1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 05:20
Sequestree.jpg Quatrième de couverture :

Séquestrée !

Annie O'Sullivan, 32 ans, est agent immobilier sur l'île de Vancouver. Par un dimanche ensoleillé d'août, l'homme à qui elle fait visiter une maison lui plante le canon d'un revolver dans le dos et l'oblige à monter dans une camionnette.
Après un an, elle recouvre la liberté.
Quand Annie se réveille, elle est prisonnière, isolée dans une cabane au milieu des bois. Début d’un enfer au cours duquel ce monstre fera d’elle sa chose.

Tortures psychologiques et sévices se succèdent… jusqu’à ce qu’elle parvienne enfin à s’échapper.
Mais son cauchemar ne fait que commencer...

Débutent alors les séances chez sa psy. Annie révèle peu à peu l’horreur pour mieux d’exorciser et réapprendre à vivre. Mais le pourra-t-elle jamais ? Un premier thriller choquant, terrifiant, envoûtant, inoubliable.  

Mon avis :

Dès le début on sait qu'Annie va s'en sortir car ce livre est découpé en autant de chapitres que de séances chez le psy. Une psy que l'on entend jamais d'ailleurs, c'est Annie qui va nous raconter son histoire, sa vie, l'avant, le pendant et l'après de cette séquestration.

Le récit de la captivité d'Annie m'a tenue en haleine, elle subit des souffrances physiques et psychologiques de la part de celui qu'elle appelle le Monstre. J'ai souffert avec elle du début à la fin de cette captivité, il est facile et horrible de s'identifier à cette jeune femme.

En même temps que sa captivité, on découvre sa vie avant et après, les séquelles de cette année passée loin de chez elle, les relations avec sa famille, ses amis, son amoureux.

Je ne me suis pas du tout doutée de ce qui allait arriver et j'ai passé un très bon moment de lecture même s'il était bien stressant.

livre 55Mr a bien aimé aussi (il a lu jusqu'à 1h du matin !) mais il se doutait de la chute, c'est un petit malin ! Il a beaucoup moins stressé que moi mais il n'a pu s'identifier à la séquestrée bien sûr.  

Les avis de Canel, Cynthia, Stephie, Liliba et Noukette.

 

Livre prêté par Canel : Merci !
  PERSO1.gif

 Rentrée littéraire 201115

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 04:20
L'oeil de Caine Quatrième de couverture :
Tout le monde cache quelque chose.
Votre voisin, votre femme, votre ami...
Et si vous pouviez tout savoir ?
Connaître leurs peurs, leurs secrets intimes ?
Dix candidats, dix secrets.

Des gens comme vous et moi. Enfin comme vous surtout. Parce que moi, je ne suis pas au programme : je suis l'invité surprise. Celui qui rôde en attendant son heure. Celui qui va les embarquer là où rien n'est prévu. Dans mon jeu sanglant. Mon propre mystère.

Mon avis :

Cela faisait longtemps que je n'avais pas dévoré un thriller de façon aussi enthousiaste ! Ce roman est très prenant, très facile à lire. Le rythme est vraiment soutenu, il n'y a pas de temps mort (mais des morts oui !).

Ce jeu de téléréalité qui dérape est très bien mené, certaines scènes sont vraiment stressantes.
Les questions qui se posent son nombreuses : Qui est coupable d'avoir entraîné tout le monde dans cette galère ? A qui faire confiance ? Qui tire vraiment les ficelles de cette histoire ?

La curieuse que je suis a aimé découvrir les secrets des candidats et on en découvre encore alors que tout semble terminé !

Vous l'aurez compris, pour une fois, j'ai un avis très positif sur un thriller.

 

  Livre emprunté à la
     images.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 04:20
Tuer-le-pere.jpg

Quatrième de couverture :
Allez savoir ce qui se passe dans la tête d'un joueur.

 

Résumé :

Joe a quatorze ans, il se retrouve seul. Il est fan de magie et rencontre Norman, un maître en la matière, qui va tout lui apprendre. Il va découvrir une vie de famille avec Norman et Christina. Mais où tout cela va-t-il nous conduire ? Norman sera-t-il son père de substitution et Joe le fils de Norman ?

Mon avis :

Je n'avais rien lu de cet auteur depuis 2006 (!) et je suis bien contente de l'avoir fait. Je ne peux pas comparer avec ses autres romans car j'en ai trop peu lus et il y a trop longtemps.

J'ai beaucoup aimé cette histoire, elle est très bien racontée. On y rencontre des personnages qui tissent des relations fortes, tout est décrit et étudié en profondeur.
L'histoire se passe dans un monde que je ne connais pas du tout, la magie et la jonglerie, de belles descriptions de métiers exercés par des passionnés, on y rencontre aussi des personnalités assez particulières. 
 

J'ai lu ce livre en deux temps trois mouvements hier après-midi : deux trajets en bus et le reste en rentrant à la maison, une fois commencé j'avais vraiment envie de le finir et ça c'est plutôt bon signe.

Tuer le père lu en partenariat avec Priceminister à l'occasion de la rentrée littéraire : Merci !

 

Rentrée littéraire 201113

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 04:20
Le-jardin-des-glaces.jpg Quatrième de couverture :
Sous les frondaisons de son jardin modèle, un homme cultive l'art de vivre au rythme des saisons. Mais derrière la barbe argentée et le chapeau de paille se cache Arnold Francart, le grand explorateur. Pourquoi a-t-il abandonné sa prestigieuse carrière ? Pour oublier la disparition tragique de son assistant dans le Grand Nord canadien ? Ce sont les réponses que la jeune Barbara vient chercher à l'ombre des arbres en fleurs... Jean-Claude Servais signe un thriller psychologique implacable. Entre l'horizon immaculé de la banquise et le huis clos verdoyant d'un jardin ardennais, son crayon sensuel trace le portrait d'une nature multiple, parfois menaçante, toujours menacée.

Mon avis :

Quel beau jardin ! J'ai été particulièrement touchée par la délicatesse des dessins de ce bel endroit ainsi que par celle des visages. On découvre ce jardin au fil des saisons de cette histoire et il est vraiment magnifique. Je l'admire d'autant plus quel le mien ne ressemble en rien à cette œuvre d'art ....

C'est une histoire sur la culpabilité qui dure toute une vie, j'ai aimé que les informations arrivent petit à petit sur ce qui s'est vraiment passé dans le Grand Nord Canadien lors d'une expédition. Arnold Francart est rongé par le remords et je l'ai trouvé attachant sous sa rudesse apparente.
Les passages dans le grand froid ont donné le frisson à la grande frileuse que je suis !
 
A la fin du livre l'auteur explique comment lui est venue l'idée de cette histoire, c'est toujours sympa d'en apprendre un peu plus sur l'origine d'un livre.  
 

Livre emprunté à la
  images.jpg

 

Challenge petit bac
   Catégorie végétal

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 04:20
Broderies Résumé :
Chez les Satrapi, lors des fêtes de famille, le ventre bien rempli et les hommes à la sieste, les femmes se réunissent autour d'un samovar pour pratiquer la "ventilation du coeur " : c'est à qui racontera l'histoire la plus croustillante, et l'on comprendra bientôt le sens ambigu du terme Broderies.

Mon avis :

En ouvrant ce livre je ne m'attendais pas du tout à ce que j'allais découvrir, et notamment qu'il n'y est pas du tout question de broderie dans le sens où on l'entend couramment. Ce mot est en effet employé avec une toute autre signification, étonnante et très imagée.

Entre potins et confidences, ces femmes échangent sur l'intime de leurs vies, le mariage, la fidélité, l'amour, la virginité, le divorce. Autant de thèmes que je ne pensais pas voir aborder dans ce livre ni surtout de cette façon. Elles sont très libres de parler entre elles et le ton est parfois surprenant, léger ou même assez cru.

De nombreux passages m'ont fait sourire et cette BD est très agréable à lire. J'ai été un peu surprise au début par les dessins qui paraissent assez sommaires mais néanmoins très expressifs.

Une belle surprise alors qu'en ouvrant le livre avant de l'emprunter il n'avait pas l'air de me tenter plus que ça, mais j'en avais entendu parler plusieurs fois de façon positive et j'ai bien eu raison de le lire quand même.

 

Livre emprunté à la
images.jpg
Challenge petit bac
Catégorie sport/loisir

 

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 04:20
Quinze kilomètres trois Quatrième de couverture :
Quinze kilomètres trois. La distance qui les sépare du Cap Blanc-Nez. Cette échappée, c'est leur secret, aux petites. Ce matin, elles fuient l'ennui des jours, un avenir sans promesse. Elles s'en vont, légères. Dans le paysage à la fois brutal et magnifique de la Côte d'Opale, Martine Laval suit les deux adolescentes, espionne leur désoeuvrement et fait entendre d'autres voix - une prof, un cousin, une voisine. Tous cherchent à comprendre le pacte qui les emmène à la falaise.

Mon avis :

Voici une histoire terrible que l'auteur nous raconte à sa façon. Deux ados prennent une décision terrible, elles vont aller ensemble se jeter d'une falaise. Je me rappelais bien de cette histoire vraie qui m'avait marquée à l'époque.

La partie qui m'a le plus touchée c'est la première, intitulée Deux filles. L'auteur raconte l'histoire comme si elle suivait les deux filles, le ton est tendre quand elle les appelle ses petites, ses mignonnes. Les phrases sont courtes et percutantes, c'est assez bouleversant.

Les parties suivantes concernent d'autres personnes concernées par ce drame, une prof, une autre fille, le cousin, une lectrice, le paysage. L'auteur donne l'impression qu'elle écoute ce que ces personnes ont à lui dire.

Ce livre sonne comme un hommage à tous ces ados en mal de vivre, je ne peux qu'être touchée étant moi-même maman d'adolescent(e)s.

C'est Clara qui m'avait tentée avec son avis.   

Livre emprunté à la
   images.jpg

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 04:20
Skoda Quatrième de couverture :
Un jeune homme reprend conscience. Autour de lui gisent ses camarades d’infortune. L’histoire se passe de nos jours, dans un pays qui n’est pas nommé. A quelques mètres, une voiture, une Skoda – elle aussi victime du raid aérien. A l’intérieur, un bébé respire encore. Après quelques hésitations, l’homme prend l’enfant dans ses bras et part sur la route. Notre monde et sa violence. Mais aussi, le lien qui se crée entre un jeune homme et un enfant. La beauté de la vie contre l’absurdité de la mort.

Mon avis :

J'ai lu ce livre d'une seule traite et je vous conseille d'en faire de même, 95 pages vite lues et très fortes.

Certains passages m'ont fait sourire, d'autres m'ont attendrie mais cette histoire a aussi des côtés terrifiants. Elle se passe sur quelques jours, le jeune homme fait des rencontres au fur et à mesure de son avancée sur la route. 

J'ai beaucoup aimé ce mélange de tendresse et de dure réalité, ce lien qu'il crée avec ce bébé dont il ne connaît même pas le prénom, il le nomme avec la marque de la voiture dans laquelle il l'a trouvé.

En peu de pages l'auteur réussit à créer toute une atmosphère, j'ai eu l'impression d'accompagner ce jeune homme sur la route, j'ai eu peur pour lui et le bébé.

Alors oui, lisez-le, je pense que vous ne serez pas déçus.

Les avis de Stephie, Clara, A propos de livres, Noukette, Angigone et Yv. 

  

Livre emprunté à la
  images.jpg

 Rentrée littéraire 20119

Challenge petit bac
 Catégorie prénom

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 04:20
Les domestiques  

Quatrième de couverture :
"Famille Martí cherche couple pour travaux
domestiques. Salaire à négocier."

C’est ainsi que les Ramírez, jeunes gens aux abords courtois et discrets, se présentent à l’entrée d’une finca perdue dans les plaines argentines. Depuis que l’heure de la retraite a sonné, Pablo et Isabel Martí y coulent des jours heureux entre chant de grives au crépuscule, fragrance de jasmin étoilé et silence cosmique.

Le malentendu est manifeste, mais les explications sont longues et il se fait tard. C’est un véritable majordome en livrée qui s’enquiert, le lendemain, des habitudes de "Monsieur et Madame". Endossant pernicieusement un rôle que les retraités leur refusent avec la dernière énergie, les Ramírez légitiment leur présence au seul motif qu’aucune cause valable de renvoi ne peut leur être objectée.

De simplement absurde à absolument insoutenable, la tension croît et précipite maîtres et serviteurs dans l’irrépressible spirale de la loi du talion.  

Mon avis :

Encore un livre pour lequel il ne faut pas trop raconter l'histoire, un jeune couple de domestiques répond à une annonce en se présentant chez un couple de vieilles personnes. Ils ne semblent pas attendus.

Est-ce un complot ? une blague ? Sont-ils amis ou ennemis ?

L'ambiance de la vie dans cette maison devient très particulière, et on se demande où l'auteur veut nous emmener.

C'est très bien fait, et la fin est ... surprenante !

Livre emprunté à la

   images.jpg

Challenge petit bac
   Catégorie métier

 



Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 04:20
La double vie d'Anna Song  Quatrième de couverture :
Anna Song, "la plus grande pianiste vivante dont personne n'a jamais entendu parler", laisse derrière elle une œuvre discographique sans précédent. Malgré la maladie, et clans un engagement du corps et de l'âme proche de la ferveur, elle a voué ses dernières années à arpenter, avec une indéfectible justesse, un territoire musical des plus vastes. Gardien du temple et architecte de la légende : Paul Desroches, son mari et producteur. Mais tandis que celui-ci raconte la femme aimée, de l'émerveillement enfantin aux patientes années d'une vie partagée dans une sorte de culte de la beauté, le scandale éclate.

Anna Song n'aurait pas enregistré une seule note de sa discographie, pillée ailleurs par l'amoureux démiurge. Imposture, falsification, trahison : au concert de louanges nécrologiques succède le tapage de l'opprobre, relayé par des médias d'autant plus féroces que bernés. C'est un fascinant jeu de miroirs qu'orchestre ici Minh Tran Huy dans un deuxième roman qui confirme l'avènement d'un univers d'une impressionnante cohérence. Où l'on retrouve l'omniprésente absence du pays des origines, le Viêtnam, dont la réalité floutée par le temps et l'éloignement s'enracine clans un silence peuplé de contes. Et aussi cette petite musique envoûtante, cette opacité impavide plus généreuse qu'elle ne s'affiche, qui évoque irrésistiblement les eaux calmes d'un lac, sous lesquelles se jouent - et demeurent - les plus violentes tragédies. Tombeau du premier, du grand, de l'unique amour, entre ode et plaidoyer, La Double Lie d'Anna Song révèle et défend la folie d'aimer, mais aussi le droit à inventer des vies à la hauteur de cette folie.

Mon avis :

J'ai beaucoup aimé cette histoire d'amour et de musique.

C'est bien écrit et très agréable à lire. Les chapitres alternent les articles posthumes suite à l'imposture d'Anna Song ainsi que l'histoire de sa vie, de leur vie racontée par son mari.

Une belle relation amoureuse, un amour incroyable qui va aller loin.

J'ai beaucoup aimé la façon de raconter la musique d'Anna et c'est un livre qui aurait gagné à être lu en écoutant des enregistrements de musique classique mais je n'y ai pensé qu'après.

Et le petit plus de ce livre c'est que je ne m'attendais pas du tout à la chute de l'histoire et ça j'adore !

Livre emprunté à la
images.jpg
 Challenge petit bac
  Catégorie prénom
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 04:20
Le tiroir à cheveux Quatrième de couverture :
Il ne fallait pas parler de ma voisine, même dans son dos. Il ne fallait pas lui parler non plus. Elle n'avait pas demandé la permission d'être enceinte. D'ailleurs, elle faisait plein de choses sans autorisation. Je crois qu'elle sautait par-dessus le portail, quand elle n'avait pas encore le droit d'avoir une clé. Moi non, mais je me cachais pour écrire, parce que je n'étais pas bien sûre que ce soit permis. Je regardais le fils de ma voisine, tout de travers dans sa poussette, les orbites pleines de soleil, en me demandant quel interdit l'empêchait de bouger, de voir, d'entendre, de parler, de lever une main pour s'essuyer la bouche.

Je regardais sa mère et je l'admirais en cachette. Je l'admirais d'avoir fait ça, un gosse défendu qui bavait et coinçait tout le ciel dans ses yeux. J'avais honte aussi, parce que le pauvre. J'ai écrit cette histoire sans aucune autorisation, même pas la sienne, même pas celle de sa mère, juste pour dire en retard il est beau ton fils, en traversant la cour avant d'ouvrir le portail.  

Mon avis :

Une très jeune femme, deux enfants dont un que l'on devine différent. Un peu à la fois j'ai découvert la vie de cette maman, elle a une fascination pour les cheveux, ceux qu'elle lave dans un salon de coiffure et ceux de ses enfants qu'elle ne veut pas couper.

Une histoire touchante, une belle relation, même si elle n'est pas facile, avec son fils différent, et des décisions à prendre concernant un placement.

Des parents qui décident pour elle en grande partie car elle était mineure quand elle a eu son premier bébé.

Il n'est pas très facile de parler de ce livre, on peut certainement l'aimer ou le détester, de mon côté ce fût positif.

J'ai aimé l'évolution de cette jeune femme vis à vis de ses enfants et de sa vie, mais cela ne va pas être simple pour elle comme nous le laisse entendre la fin du livre.  

Livre emprunté à la
   images.jpg
 Challenge petit bac
    Catégorie objet

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture