13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 16:12
Les reliques de Jeanne Benameur

...

Quatrième de couverture : 

Ils sont trois dans une cabane entre village et décharge, trois hommes âgés sur lesquels le temps n'a plus de prise. Hésior, le magicien, Zeppo, le clown, et Nabaltar, le soigneur de fauves, "trois coeurs collés ensemble". Leur amante, Mira la trapéziste, est morte, et le cirque ne veut plus de l'énigme des trois hommes.

En dehors du monde, en dehors du temps, ils existent par le désir toujours vif qui les anime. Unis par leur trésor commun - le coffre contenant le dernier costume de scène de Mira -, ils fabriquent de fausses reliques qu'ils enterrent au pied des églises, des maisons. Parce que la foi ne conduit pas qu'aux saintes, qu'il n'y a pas de grand ou de petit ravissement.
Composé dans une langue à la grâce enivrante et au lyrisme brûlant, ce roman brave la mort au nom de l'amour fou.

Mon avis : 
Je suis déçue, déçue ne pas tellement avoir aimé ce livre.

Les phrases sont courtes et si cela m'a plu au début je me suis lassée de cette façon de faire, on passe un peu rapidement d'une phrase à une autre.

Et pourtant certaines phrases m'ont parlé, notamment celle-ci que je trouve très juste : "Quand on se réveille, c'est toujours comme si rien n'était encore arrivé" p.10

J'ai cependant été touchée par ces trois personnages brisés par le décès de Mira, la trapéziste.

C'est vraiment le rythme de cette écriture qui m'a laissée sur le côté du chemin. Tant pis.

De cet auteur j'avais déjà lu et aimé Les demeurées, Les insurrections singulières et Profanes.

 

Livre issu de ma 

offert par Enna

Partager cet article

Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 14:00
Oona & Salinger de Frédéric Beigbeder (livre audio)

...

Quatrième de couverture : 
« Il arrive un moment, dans certains pays, à certaines époques, où les hommes semblent attendre un événement important et tragique qui permettrait de résoudre tous les problèmes. Ces périodes sont généralement nommées : avantguerre. Elles sont assez mal choisies pour tomber amoureux. En 1940, à New York, un écrivain débutant nommé Jerry Salinger, vingt et un ans, rencontre Oona O’Neill, quinze ans, la fille du plus grand dramaturge américain. Leur idylle ne commencera vraiment que l’été suivant... quelques mois avant Pearl Harbor. Début 1942, Salinger est appelé pour combattre en Europe et Oona part tenter sa chance à Hollywood. Ils ne se marièrent jamais et n’eurent aucun enfant. » F.B.

 

Mon avis : 
Je n'ai pas beaucoup aimé ce livre et pourtant que je dois reconnaître qu'il m'a fait découvrir des personnages que je ne connaissais que très peu ou pas du tout (Oona par exemple). C'est un bon point pour ma culture personnelle.

En revanche tout n'est pas réel et c'est frustrant de ne pouvoir démêler le vrai-faux du faux-vrai.

Les passages où l'auteur parle de lui-même n'apportent rien.

Le lecteur, eh bien.... il est bon mais je n'aime pas trop son timbre de voix. De plus pour moi Edouard Baer est toujours Otis dans Asterix Mission Cléopâtre !

En bref, des passages que j'ai plutôt aimés et d'autres beaucoup moins.

Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda (livre audio)

 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 16:35
L'île du Point Némo de Jean-Maris Blas de Roblès (livre audio)

...

Quatrième de couverture : 
Martial Canterel, richissime opiomane, se laisse interrompre dans sa reconstitution de la fameuse bataille de Gaugamèles par son vieil ami Holmes (John Shylock). Un fabuleux diamant, l’Anankè, a été dérobé à Lady MacRae. Voilà donc Holmes et l’aristocratique dandy embarqués dans la poursuite du dangereux criminel. Par une mise en abyme jubilatoire, cette poursuite vient s’entrecroiser avec les aléas d’une fabrique de cigares du Périgord où, comme aux Caraïbes, se perpétue la tradition de la lecture, à voix haute, des aventures de Jean Valjean ou de Monte-Cristo. Mais la fabrique est bientôt reprise par le fondateur de B@bil Books, une usine de liseuses électroniques…
Cette folle équipée romanesque est aussi une réflexion sur l’art littéraire, doublée d’une critique radicale de la gouvernance anonyme qui nous aliène jusque dans nos bonheurs les plus intimes.

 

Mon avis : 
Ce livre est foisonnant d'histoires, tellement que j'en perdais le fil. 
C'était trop pour moi et encore plus en lecture audio il me semble.
J'avoue que je n'ai pas du tout compris tous les tenants et les aboutissants de cette histoire.

Quand je n'accroche pas à une lecture audio mon esprit à tendance à vagabonder, du coup je n'aime pas l'histoire et en plus je passe certainement à côté de choses importantes pour la compréhension de l'histoire.

J'ai voulu insister car ce livre fait partie de la sélection pour le prix Audiolib mais cela n'a rien arrangé bien au contraire.

Il est question de la recherche d'un diamant disparu, d'un couple ayant des problèmes sexuels, de lecture dans une fabrique de cigares, d'une usine de liseuses, et d'autres petites histoires diverses et variées, un joyeux mélange....

Ce que j'ai aimé dans ce livre ? Le lecteur ! Thibault de Montalembert

Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda (livre audio)

Partager cet article

Repost0
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 08:31
Yeruldelgger de Ian Manook (Livre audio)

...

Quatrième de couverture : 
Le corps enfoui d’une enfant, découvert dans la steppe par des nomades mongols, réveille chez le commissaire Yeruldelgger le cauchemar de l’assassinat jamais élucidé de sa propre fille. Peu à peu, ce qui pourrait lier ces deux crimes avec d’autres plus atroces encore, va le forcer à affronter la terrible vérité.
Il n’y a pas que les tombes qui soient sauvages en Mongolie. Pour certains hommes, le trafic des précieuses « terres rares » vaut largement le prix de plusieurs vies. Innocentes ou pas. Dans ce thriller d’une maîtrise époustouflante, Ian Manook nous entraine sur un rythme effréné des déserts balayés par les vents de l’Asie Centrale jusqu’à l’enfer des bas-fonds d’Oulan-Bator
Il y avait la Suède de Mankell, l’Islande d’Indridason, l’Écosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Ian Manook !

 

Mon avis : 
Contrairement à ce que dit la quatrième de couverture, je n'ai pas trouvé le rythme de cette histoire effréné, au contraire j'ai trouvé que c'était long. 
Malgré le très bon lecteur je me suis ennuyée alors que je n'étais qu'à la moitié de l'écoute de ce livre audio.
Alors pour la première fois, j'ai écouté (pas totalement) une partie de ce livre alors que j'étais réveillée beaucoup trop tôt lors d'un week-end. Je dois dire que l'effet soporifique a été efficace et je me suis rendormie. 

J'avoue que certains personnages sont quand même touchants et certains passages plutôt mouvementés. J'avais pourtant envie de le découvrir mais je n'ai pas trop accroché.
Un autre roman vient de sortir mais je ne pense pas le lire, celui-ci m'a suffi.

 

     Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda (livre audio)

 

 

Partager cet article

Repost0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 11:12
La peau de l'ours de Joy Sorman

...

Quatrième de couverture : 
Le narrateur, hybride monstrueux né de l'accouplement d'une femme avec un ours, raconte sa vie malheureuse. Ayant progressivement abandonné tout trait humain pour prendre l'apparence d'une bête, il est vendu à un montreur d'ours puis à un organisateur de combats d'animaux, traverse l'océan pour intégrer la ménagerie d'un cirque où il se lie avec d'autres créatures extraordinaires, avant de faire une rencontre décisive dans la fosse d'un zoo.

Ce roman en forme de conte, qui explore l'inquiétante frontière entre humanité et bestialité, nous convie à un singulier voyage dans la peau et la tête d'un ours. Une manière de dérégler nos sens et de porter un regard neuf et troublant sur le monde des hommes.

 

Mon avis : 
J'ai trouvé originale cette idée de raconter l'histoire d'un être mi-homme mi-ours. Que va-t-il-devenir ?
"Alors on nous désentrave et nous sommes prêts à partir, je vais à nouveau changer de terre et de vie, les hommes ne nous laisseront donc jamais en paix, ils ne songent qu'à nous déplacer, nous acheter et nous vendre, nous charger et nous décharger." p.59

Il est plutôt attachant et ses réflexions sont pleines de bon sens.
J'aurais bien vu des illustrations pour agrémenter cette lecture, pas facile de s'imaginer une telle créature.

Concernant la rencontre annoncée dans la quatrième de couverture, elle ne se passe que 18 pages avant la fin du livre... et j'aurais aimé que ce soit un peu plus fouillé.

Pour finir, on suit son parcours à chaque fois qu'il est vendu mais sans être désagréable je me suis un peu lassée de cette histoire, j'ai eu l'impression de tourner un peu en rond (comme un ours en cage... un peu facile comme blague je vous l'accorde !)

 

  Livre emprunté à la

          images.jpg

 

               Animal

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 04:43
Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda (livre audio)

...

Quatrième de couverture : 
Antonio José Bolivar Proaño est le seul à pouvoir chasser le félin tueur d’hommes. Il connaît la forêt amazonienne, il respecte les animaux qui la peuplent, il a vécu avec les Indiens Shuars et il accepte le duel avec le fauve.
Mais Antonio José Bolivar a découvert sur le tard l’antidote au redoutable venin de la vieillesse : il sait lire, et il a une passion pour les romans qui parlent de l’amour, le vrai, celui qui fait souffrir.
Partagé entre la chasse et sa passion pour les romans, le vieux nous entraîne dans ce livre plein de charme dont le souvenir ne nous quitte plus.

 

Mon avis : 
J'appréhendais un peu cette lecture audio car je n'avais pas apprécié la version papier de ce livre. 
J'avais bon espoir car Féodor Atkine est un très bon lecteur, j'avais beaucoup aimé la lecture qu'il avait faite dans
Le quatrième mur de Sorj Chalandon. 

Contrairement à ce que dit la quatrième de couverture je n'ai pas été charmée par cette histoire.
Pourquoi ? J'ai bien du mal à le déterminer. Ce n'est pas dû au lecteur, je pense que c'est l'histoire en elle-même qui ne m'a pas embarquée. Je n'arrivais pas à fixer mon attention durant cette écoute.

Je pense que ce livre n'est définitivement pas pour moi, tant pis ! 

       Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda (livre audio)

 

 Ecoute commune avec 
   Saxaoul et Micmelo

 

           Chez Sylire

 

 

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 07:31
Ca peut pas rater de Gilles Legardinier

..

Quatrième de couverture : 
- J'en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J'en ai plus qu'assez de vos sales coups ! C'est votre tour de souffrir !

Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d'un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu'au fond des enfers.

La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c'est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m'étouffe, la haine me consume.

 

Mon avis : 
Mon avis est assez tiède sur ce livre, j'avais de beaucoup préféré les autres titres de cet auteur : Demain j'arrête, Complètement cramé, Et soudain tout change.

J'ai cependant souri plusieurs fois grâce à quelques réflexions marrantes, et de jolis passages émaillent quand même cette histoire.

Ce roman est un joyeux mélange de tout ce qui remplit une vie, relations professionnelles, relations amoureuses.

Ce qui rend mon avis assez moyen c'est qu'il y a vraiment des longueurs, des passages qui sont assez bavards et où cela n'avance pas beaucoup, il rallonge la sauce un peu trop à mon goût.

Mais je me connais je lirai sûrement le prochain roman de cet auteur en espérant retrouver l'enthousiasme ressenti lors de la lecture des trois premiers titres.

 

    Livre du club de lecture
          avec mes copines

             

 

 

             Gros mot

 

                Mort

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 15:02

                                     

Quatrième de couverture :
Cambridge, de nos jours. Au détour d'une allée du campus, Oscar est attiré par la puissance de l'orgue et des chants provenant de la chapelle de King's College. Subjugué malgré lui, il ne peut maîtriser un sentiment d'extase. Premier rouage de l'engrenage. Dans l'assemblée, une jeune femme capte son attention. Iris n'est autre que la soeur de l'organiste virtuose, Eden Bellwether, dont la passion exclusive pour la musique baroque s'accompagne d'étranges conceptions sur son usage hypnotique...

L'auteur du Complexe d'Eden Bellwether manifeste un don de conteur machiavélique qui suspend longtemps en nous tout jugement au bénéfice d'une intrigue à rebonds tenue de main de maître.
Un premier roman magistral sur les frontières entre génie et folie, la manipulation et ses jeux pervers.

Mon avis : 
Oscar, aide-soignant dans une maison de retraite, va être mêlé à une histoire de traitement "médical" par hypnose musicale. 

Mes sentiments envers cette histoire ont évolué tout au long de ma lecture, en bien ou en moins bien.

Du début jusqu'à la page 95 : Découverte des personnages, mise en route de l'histoire. Lecture plutôt facile et agréable

Jusqu' à la page 200 : Baisse d'intérêt, manque de rythme, j'attends que cela s'accélère un peu.

Jusqu'à la page 400 : Regain d'intérêt, enfin de l'action

Jusqu'à la fin : Un peu longuet, lu en diagonale

De mon point de vue, l'histoire aurait pu être un peu condensée pour gagner en rythme. Je me suis un peu lassée de toute cette psychologie.
J'ai beaucoup aimé la relation entre Oscar et les deux vieux messieurs, Herbert et le Dr Paulsen. 
Pour les autres liens entre les personnages ils sont assez bizarres, Eden les mène par le bout du nez, ils se laissent faire. C'est assez malsain.

J'avais plutôt bon espoir d'aimer cette histoire mais pour finir je suis assez déçue. 

 

Livre de la sélection pour le Prix Cezam 2015.
 

    Livre emprunté à la

          images.jpg


             Prénom 

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 18:26

                                 

7 nouvelles dans une édition illustrée

La maison Tellier
Dans une petite ville de Normandie, la maison Tellier est une maison close à l'ambiance familiale. Un soir les clients trouvent la maison vide et fermée à double tour. C'est que tout le monde est parti à la première communion de la nièce de Madame Tellier. 
Un petit texte amusant et distrayant. Les descriptions sont précises et on s'y croirait. Cette petite troupe est bien sympathique. 

Les tombales
Peut-on draguer dans un cimetière ?  Ici, la réponse est oui. 
C'est la nouvelle que j'ai préférée. 

Sur l'eau
Un homme se retrouve coincé sur son bateau toute une nuit, l'ancre est prise dans quelque chose et il n'arrive pas à la remonter.
Dans cette nouvelle, c'est la chute qui est surprenante mais je n'ai que moyennement aimé cette histoire. 

Histoire d'une fille de ferme
La triste vie d'une fille de ferme, grossesse, bébé placé en nourrice, retour à la ferme sans son enfant.
Rien d'extraordinaire dans cette histoire, elle ne m'a pas beaucoup touchée.

Le papa de Simon
Simon n'a pas de papa ou plutôt pas de papa connu. Cela lui cause des problèmes, d'autres enfants s'en prennent à lui. 
C'est la nouvelle la plus touchante de ce recueil. 

Une partie de campagne
Une famille part à la campagne pour la journée, les deux femmes de la famille font des rencontres galantes.
Bof, bof, rien de bien transcendant dans cette histoire. Batifolage sous les arbres et pas grand chose de plus. 

Au printemps
Le printemps revient, un homme prend un bateau pour profiter de la sensation de renouveau que procure cette saison. Il croise le regard d'une jeune femme.... Mais un homme le met en garde contre les effets pervers de ce fameux printemps.
J'ai bien aimé cette nouvelle, j'ai trouvé l'idée originale.

 

J'avais déjà écouté des nouvelles de cet auteur en livre audio et j'en gardais un bon souvenir et m'attendais à plus apprécier ce que j'ai lu ici.

En livre audio, voici mes avis sur des nouvelles et des contes insolites.

 

      Livre issu de ma 

         

      

 

 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 17:02

                                     

Quatrième de couverture : 
Elizabeth a disparu. Maud ne cesse de retrouver des bouts de papier dans ses poches, avec ce simple message, Elizabeth a disparu. Le plus troublant : c'est sa propre écriture. Mais elle ne se souvient pas d'avoir écrit ces mots. Maud ne se souvient d'ailleurs plus de grandchose ces derniers temps. Elle ne se souvient plus de l'heure, ni si elle a mangé, ni si sa fille est venue la voir. Ce qu'elle sait, en revanche, c'est qu'elle n'a pas vu sa vieille amie Elizabeth depuis longtemps. Trop longtemps. Mais, lorsqu'elle tente d'alerter ses proches, elle a droit à des sourires indulgents, personne ne la prend au sérieux.
Elle est septuagénaire et on la traite comme une enfant de 4 ans. Malgré tout, Maud est de plus en plus persuadée que quelque chose est arrivé à Elizabeth. De la même façon que quelque chose est arrivé cinquante ans plus tôt à sa propre soeur aînée, Sukey, dont la disparition ne fut jamais élucidée.
Maud ferait-elle un transfert inconscient ? Confondrait-elle le passé et le présent ? Mais n'y a-t-il pas tout autant de mystères autour d'elle aujourd'hui qu'à l'époque ? Maud va bientôt devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé... et sur son présent.

 

Mon avis : 
En plus du résumé de l'histoire présent sur la quatrième de couverture, on peut y trouver les termes suivants : Un thriller inoubliable... Incroyable suspense psychologique... Un puzzle aussi captivant que complexe... Un livre qu'on ne peut lâcher avant la fin... Une révélation...

Je ne suis d'accord que sur les termes suivants :  puzzle et complexe

Bref, vous l'aurez compris je n'ai pas beaucoup aimé ce livre. Je suis pourtant souvent touchée par ces personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer ou apparentée, d'autant plus que je travaille dans une maison de retraite.

Je n'ai pas trouvé ce livre palpitant, ma lecture m'a paru longue sans qu'il se passe énormément de choses.
Je ne doute pas qu'il pourra trouver des lecteurs plus enthousiastes que moi mais sur le même sujet j'avais préféré
Absences d'Alice LaPlante.
 

Livre de la sélection pour le Prix Cezam 2015.
 

 Livre emprunté à la

       images.jpg

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture