6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 05:20
La légende de Robin des Bois Quatrième de couverture : 
"L'affection du sieur Alzheimer me paralyse tous les jours un peu plus. Il m'arrive trop souvent de voler aux riches sans plus me souvenir à qui je dois donner le pognon..."  

Mon avis : 
Quelle rigolade avec ce Robin des Bois, il a pris un coup de vieux et Alzheimer lui procure des interférences avec des chansons d'Annie Cordy ou de Carlos !!!!! Un petit coup sur la tête par son fidèle Petit-Jean et hop ! c'est reparti.

Je n'ai pas le rire facile en lecture et j'ai éclaté plusieurs fois de rire durant cette BD. J'attends maintenant avec impatience que le reste de ma famille le lise pour voir si le succès est général.

Les rencontres avec Tarzan, Frère Tuck et Marianne sont savoureuses et les répliques bien trouvées. L'auteur manie le mélange des époques avec talent et humour.

On est loin du fringant Robin des Bois de l'histoire originale mais après tout il a peut être vieilli comme ça ! 

Un coup de cœur pour Canel chez qui j'avais noté ce titre.

Livre emprunté à la
    images.jpg

    Petit bac 2012
Catégorie personne connue



 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 05:20
Le monde sans les enfants

Quatrième de couverture :
Vingt histoires, à dévorer, à murmurer, à partager.
Vingt manières de rire et de s’émouvoir.
Vingt prétextes pour penser à ce que l’on oublie et pour voir ce que l’on cache.
Vingt chemins pour aller du plus léger au plus sérieux, du plus grave au plus doux.
Vingt façons de se souvenir de ce qu’on a été et de rêver à ce que l’on sera.

Vingt regards pour saisir le monde, dans sa lumière et dans ses ombres.
Vingt raisons de rester des enfants ou de le redevenir.
Vingt sourires. Vingt bonheurs. Vingt battements de cœur.

Mon avis : 
La quatrième de couverture évoque parfaitement ce petit livre. Toutes ces histoires sont courtes et ont un parfum d'enfance, ce sont presque des mini-contes pour la plupart.

Certaines m'ont amusée, l'une d'entre elles m'a particulièrement émue et dans une autre encore je me suis dit que j'aimerais rencontrer le chasseur de cauchemars et la balayeuse de soucis. 

Des illustrations parsèment ce recueil, c'est original et plutôt rare dans des livres de poche, j'en ai aimé les couleurs mais pas les traits des personnages.

Ce livre m'a permis de passer un petit moment hors du temps et je ne pensais pas l'aimer autant quand il attendait sagement dans mon étagère.
 

Livre issu de ma  
imagesCAFSFWL3.jpg

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 05:20
Metal-melodie.jpg Quatrième de couverture :
Quatre mois ! La mère de Luce est partie pour quatre longs mois à l'autre bout de la planète. Bon débarras ! Sur fond de teufs metal, Luce entend bien profiter de sa nouvelle liberté. Mais, passé le moment d'euphorie, des questions se posent : pourquoi ce départ précipité ? Où est sa mère exactement ? Et pourquoi est-ce qu'elle n'appelle pas ?

Mon avis :
Je suis à la limite du coup de cœur pour ce livre.

Cette histoire commence par toute une partie assez sombre, Luce est pourtant une fille sensible derrière l'apparence sinistre de son style gothique. Sa mère est partie et Luce se cherche dans cette nouvelle vie remplie d'indépendance et de liberté. Elle va devoir grandir, se découvrir.

Elle va aussi mener une investigation sur le passé de sa mère qui paraît bien mystérieux, car malgré leur mésentente, Luce veut la retrouver et surtout comprendre pourquoi elle est partie en la laissant seule à la maison.

Dès le début on sait que Luce va partir en Espagne à la recherche de sa mère. C'est cette deuxième partie du livre qui m'a vraiment conquise, l'évolution de Luce est flagrante, j'étais contente pour elle de ce changement, je guettais son mieux-être, impossible donc de m'arrêter et j'ai dévoré ce livre durant l'après-midi.

Voici une histoire belle et émouvante et j'aurais aimé qu'elle continue un peu... juste un peu.
 

Livre emprunté à la
    images.jpg

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 05:20
La muette Quatrième de couverture :
L'amour fusionnel d'une adolescente pour sa tante muette, l'amour passionné de celle-ci pour un homme tournent au carnage dans l'Iran des mollahs. Chahdortt Djavann fait un récit court, incisif et dénué de tout artifice. Écrite dans un cahier, par une adolescente de 15 ans en prison, La Muette est une histoire qu'on n'oublie pas.

Mon avis :

Waouh ! Voici un livre qui se lit d'une traite, il est assez court et je n'en ai fait qu'une bouchée.

Une adolescente de 15 ans raconte dans un cahier ce qui l'a menée en prison ainsi qu'à la pendaison qui l'attend le lendemain.

J'ai trouvé cette histoire poignante, touchante et assez bouleversante. Il ne fait pas bon être une femme en Iran. Lapidation, pendaison, mariage forcé, domination des hommes et de plus c'est une toute jeune fille qui nous raconte cela.

J'ai beaucoup aimé ce livre, j'ai eu du mal à savoir si c'était une fiction ou non, car l'auteur fait tout pour nous faire penser à une histoire vraie. C'est vraiment bien fait et tout ceci ne peut laisser insensible.

J'avais vu ce livre sur quelques blogs et il était rangé dans les coups de coeur des bibliothécaires, je ne regrette pas de l'avoir emprunté.  
 

Livre emprunté à la
   images.jpg

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 05:20
La grande entourloupe  
Quatrième de couverture :
Quatre nouvelles qui confirment la talent d'un écrivain que son goût du bizarre, la richesse de son imagination et sa lucidité rangent parmi les maîtres de l'humour et du baroque.
Quatre petits récits pétris de fantaisie et d'humour, bâtis sur des intrigues coupées de rebondissements et de coups de théâtre.
L'invité et chienne sont tous deux empruntés au Journal d'Oswald Cornelius Hendryks, " picaro " de haut vol et esthète raffiné, Casanova impénitent dont les frasques défraient la chronique du " jet set " international.
La grande entourloupe décrit l'ingénieux stratagème conçu par deux maris libertins pour échanger en toute impunité leurs épouses.
Le dernier acte est le récit des malheurs d'une jeune veuve que la cruauté sadique d'un ancien soupirant finit par pousser au suicide.

Roald Dahl est au fond un moraliste dont le sérieux transparaît sous un parti pris de légèreté. Réflexions sur la chair, l'instinct sexuel et le plaisir, les nouvelles de ce recueil sont autant de paraboles empreintes d'une morale qui égratigne la vanité humaine, raille la fatuité de l'éternel masculin, en même temps qu'elle souligne la fragilité de l'amour et le caractère éphémère de nos joies et de nos certitudes.  

Mon avis :

Quel bon moment de lecture !!!! Voici enfin un recueil de nouvelles qui me plaît, cela faisait longtemps ...
Je pensais que cet auteur n'écrivait que pour la jeunesse mais ce livre n'est pas à mettre entre les mains des enfants, c'est un peu coquin, érotique et très drôle.

L'invité :
Très amusant, léger et bien écrit. Je me suis beaucoup amusée avec Oswald, ce séducteur invétéré et libertin. Il est très sûr de lui et de son pouvoir de séduction mais ... tel est pris qui croyait prendre. Les scènes érotiques sont juste suggérées mais Oswald est conquis.

La grande entourloupe :
Mais comment vont faire ces deux hommes pour échanger leurs femmes sans qu'elles s'en rendent compte ? Il vous faudra le lire pour le savoir. Ces hommes sont vraiment sûrs d'eux et de leur talent amoureux... encore une fois.

Le dernier acte :
Cette nouvelle-ci est plus noire, moins gaie, elle est donc un peu différente des autres qui sont vraiment légères. Elle se lit très bien également.

Chienne :
Dans cette nouvelle nous retrouvons Oswald  et c'est à nouveau très drôle. Cela traite de la création d'un parfum qui aurait le même effet sur les hommes que l'odeur d'une chienne en chaleur sur un mâle de son espèce...

Vous l'aurez compris je vous encourage à découvrir ce livre, il est très distrayant et vraiment amusant.

Livre du club de lecture
 avec mes copines
   imagesCA91DN22.jpg
Le premier mardi  Challenge la nouvelle

 

     

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 05:20
La-maison-des-singes.jpg Quatrième de couverture :
Sam, Bonzi, Lola, Mbongo, Jelani et Makena ne sont pas des singes ordinaires. D'une intelligence très proche de celle des humains, ils sont capables d'amour et peuvent communiquer en langage des signes. Ces six bonobos font l'objet d'études très poussées dans un laboratoire de Kansas City, dirigé par Isabel Duncan, une jeune chercheuse qui nourrit plus d'affinités pour les animaux que pour les êtres humains. Mais lorsque, à la suite d'une explosion, les grands singes se retrouvent en liberté, objets des plus basses convoitises, Isabel est prête à tout pour les sauver.

Même à se compromettre avec un séduisant journaliste, un végétalien aux cheveux verts et une star du cinéma à la retraite...

Mon avis :

J'ai passé un excellent moment avec ce livre et avec les personnages qui sont globalement plutôt sympathiques.

J'ai beaucoup aimé découvrir toutes les capacités intellectuelles et relationnelles des bonobos, et notamment leur relation privilégiée avec Isabel qui s'occupe d'eux.

Une histoire avec des gentils et des méchants, ceux qui veulent sauver les singes et ceux qui ne leur veulent pas que du bien.

Une lecture facile et agréable, parfaite pour une période de changement de rythme de vie et de découverte d'un nouveau travail !

livre 55Mr trouve que c'est bien écrit, que c'est une belle histoire mais que ça manque un peu de punch.  

 


 

Livre emprunté à la
  images.jpg

 Challenge petit bac
   Catégorie animal

 

   

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 05:20
Le-testament-d-Ariane.jpg Quatrième de couverture :
Issue d’une ancienne famille d’exploitants résiniers des Landes, Ariane Nogaro, veuve et sans enfants, décide de mettre de l’ordre dans ses affaires et rédige son testament. Elle ne fréquente guère son frère aîné, un professeur à la retraite, pas plus que sa belle-sœur, le couple n’appréciant guère son originalité et sa manière de vivre. Seule Anne, l’une de ses nièces, a tissé un lien affectueux et complice avec elle. Mariée à un vétérinaire et mère d’un garçon d’une douzaine d’années, la jeune femme mène une vie harmonieuse mais sans fantaisie, entre son travail de comptable à domicile et ses visites hebdomadaires chez sa tante. Jusqu’au jour où Ariane décède subitement…

 Contre toute attente, c’est Anne qui hérite tous ses biens, dont une grande propriété nichée entre forêt et océan, le berceau des Nogaro. Mais cet événement fait resurgir les jalousies et les rancœurs, et bouleverse l’unité familiale jusqu’ici préservée. Que faire en effet de cette maison qui renferme tant de souvenirs ? La vendre ? Ou au contraire s’y installer, comme Anne le souhaiterait malgré le refus sans appel de son mari ? A-t-elle le droit de mettre son couple en péril et de rompre avec les siens pour un héritage ?  

Mon avis :

Tout est dit mais pas trop dans la quatrième de couverture. Il y a quelques mois ce livre apparaissait sur de nombreux blogs et je suis tombée dessus sans le chercher à la bibliothèque sous la dénomination "coup de cœur des lecteurs". J'ai tendance à plus me fier à ces coups de cœur de lecteur qu'à ceux des bibliothécaires et libraires car leurs goûts sont, je pense, plus proches des miens.

J'ai donc dévoré ce livre sans aucun problème, ce n'est pas un grand roman mais il est vraiment agréable à lire. Souvenirs de famille, grande bâtisse au milieu des pins, histoire de famille, tout est fait pour nous emporter.

En le commençant je savais qu'il y avait une suite donc ... je vais bientôt aller l'emprunter à la bibliothèque car évidemment le livre se termine pour nous donner envie de lire Dans les pas d'Ariane.

Un bon moment de lecture. 
 

Livre emprunté à la    

images.jpg

Challenge petit bac
  catégorie prénom 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 05:20

Si je reste

Quatrième de couverture :
Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle. Quand, un jour, tout s'arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture... Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l'hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d'avant, imagine sa vie d'après. Sortir du coma, d'accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? Si je reste...

Mon avis :

Un évènement que l'on ne souhaiterait à personne débute ce livre, une promenade familiale en voiture se termine en drame, par un accident. La description de l'accident est très dure et réaliste.

L'histoire de Mia se déroule sur 24 heures, elle nous raconte son histoire avant et après l'accident, sa famille où tout tourne autour de la musique, sa meilleure amie, son amoureux.
Tout ce petit monde est bien attachant et certaines scènes sont vraiment très émouvantes, particulièrement un moment très fort avec son grand-père après l'accident. Oups ! limite la larme à l'œil à ce moment-là. 
En revanche, une scène m'a parue un peu exagérée : la naissance du petit frère à la maternité sous les yeux de sa sœur âgée de 10 ans, naissance vue aux côtés de la sage-femme. Bof !

Une histoire forte car tout au long du livre on sent bien que Mia va devoir faire un choix, rester ou se laisser partir (mourir).
A ma grande surprise, ma fille n'a pas trouvé si dur que ça les passages qui m'ont beaucoup émue, elle a beaucoup aimé le côté rock avec l'amoureux et son groupe de musique.
C'est rare que nous lisions un livre juste l'une après l'autre alors j'en profite pour donner son avis (avec son autorisation ...).

L'avis de Miss A. (13 ans) : Ce livre m'a plu même si je n'ai pas trouvé la fin très compréhensible. J'aime bien le fait qu'il y ait des retours dans le passé.
Très bon livre.
 

Livre offert à ma fille
        Miss P.

     noel15.gif

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 05:20
La-seance.jpg Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
 Angleterre, fin de l'ère victorienne. Constance Langton reçoit la visite d'un avocat, John Montague. Celui-ci lui annonce qu'elle vient d'hériter d'un manoir de famille dans le Suffolk, Wraxford Hall, et lui conseille de vendre la propriété sans perdre une seconde. Wraxford Hall jouit en effet d'une sinistre réputation : ses précédents propriétaires y sont morts dans d'étranges circonstances et [...]. Quels terribles secrets renferme Wraxford Hall ? Au fil du journal intime d'Eleanor et des recherches de Constance, deux femmes dont le désir d'indépendance dénote en pleine époque victorienne, se lèvent peu à peu les mystères qui entourent l'étrange demeure.

Pièges machiavéliques et coups de théâtre en cascade, terreurs intimes, étranges obsessions et secrètes inconvenances, tout est réuni pour faire de cet hommage très moderne au roman gothique et victorien un chef-d'œuvre du genre.  

Mon avis :

Tout ce qui est dit dans la quatrième de couverture (censurée) est exact !

J'ai passé un excellent moment avec ce livre que j'ai eu bien du mal à lâcher, il est vraiment prenant et très facile à lire.

J'ai beaucoup aimé l'histoire de ces deux femmes, elles sont attachantes et volontaires.

Mystère, manoir sinistre, rebondissements, tension psychologique et personnages inquiétants : si cela vous tente n'hésitez pas !

livre 55 Mr a bien aimé mais il est moins enthousiaste que moi.

Livre emprunté à la
   images.jpg

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 05:20
L-enfant-allemand.jpg  Quatrième de couverture :
La jeune Erica Falck a déjà une longue expérience du crime. Quant à Patrik Hedström, l'inspecteur qu'elle vient d'épouser, il a échappé de peu à la mort, et tous deux savent que le mal peut surgir n'importe où, qu'il se tapit peut-être en chacun de nous, et que la duplicité humaine, loin de représenter l'exception, constitue sans doute la règle. Tandis qu'elle entreprend des recherches sur cette mère qu'elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n'a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d'un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d'une croix gammée.

Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, elle entre en contact avec un vieux professeur d'histoire à la retraite. L'homme a un comportement bizarre et se montre élusif. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné... Dans ce cinquième volet des aventures d'Erica Falck, Camilla Läckberg mêle avec une virtuosité plus grande que jamais l'histoire de son héroïne et celle d'une jeune Suédoise prise dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu'Erica fouille le passé de sa famille, le lecteur plonge avec délice dans un nouveau bain de noirceur nordique.  

Mon avis :

J'attends toujours avec impatience la suite des aventures d'Erica et Patrik, dans le dernier volume on savait que cette histoire aurait un rapport avec la seconde guerre mondiale car Erica avait découvert un médaillon nazi dans les affaires de sa mère décédée.

J'ai découvert peu à peu la vie de la mère d'Erica pendant la guerre et alternativement l'enquête menée suite à l'assassinat d'un vieux monsieur passionné d'histoire.  

C'est une histoire un peu différente des autres enquêtes écrites par Camilla Läckberg, le sujet est vraiment intéressant, la guerre, la résistance, les trahisons, la solidarité, le nazisme.

C'est aussi une enquête où les scènes de violence sont vraiment marquantes, dures et parfois choquantes. Dans ce livre certains passages m'ont aussi fait sourire et d'autres sont vraiment très émouvants.

J'étais vraiment contente de retrouver tous les personnages, leurs familles, le commissariat (avec le commissaire plutôt sympathique cette fois-ci).

Il est arrivé un moment où je ne pouvais plus lâcher le livre, il fallait absolument que j'aille jusqu'au bout pour en connaître le dénouement.

J'ai maintenant hâte que le sixième volume paraisse, le titre en sera La sirène et il en est déjà un peu question dans ce livre.

Mon avis sur Le tailleur de pierre et L'oiseau de mauvais augure. Pour les autres, je les ai lus avant d'ouvrir mon blog. 

L'avis de Canel.

 

Livre prêté par la fille d'une amie
            Merci Camille !
                PERSO1.gif 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture