais on n'imagine pas à quel point !

J'ai été rapidement embarquée dans cette histoire et j'ai aimé car on va de surprise en surprise. L'auteur n'y va pas avec le dos de la cuillère et certains passages font frémir (même un peu trop).

J'avais hâte de retrouver ce livre à chaque interruption, le rythme est enlevé et l'idée plutôt originale.

L'avis de Canel.

De cet auteur j'avais déjà aimé Derrière la haine.

Merci aux Editions Belfond

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture