11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 22:06

                                       

Quatrième de couverture :
« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d’avantages, même après. »
Au lendemain du plus grand carnage du xxe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale.
Des « sentiers de la gloire » à l’apologie de la patrie victorieuse, ils se joueront d’une piété qui n’honore les morts que pour mieux oublier les survivants. Fresque d’une rare cruauté, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14. 

Dans l’atmosphère délétère des lendemains qui déchantent, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.
 

Mon avis : 
Je ne débordais pas d'enthousiasme au moment de découvrir ce livre audio, il faut dire que je n'avais pas trop aimé la version papier. 

Mon avis sur la version papier est ici.

Je gardais un petit espoir car la voix d'un lecteur peut parfois me faire changer d'avis.

Hélas ! Ce ne fut pas le cas, je n'ai pas du tout accroché à la voix de Pierre Lemaitre qui lit lui-même son roman. Il n'a pas une voix claire, je n'ai pas aimé ses intonations. Cet avis est tout à fait personnel et n'engage que moi !

J'ai insisté, je me suis dit que j'allais m'habituer et puis j'ai lâchement abandonné après le premier tiers du livre environ. Sans regret.

Il faut dire aussi que ce livre audio dure quand même près de 17 h et je ne me voyais pas continuer sans aucun plaisir d'écoute.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 22:05

                                        

Quatrième de couverture :
Depuis maintenant un mois, je bois mon café tous les matins à la brasserie des Sports, à côté de Bernard. Il est convoyeur de fonds...

Bernard, c'est mon ticket pour les tropiques.

Un beau jour, j'ai pris la décision ferme et définitive de m'emparer de tout l'argent que contient son camion et de tirer ma révérence... et ce jour-là, ma vie a changé.

Mon avis : 
Deux zonards prévoient de perpétrer un braquage social ! Ils ont tous les deux un passé familial lourd à porter et ils sont vraiment craignos.

Je n'ai pas tellement aimé la première partie de l'histoire où tout se met en place, je n'ai pas trouvé les personnages très convainquant et même plutôt lourds. Ils ne m'ont pas touchée et même un peu énervée.
En revanche j'ai beaucoup apprécié les imprévus et le retournement de situation qui se produit. A partir de là, cette histoire prend vraiment une autre dimension, plus humaine, plus touchante. Et alors c'est une vraie réussite.

Un avis en deux parties, un moyen et un très bon !

 

BD empruntée à la 
     images.jpg


 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 22:04

                                      

Quatrième de couverture :
A quarante ans, quittée par son compagnon, elle vide son compte en banque et part à Venise, pour ne pas sombrer.
C'est l'hiver, les touristes ont déserté la ville et seuls les locataires de la pension où elle loge l'arrachent à sa solitude. Il y a là un aristocrate russe en fauteuil roulant, une jeune danseuse et son amant. Il y a aussi, dans la ville, un libraire amoureux des mots et de sa cité qui, peu à peu, fera renaître en elle l'attente du désir et de l'autre.

Dans une langue ajustée aux émotions et à la détresse de son personnage, Claudie Gallay dépeint la transformation intérieure d'une femme à la recherche d'un nouveau souffle de vie. Et médite, dans le décor d'une Venise troublante et révélatrice, sur l'enjeu de la création et sur la force du sentiment amoureux.

Mon avis : 
J'ai visité Venise au printemps 2008 et j'en garde un souvenir émerveillé. Cette fois-ci c'est par la lecture que j'y suis allée, en hiver. L'ambiance est très différente, il n'y a pas grand monde, il fait froid et humide.

Une femme seule arrive dans une pension vénitienne, elle se promène dans Venise mais revient toujours dans la pension comme dans un cocon protecteur. J'ai aimé les différents personnages qui s'y côtoient et surtout la danseuse et le prince russe.

Plusieurs histoires d'amour sont contées dans ce livre, plus ou moins heureuses. L'auteur fait des phrases courtes, percutantes, j'ai aimé le rythme que cela donne à l'histoire alors qu'il n'y a pas vraiment d'action.

Ce livre n'est pas super gai, mais nostalgique, heureusement la fin laisse entrevoir l'espoir d'un nouveau départ.

Un bon moment de lecture.

 

 Livre issu de ma 

     

Catégorie lieu

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 22:05

                                    

Quatrième de couverture :
Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché dans une chambre d'hôtel. Pour mettre fin 
à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité. Désormais il se fera appeler Suzanne. Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaître un destin hors norme.
Inspiré de faits réels, Mauvais Genre est l'étonnante histoire de Louise et de son mari travesti qui se sont aimés et déchirés dans le Paris des Années folles.

Mon avis : 
Cette BD est tirée d'une histoire vraie et le mot de la fin exprime bien mon sentiment face à ce récit : Quel gâchis ! 

En démarrant ma lecture je m'attendais plutôt à une histoire touchante, je savais simplement qu'un homme se déguisait en femme pour éviter d'aller à la guerre (en fait il est déserteur).
Cette histoire est pleine de violence, physique et psychologique. Paul ne sait plus où se situer, il prend trop au sérieux sa nouvelle situation, de fil en aiguille il perd le respect pour sa femme, il la méprise.

Louise, sa femme, est soumise, elle fait tout pour son mari et même beaucoup trop.

Au final, c'est une histoire triste, tragique, sordide avec la déchéance d'un personnage pris à son propre jeu. J'ai trouvé que c'était assez malsain et un peu dérangeant.

J'ai donc été déçue par l'histoire, en revanche j'ai aimé les dessins et particulièrement le fait qu'ils soient dans des tons assez uniformes avec uniquement quelques taches de couleur.

 

BD empruntée à la
    images.jpg
 
  
Lecture commune avec
  ValSaxaoulSylire,
      Mrs B 
 et Laurie.

      Catégorie gros mot

 

 

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 04:03

                                    

Présentation :
Un joyeux bordel. Voilà à quoi ressemble la vie d’Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez sa meilleure amie en attendant des jours plus favorables. Oui, mais voilà : si elle n’avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu’elle a perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités fondamentales : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Sauf que, évidemment, c’est à peu près au même moment que son ex, le père de sa fille, décide de retenter sa chance avec elle. De quoi la mettre définitivement sens dessus dessous ! 

A propos de l’auteur
Passionnée par toutes les littératures, Angéla Morelli est à la fois professeur de lettres et traductrice de romances. Malgré cet emploi du temps bien chargé, elle parvient tout de même à trouver du temps – la nuit ! – pour se consacrer à l’écriture.

Mon avis : 
Je ne pensais pas lire ce livre, et puis j'ai lu et beaucoup aimé une nouvelle du même auteur 
Sous le gui. La curiosité étant la plus forte, j'ai craqué et j'ai acheté ce livre qui n'existe pour le moment qu'en numérique.

Comment dire ... Je ne connais pas Bradley Cooper, j'ai du aller faire un tour sur Wikipedia pour voir ce "beau gosse". Mouais....
Je ne connais pas les soirées cocktails entre copines suivis de lendemains difficiles.
Je ne connais pas les ateliers vernis entre copines.
A l'âge des personnages de ce livre, j'étais en couple avec enfants et la plupart de mes copines aussi.

Je me suis sentie bien étrangère à cette histoire. J'avais attendu un peu avant de me lancer dans cette lecture car je me doutais que je n'étais pas le public visé. Je ne raffole pas des romances et il me faudrait un peu plus de rebondissement que celui qui nous fait penser qu'entre Emilie et Samuel tout va s'arrêter.

En revanche, j'ai aimé les scènes de séduction et j'ai trouvé qu'Emilie était plutôt une fille sympathique.
J'ai bien ri en lisant que celle-ci surnommait sa balance "Salopa" ! 

Si je ne suis pas très enthousiaste, en revanche l'auteur a un réel talent d'écriture et j'aimerais beaucoup pouvoir la lire dans d'autres registres.

Les avis plus enthousiastes de Saxaoul, Liliba, Noukette et Jérôme.

 Livre issu de ma 

    numérique  

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 22:08

                                      

Résumé :
Quand Honor Bright se décide à franchir l'Atlantique pour accompagner, au coeur de l'Ohio, sa soeur promise à un Anglais récemment émigré, elle pense pouvoir recréer auprès d'une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker : broderie, prière, silence. Mais l'Amérique de 1850 est aussi périlleuse qu'enchanteresse ; soumise pour quinze ans encore à l'effroyable régime de l'esclavage, traversée de toutes sortes d'épidémies, torturée par une nature capricieuse, rien dans cette terre ne résonne pour elle d'un écho familier.Sa soeur emportée par la fièvre jaune à peine le pied posé sur le sol américain, Honor se retrouve seule sur les routes accidentées du Nouveau-Monde. Seule, aussi, pour se frayer une nouvelle vie. Très vite, elle fait la connaissance de personnages hauts en couleur, dont son expérience de jeune fille pieuse ne lui aurait jamais laissé soupçonner l'existence.

Parmi eux, Donovan, le «chasseur d'esclaves», cet homme brutal et sans scrupules qui, pourtant, ébranle les plus profonds de ses sentiments. Mais Honor préfère se méfier des voies divergentes. En épousant un jeune fermier quaker, elle croit avoir fait un choix raisonnable. Jusqu'au jour où elle découvre que l'Ohio est traversé d'un «chemin de fer clandestin», réseau de routes secrètes tracées par les esclaves pour rejoindre les terres libres du Canada. 

 

Mon avis :  
Un coup de cœur qui me ravit, qui est arrivé tranquillement au fil de ma lecture pour ne plus pouvoir lâcher le livre jusqu'à la fin. Je suis contente car je n'ai pas beaucoup de vrais coups de cœur, il faut vraiment un petit plus qui est rare pour moi.

Partir d'Angleterre, un vieux pays, pour arriver aux Etats-Unis dans une ville "nouvelle", voilà qui n'est pas simple pour Honor qui est une toute jeune femme. Tout ne se passe pas exactement comme prévu et les maisons de pierre, comme en Angleterre, ne sont pas monnaie courante.
"Le côté précaire très 'conquête de l'ouest' de la maison s'étendait à la ville elle-même." p.96

Honor va devoir s'habituer à une façon de vivre très différente, à une culture autre que la sienne. Elle a l'impression de vivre dans un chaos par rapport à sa vie d'avant bien organisée. On découvre cette nouvelle vie en alternance avec les lettres qu'elle envoie en Angleterre. 

Honor est quaker, la religion, la simplicité, la modestie tiennent une grande place dans sa vie. Son culte est silencieux, c'est plutôt une méditation collective. 
"Il était toujours plus dur de méditer sans le soutien de la force contemplative d'une communauté. Le silence collectif contenait une sorte de ferveur pleine d'attente" p.350

Les quakers sont contre l'esclavage, de nombreux fugitifs passent près de chez Honor, c'est une jeune femme sensible et très humaine, tout ceci n'est pas vu d'un très bon œil par son entourage.

Il est également beaucoup question de patchwork et des différentes façons de procéder pour "quilter". 

Honor va aussi faire de belles rencontres, notamment Belle, la modiste, que j'ai beaucoup aimée.
Ce sont deux très beaux personnages,  avec un cœur énorme et une volonté à toute épreuve.

Une bien belle découverte. 

 

Livre du club de lecture
   avec mes copines

       

Partager cet article

Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 22:05

                                          

Quatrième de couverture :
Une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye post-Kadhafiste, une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d’une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle.

Mon avis : 
Je me méfie toujours quand il est dit d'un livre que son contenu est hilarant... Et une fois de plus j'ai eu raison, c'est un style auquel j'ai du mal à adhérer.

Certes ce fakir, un peu truand sur les bords, n'est pas foncièrement antipathique, il lui arrive une foule d'aventures alors qu'il est juste venu en France pour s'acheter un lit à clous "Qui s'y frotte s'y pique" chez Ikea.

Différentes péripéties vont pimenter son voyage, plusieurs destinations imprévues, des modes de transport divers et variés, des rencontres et tout ceci de façon plus ou moins involontaire.

Heureusement que le lecteur était bon et que ce livre audio n'était pas trop long (5h42) c'était bien suffisant pour moi. Aux 2/3 du livre j'avais une sérieuse envie d'arriver au bout le plus vite possible.

J'ai souri un peu quand même, surtout avec les jeux de mots sur les noms propres.
J'ai aimé les rencontres faites quand il est coincé dans cette fameuse armoire et aussi un passage avec la fameuse Sophie Morceau ! 

Je l'ai donc aimé un peu ce livre mais pas plus que je m'y attendais.
 



     Catégorie gros mot

Partager cet article

Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 22:02

                                                     

Quatrième de couverture : 
Capturée puis vendue comme esclave par des pillards vikings, Inga est achetée par une étrange châtelaine surnommée "la Princesse noire". Quel est le secret de cette femme solitaire qui règne en maître sur un manoir en ruine où elle recueille des enfants infirmes abandonnés par leurs parents ?
Inga sent qu'un mystère pèse sur les lieux. Les adolescents dont elle a la garde chuchotent de bien curieuses histoires à propos d'une créature qui hanterait les souterrains. Un assassin qui, tel l'ogre des contes, viendrait à chaque nouvelle lune prélever son tribut de chair fraîche.
Qui se cache sous le masque d'un dieu barbare pour commettre ses crimes en toute impunité ? Quelles manigances se trament dans le secret des oubliettes ?

Dans la lignée de La Captive de l'hiver ou de L'Armure de vengeance, ce thriller médiéval entraîne le lecteur dans un tourbillon de mystère, de superstitions et de passions obscures.

Mon avis : 
Après ma découverte de l'auteur en 2010, 2011 et 2012 avec plusieurs titres, il était temps que je m'y remette. 

Cet auteur est vraiment très fort pour raconter des histoires, pour créer une ambiance.

Inga c'est la gentille, enlevée puis vendue comme esclave à la princesse noire. Cette princesse cache bien son jeu, elle n'est pas aussi bonne qu'elle le paraît et c'est là que cela devient intéressant.
Les méchants potentiels sont plusieurs mais il y a aussi des dragons, des créatures, des monstres. Tout ce petit monde se côtoie dans le château ainsi que dans ses souterrains. 

Un livre vite lu et bien prenant. Des poursuites, du suspense, quelques personnages attachants font que c'est une réussite.

Mon seul bémol, une fin un peu abrupte. 

 

L'avis de Joëlle.

 

Livre issu de ma 

    

Catégorie couleur

Partager cet article

Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 22:08

                                              

Quatrième de couverture :
Olivia et Emily, des demi-sœurs, vivent une enfance heureuse dans l'Angleterre des années 1950. Jusqu'au jour où Mo et Pa font un troisième enfant : Rosie, la petite princesse, leur préférée. Une vraie peste. Peu à peu, Rosie parvient à empoisonner l'existence de toute la famille, poussant Olivia et Emily dans leurs derniers retranchements. Comment s'en débarrasser ? Coups bas, manipulations en tous genres, vengeances : impossible de s'ennuyer à la lecture de ce roman jubilatoire, aux héroïnes aussi cyniques que déjantées. Un festival d'humour noir !

Mon avis : 
Quelle peste cette Rosie ! Certes ses deux demi-sœurs, Olivia et Emily, ne sont pas ravies de son arrivée dans la famille mais quand même...

Rosie va bien leur pourrir la vie, leurs amours, elle va vouloir la maison de famille, mettre ses sœurs à la porte.

J'ai lu ce livre facilement mais j'ai mis du temps à m'attacher aux deux sœurs spoliées, elles ne sont pas sympathiques au départ, elles se liguent contre leurs parents, elles sont pestes également.

Au fil de ma lecture j'ai apprécié l'histoire de plus en plus et je voulais qu'Olivia et Emily arrivent à piéger Rosie, ce n'est pas une mince affaire car elle est coriace la petite sœur.

J'ai aussi deux sœurs et pour ma part tout se passe bien, ouf !

Les avis de Canel, Clara et Cynthia.

Livre issu de ma 

    

Catégorie famille

Partager cet article

Repost0
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 22:09

                                   

Quatrième de couverture : 
Janvier 1915. Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig, isolés à l'arrière des lignes allemandes, ont été rejoints par une autre réfugiée, Luce, 13 ans. C'est dans une cabane en forêt qu'ils apprennent à survivre dans un environnement devenu très hostile. Entièrement livrés à eux-mêmes, ils doivent en outre gérer l'irruption d'un adulte dans leur groupe : Hans, un soldat allemand devenu leur prisonnier...

Mon avis : 
Après avoir découvert le tome 1 des Lulus (
mon avis), il me fallait lire le tome 2 au plus vite, je l'ai réservé à la bibliothèque et coup de chance la personne qui l'avait emprunté ne l'a pas gardé 3 semaines ! 

Je suis très frustrée car il y a un tome 3 à paraître et je vais devoir attendre pour la suite. Je n'aime pas du tout lire une série en plusieurs fois, il faudrait peut-être que je relise les 2 premiers avant, on verra.

Je suis très contente d'avoir retrouvé les Lulus dans ce tome 2. On fait connaissance avec Hans, un allemand, il va bien aider les Lulus dans leurs problèmes d'approvisionnement, des liens vont se créer entre cet homme et les enfants.
Des enfants qui ressemblent d'ailleurs plus à des ados dans ce tome, ils ont grandi et les plus jeunes ont quand même 13 ans.
Ils ont encore envie et besoin de jouer pour penser à autre chose qu'à leur situation précaire.

J'ai trouvé ce deuxième tome bien trop court ! 

 

BD empruntée à la 
     images.jpg

       Catégorie prénom

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture