1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 22:05

              

Résumé : 
Un matin Corinne se réveille en Corentin, un matin Corentin se réveille en Corinne. 

Un livre Boomerang : Une collection de courts romans recto-verso. Pile ou face ? Commencez par l'un ou l'autre et laissez-vous surprendre...

Mon avis : 

Voici un petit livre que je n'aurais certainement jamais lu si les opposants à la "théorie du genre" ne l'avaient mis en avant, fustigé, critiqué. Pour quoi ? Pour rien !  L'ont-ils vraiment lu ceux qui le diabolisent ainsi ?

J'aurais aimé un livre de ce style quand j'avais l'âge des protagonistes, j'étais très garçon manqué et en CM1 j'ai voulu me faire couper les cheveux. Quand j'avais deux ans je voulais faire pipi comme papa ! Quel scandale !!!!

Ces deux petites histoires permettent de comprendre ce que ressent un enfant de l'autre sexe, ses préoccupations, une mise en situation très bien menée, sans rien de choquant, vraiment. 

Le lecteur va suivre Corentin et Corinne durant une journée d'école, ils sont en CM1 et ce livre me paraît vraiment bien adapté pour cet âge.

Un petit livre vite lu et vraiment sympathique.

Les avis de Jérôme et Stephie (qui récapitule les liens vers de nombreux billets).

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg

Catégorie moment/temps

Partager cet article

Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 22:06

                                               

Résumé : 
Imaginez-vous devant un coffre fort fermé, où vous entendriez quelqu'un crier à l'aide, vous ouvrez et, vous ne trouvez que la victime. Par où l'assassin est-il parti ? C'est le Mystère de la chambre jaune... La plus célèbre des aventures de Rouletabille...

Mon avis : 
Rouletabille est un jeune journaliste, très jeune même, mais c'est un petit malin et on se doute qu'il va trouver qui a agressé une jeune femme dans la chambre jaune.

La compétition fait rage entre Rouletabille et un inspecteur chevronné, qui sera le premier à trouver la solution ? 

Cette histoire est un peu désuète, c'est amusant.
Ce qui m'a dérangée dans cette histoire c'est qu'après avoir démarré sur les chapeaux de roue, elle traîne en longueur. 
Je me suis donc un peu ennuyé.

D'autre part Rouletabille m'a paru un peu crâneur, un peu trop sûr de lui, je ne l'ai pas trouvé vraiment sympathique.

Je dois avouer que j'ai fini ce livre sur un rythme un peu accéléré sans l'abandonner car je voulais quand même avoir le fin mot de l'histoire.

 

 Livre issu de ma 

    numérique 

Catégorie couleur

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 16:00

Mon kiné est en vacances une semaine / Miss P. va chez Ikea à Munich pour sa nouvelle coloc' / Reprise du jardinage / 1ère lecture au soleil après le boulot / 1er pique nique + livre audio du midi / Un bon moment avec ma filleule / Une semaine de vacances / Tri de mes livres, des sacs pour Emmaüs / Météo ensoleillée pour mes vacances / Reprise du vélo / Crème solaire + chapeau le 9 mars ! / des kilomètres en vélo et en marche à pied / Des emplettes de tissu avec Miss A. / Cinéma + Moules frites chez Léon / Un livre mystère / Reprise de la course à pied en douceur / Encore Admission Post-Bac / 2 concerts avec ma chorale / Salon du livre à Rennes et rencontre de blogueuses / Dernière séance de kiné ! / Tenue rouge et blanc pour la chorale / 

 

Sur une idée de Moka

     

                    

    

                   

     

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 22:03
Quatrième de couverture :
C'est l'histoire d'un couple qui se défait, l'histoire de deux frères qui s'aiment et se regardent en chiens de faïence, une histoire de voyous aussi. 
Un été, sur les plages du Cap-Ferret, un homme patauge dans l'ennui pendant que sa femme lui tourne le dos et que leur gamin tente de profiter du soleil. Jusqu'à ce que son frère débarque à l'improviste pour dynamiter ces vacances comme un jeune chien fou. Malgré l'amour fuyant, malgré les crises et la perspective du vide, malgré le sirop gluant de la nostalgie. 

Il est trop tard pour regretter ou pour recoller les morceaux. Alors dans un crescendo sec et nerveux, la tension monte entre les fracas des vagues.

Mon avis : 
J'aime bien cet auteur qui écrit sans fioriture, qui va droit au but.

On découvre ici une histoire familiale, tout d'abord celle d'un couple, en fin de course, en vacances et d'autre part celle du frère truand et ce qu'il a fait avant de les rejoindre à la mer.

"J'ai saisi la main d'Estelle mais elle l'a vivement retirée et est redescendue seule vers la voiture. Ca n'allait pas être des vacances - mais de l'endurance." p.14

L'ambiance de ces vacances est vraiment particulière, l'auteur plante bien le décor ainsi que ses personnages.
Tout au long du livre on se doute que le pire est à venir, petit à petit on va découvrir ce qu'a fait Max, le frère truand, gloups ! 

Une histoire cauchemardesque dans un décor de rêve, le Cap Ferret.
 

Les avis de Jérôme, Noukette, Stephie et Clara.
 

De cet auteur j'ai déjà lu Je mourrai pas gibier et La brigade de l'œil.
 

Merci à Babelio et aux Editions du Rouergue


       Catégorie verbe

Partager cet article

Repost0
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 14:00

                                       

Hier, je suis allée à Rennes, sur la journée, pour la rencontre annuelle des blogueuses/blogueurs de l'ouest, au festival Rue des livres. C'est la quatrième année que j'y participe.

Cette année, le lieu a changé et nous sommes arrivés dans une grande salle de sport. Hormis les paniers de basket, on ne remarquait pas quelle était l'utilisation première de cette salle. Ce lieu est bien plus agréable, lumineux et spacieux que l'ancien. Cela ressemble plus à un salon tel que je me l'imaginais.

Dès 11h, j'arpentais les allées du salon avec Enna qui voulait rencontrer son chouchou : Sorj Chalandon

                          

Le rendez-vous était fixé à 11h30 avec Gambadou, Joelle et Florian, Canel, Enna, Sylire, Claire, Géraldine, Yvon, Moriarty, Yanneck et Hervé.

Un petit tour dans le salon et nous prenons la route pour la cantine des auteurs avec le pédibus.

Comme les autres années, nous dégustons un excellent repas marocain, une petite soupe, un couscous et de délicieux desserts avec un petit thé à la menthe.

De retour au salon, nous sommes nombreuses à aller à la rencontre organisée avec Sorj Chalandon "Ce que la guerre fait de nous". Un grand moment d'émotion. Remarquez comme nous sommes attentives !

                                       

                            

Après cette conférence je refais un petit tour de salon avec Sylire. A nouveau je suis la photographe d'une blogueuse et d'un auteur qu'elle aime beaucoup. Nous rencontrons René Frégni, que je ne connais pas du tout, mais dont Sylire a lu presque tous les livres. Il lui fait une dédicace enflammée et grâce à cette rencontre j'achète Elle danse dans le noir qui fut un coup de cœur pour Sylire.

Je suis une personne raisonnable, je suis rentrée avec 3 livres :  1 achat et 2 emprunts (merci Enna).

                           

Je ne suis pas repartie très tard car ce week-end je chantais deux fois en concert avec ma chorale.

Et cette année, pas de photos de groupe, je crois que tout le monde a oublié d'y penser !

Claire B. j'espère que l'année prochaine tu viendras avec nous ;-)

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 23:03

Quatrième de couverture :
« L'idée de Sam était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé.
Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, petit théâtreux de patronnage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne... »

Féodor Atkine, par son intensité contenue, réussit à réinstaller le pouvoir des mots dans les tumultes des combats et l’horreur des massacres : une interprétation qui est un hommage au roman bouleversant de Sorj Chalandon.

Mon avis : 
Je vais avoir bien du mal à écrire mon billet pour ce livre et je vous préviens qu'il ne sera sans doute pas à la hauteur de ce texte et de la profondeur du sujet.

Sam veut monter la pièce Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth, mais avant d'en arriver là l'auteur nous fait découvrir les liens qui existent entre Sam et Georges, le narrateur. Ces liens sont ceux créés lors des révoltes étudiantes, lors des manifestations, ce sont aussi des liens de théâtre. 

Sam tombe malade et c'est Georges qui va devoir s'occuper de monter la pièce. Il va partir au Liban plusieurs fois.

Le lecteur est vraiment excellent, il donne du sens au texte qu'il lit sans trop en faire.
Je me suis fait plusieurs fois la réflexion qu'il y avait un sacré contraste entre ce que j'écoutais et ce que je faisais en même temps, surtout dans la deuxième moitié de ce livre audio avec les évènements qui se déroulent au Liban. Je me sentais presque gênée.

Encore un autre contraste, entre ce que Georges a vécu au Liban et son retour en France. Il n'est pas revenu indemne et il est pris aux tripes par de petits détails insignifiants de la vie quotidienne. Les conséquences psychologiques de ce voyage sont importantes.

Ceci est d'ailleurs très bien expliqué lors de l'entretien avec l'auteur à la fin du livre. Sorj Chalandon explique que Georges est une part de lui, il le dit beaucoup mieux que moi c'est vraiment intéressant.

Certains passages de ce livre sont plus que poignants, tout en écoutant en marchant il a fallu que je m'arrête, c'est la première fois que cela me fait cet effet là.

Ce n'est certes pas une lecture distrayante mais une grande réussite en livre audio, ça c'est sûr.

Hier j'étais au Salon du livre de Rennes avec d'autres blogueuses et blogueurs de l'ouest. 

J'ai assisté à une conférence avec Sorj Chalandon, je pense que nous étions nombreuses à avoir les larmes aux yeux à certains moments. 

 

                                

 

 



      Catégorie bâtiment

avec EnnaSylire

 

Partager cet article

Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 23:05

Quatrième de couverture :
Ce troisième roman de Khaled Hosseini raconte comment Abdullah, dix ans, indéfectiblement lié à sa petite soeur Pari, voit brusquement se rompre le lien qui les unit. Cet événement, choix terrible, pèsera sur toutes leurs vies. D’un village afghan en 1950 à Kaboul, en passant par Paris et le San Francisco des années 80, une quête bouleversante de l’âme soeur. Tour à tour déchirant, émouvant, provocant, un roman-fl euve sur l’amour, la mort, le sacrifice, le pardon, la rédemption, sur ces choix qui nous façonnent et dont l’écho continue de résonner dans nos vies.

Mathieu Buscatto nous donne une interprétation intime et bouleversante de ce drame familial venu d’ailleurs, qui pourtant résonne profondément à notre oreille.

Mon avis : 
J'avais déjà lu ce livre dans sa version papier avant de le découvrir en audio, inutile de dire que si cela n'avait été pour le Prix Audiolib je ne l'aurais pas écouté. Pour lire mon premier avis c'est
ici.

J'ai apprécié la façon de lire de Mathieu Buscatto et du coup cette écoute n'a pas été désagréable. Je n'ai zappé qu'un passage sur la vie d'un chirurgien grec, pour le reste cela s'est plutôt bien passé.

Mon avis est le même concernant la construction de l'histoire qui fait que j'ai encore trouvé que c'était plutôt décousu. On passe sans arrêt d'une époque à une autre et d'une personne à une autre.

C'est un livre audio assez long (15h39), cette écoute m'a quand même permis de le découvrir d'une autre façon et ce n'est pas inintéressant.

Les avis de Saxaoul et Mrs B.

 



       Catégorie verbe

Partager cet article

Repost0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 23:05
Quatrième de couverture :
Helena, Martin et leur fille Emilie ont choisi de quitter la vie survoltée de Stockholm pour accomplir leur rêve d'une vie simple à la campagne... Mais le trio éclate. Tandis qu'Helena, luttant contre la tristesse, ouvre une maison d'hôtes, Anders Strandberg, riche homme d'affaires rattrapé par la vacuité de son existence, est victime d'un accident de voiture. Il échoue par hasard dans l'hôtel d'Helena et décide de se faire passer pour un autre. L'heure est-elle venue, pour chacun d'eux, d'oublier enfin son passé ?
Douée d'un sens aigu de la psychologie, l'auteur explore avec finesse et empathie les voies de la rédemption.

Mon avis : 
Je suis assez partagée sur ce livre car d'un côté je l'ai trouvé facile à lire et plutôt agréable, mais d'un autre côté je l'ai trouvé assez banal.
Les personnages, plutôt sympathiques, se voilent la face sur leurs vies, sur leurs choix. Cela va bien sûr évoluer au fil de l'histoire mais j'aurais aimé avoir plus de surprise. 
Rien de très innovant côté psychologie à mon goût.
En revanche j'ai vraiment aimé le personnage de Verner, qui habite une cabane un peu à l'écart des autres habitants. Il est assez particulier et l'histoire de sa vie assez triste. C'est le seul qui amène un tout petit peu d'originalité à l'histoire, à mon goût bien sûr.

Une semi-déception donc.

 

 Livre issu de ma 

    

Catégorie moment/temps

 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 23:07
Résumé : 
Après s'être séparés plusieurs années auparavant, une bande de copains et membres d'un groupe de rock se retrouvent chez l'un d'eux, Sandro. Certains ont réussi, d'autres moins. Au détour de flash-back sur les concerts, la drogue, les amours passagères, ils comprennent les événements mal perçus à l'époque et découvrent que quelque chose de plus fort que la musique unit certains d'entre eux.

Mon avis : 
Sandro, Yvan, Frank et JB se rendent chez Sandro, en Angleterre, pour un week-end, 18 ans après la dissolution de leur groupe de rock. 
C'est donc un week-end de retrouvailles, de révélations, de grosses vannes entre copains, d'émotion et de rock.

Au début j'ai eu un peu de mal avec les flash-back qui racontent le passé, mais au fil de la BD je me repérais mieux dans le temps.

Au final je les ai trouvés plutôt touchants avec leurs faiblesses, leurs grandes gueules, leurs espoirs et leurs souvenirs. 

Un bon moment de lecture.

 

BD empruntée à la 
     images.jpg

Partager cet article

Repost0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 23:05

  

Quatrième de couverture :
«Lorsque nous avons décidé de publier une édition illustrée d'
Immortelle randonnée, il m'est apparu évident qu'il fallait conserver le caractère réaliste du livre, né d'un regard sans à-priori. Il fallait, pour répondre au texte, un regard aussi neuf et aussi éloigné qu'avait été le mien pendant ces semaines de marche. En même temps, il fallait que l'œil du photographe sache aussi se faire proche. Proche du chemin, des pèlerins, des paysages... 
J'ai proposé à mon ami Marc Vachon, l'un des plus remarquables témoins du monde contemporain, d'être mon partenaire dans cette aventure. Ensemble, nous sommes repartis. Pour donner à ceux qui n'auront pas la force, le temps ou la chance de le parcourir une idée assez précise de ce qu'est le Chemin. Pour inviter les autres à se mettre en route. Jusqu'à Saint-Jacques et au-delà.» 
Jean-Christophe Rufin. 

Mon avis : 
J'aime la marche à pied et j'aime découvrir l'expérience de personnes qui la pratiquent sur de longues distances.
Compostelle, c'est un peu mythique, un peu seulement pour moi pour deux raisons. Premièrement, je ne suis pas du tout tentée par ces heures de marche aux abords des grandes villes avec autoroutes et zones industrielles. Et deuxièmement, des amis ont du l'abandonner en cours de route à cause des punaises de lit présentes dans les dortoirs, une infection. 

Jean-Christophe Ruffin part pour un périple de huit cents kilomètres afin de rejoindre Saint Jacques de Compostelle. J'ai apprécié qu'il y ait une carte au début du livre pour situer sa position au fil des jours.

J'ai aimé la façon dont l'auteur raconte son voyage, on se rend bien compte de son évolution au fil du temps.
"En une journée, j'avais tout perdu : mes repères géographiques, la stupide dignité que pouvaient me conférer ma position sociale et mes titres. Cette expérience n'était pas la coquetterie d'un week-end mais bien un nouvel état qui allait durer." p.50 

Croyant ou non, la spiritualité évolue aussi au cours d'un si long voyage, c'est très bien rendu dans ce livre.
"La magie entêtante de la prière nous avait tous saisis. C'est une des particularités du Chemin que d'offrir au pélerin et quelles que soient ses motivations, des instants d'émotion religieuse inattendue." p.65 

Il nous parle aussi de ses rencontres, des différents types de pèlerins, des nombreuses raisons de faire un tel pèlerinage.
Ce livre est vraiment facile et très agréable à lire.

Mais que reste-t-il d'une telle expérience ? "La page s'est peut à peu tournée et les angoisses du Chemin ont disparu. L'effet perceptible du pèlerinage s'efface vie. En quelques semaines, tout a disparu. La vie a repris. Rien ne semble avoir changé". p.232 

Je crois que malgré tout il doit quand même en rester quelque chose même si ce n'est pas perceptible au jour le jour.

J'ai fait un beau voyage .... par procuration !

Je suis ravie d'avoir emprunté la version illustrée qui m'a tendu les bras à la bibliothèque.

Sur le même sujet j'avais aimé En route ! d'Alix de Saint André.

C'est l'avis de Saxaoul qui m'avait donné envie de lire ce livre.

 

Livre emprunté à la 
     images.jpg

        Catégorie lieu

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture