8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 17:28

                                        

Quatrième de couverture : 
On retrouve dans Pars avec lui l'univers tendre et attachant d'Agnès Ledig, avec ses personnages un peu fragiles, qui souvent nous ressemblent. L'auteur de Juste avant le bonheur sait tendre la main aux accidentés de la vie, à ceux qui sont meurtris, à bout de souffle. Mais aussi nous enseigner qu'envers et contre tout, l'amour doit triompher, et qu'être heureux, c'est regarder où l'on va, non d'où l'on vient.

Mon avis : 
Un feu, un pompier, un hôpital, une infirmière, une sœur, une grand-mère. On met tout ensemble, on secoue, on mélange bien et il en sort un livre bien sympa.

De l'amour, des souffrances, du désir, du désamour, un désir d'enfant, de la violence, de l'espoir, voici les épices de cette recette concoctée par Agnès Ledig.

Même si on voit venir la fin grosse comme une maison, j'ai passé un très bon moment. Certaines phrases font mouche, sur la vie, sur les choix de vie, sur le respect de soi.

Un beau moment de lecture.

De cet auteur j'ai déjà eu un coup de cœur pour Juste avant le bonheur et j'avais beaucoup aimé Marie d'en haut.

L'avis de Saxaoul.

 

Merci aux Editions Albin Michel.

 


      Catégorie verbe


      Catégorie famille

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 17:05

                                       

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Pâques 1974. Sur l'île de Valö, aux abords de Fjällbacka, une famille disparaît sans laisser de trace. La table est soigneusement dressée pour le repas de fête, mais tout le monde s'est volatilisé. Seule la petite Ebba, âgée d'un an, erre, en pleurs, dans la maison abandonnée. L'énigme de cette disparition ne sera jamais résolue.

Trente ans plus tard, Ebba revient sur l'île et s'installe dans la maison familiale avec son mari. Accablés par le deuil et la culpabilité après le décès de leur fils, ils nourrissent l'espoir de pouvoir y reconstruire leur vie, loin du lieu du drame. Mais à peine se sont-ils installés (...) C'est le début d'une série d'événements troublants qui semblent vouloir leur rappeler qu'on n'enterre pas le passé.

De son côté, Erica s'était depuis longtemps intéressée à l'affaire de la mystérieuse disparition sur l'île. Apprenant le retour de la seule survivante, elle se replonge aussitôt dans le dossier. Elle n'imaginait pas que l'affaire était si complexe. (...) Elle n'imaginait pas que les secrets familiaux allaient mettre en péril l'une des personnes les plus importantes de sa vie.

 

Mon avis : 
J'aime découvrir la nouvelle histoire de cette série à chaque parution.
C'est surtout pour retrouver les personnages principaux, savoir ce qu'ils deviennent car au niveau de la construction du livre c'est toujours un peu pareil : Une histoire ancienne qui a un lien avec une histoire actuelle.

 

Les romans de Camilla Läckberg se lisent très facilement, les chapitres sont courts et cela donne du rythme à l'histoire. A chaque fois je suis prise par l'enquête et je prends plaisir à en découvrir la résolution.

Comme d'habitude Erica se mêle de l'enquête sur laquelle travaille son mari, elle se met parfois dans des mauvais pas mais elle met aussi Patrik en rogne (cela ne dure pas).

J'avais deviné certaines choses mais quelques surprises à la fin ont mis un peu de piment dans cette enquête qui aurait mérité un peu plus de suspense.

Comme d'habitude j'aurai envie de lire le suivant quand il paraîtra en espérant qu'il détrône mon préféré qui reste L'enfant allemand.

L'avis de A propos de livres.

 

            Livre prêté
            par Camille, 
        la fille d'une amie

                Merci !       

          

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 17:51

                                    

Résumé : 
La plus grande course à pied jamais organisée à travers les Etats - Unis : c'est l'incroyable défi que lance Charles C. Flanagan, alors que le pays s'enfonce dans la crise de 1929. Sur la ligne de départ, à Los Angeles, ils seront plus de deux mille, venus de soixante pays. 5 063 km plus tard, quelques centaines seulement atteindront New York. Au fil des étapes, ils apprendront à se connaître, trouveront pour certains l'amitié, l'amour... 
Ensemble, ils iront au bout d'eux-mêmes.

 

Mon avis : 
Avant de vous parler de ce livre, je fais une petite parenthèse personnelle.
J'ai commencé cette lecture juste avant de partir à Rennes pour participer aux 10 kms de
Tout Rennes court avec ma soeurette, et ce même jour Galéa a publié sa super video sur les joggueuses du dimanche.

Durant cette lecture j'ai donc baigné à fond dans la course à pied à tous les niveaux et j'ai passé d'excellents moments.

Ce livre est formidable ! Je me demandais bien comment l'auteur pourrait m'intéresser à cette course de 5000 kms entre Los Angeles et New York, que dire sur des jours et des jours de course ?  Et pourtant... il se déroule de nombreux évènements en marge de cette course.
On suit la course, on découvre petit à petit les coureurs et leur vie d'avant.

Certaines phrases parlent à la petite coureuse que je suis "C'est toujours le rythme qui tue, jamais la distance". Pour le moment je ne cours ni très vite ni très longtemps... mais je ne désespère pas de progresser !

Dans cette histoire, il est bien sûr question de compétition mais aussi de solidarité, d'entraide et les relations qui se tissent entre les coureurs sont très fortes et certains passages poignants.

Les problèmes rencontrés par les organisateurs sont nombreux, on leur met des bâtons dans les roues car certains veulent que la course s'arrête, les finances sont précaires et indispensables à la poursuite de cette épopée.

Des fêtes, des kermesses, des défis jalonnent cette histoire lors des jours de "repos", les coureurs sont sollicités alors qu'ils devraient se reposer, mais ils tiennent le coup contre vents et marées.

Je ne pensais pas autant aimer ce livre et j'ai été déçue que cela s'arrête, je serais bien restée encore un peu avec les personnages.

Et demain matin je vais courir, allez hop !
 

L'avis de Galéa.

 

           Livre prêté
            par Marie.
                Merci !       

             

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 17:55

                                     

Quatrième de couverture :
Claire, Juliette et Kader ont un peu plus de vingt ans et la vie les a déjà malmenés. Dans un contexte peu accueillant, ils se sont adoptés et ont fabriqué ensemble une nouvelle famille. L'arrivée de l'indomptable Tisha et les tourments enflammés de Monsieur Bréhel vont tout bousculer.

De Toulouse à Tunis, pris entre amour et amitié, ils se frôlent et se heurtent, mais tentent coûte que coûte de préserver leur tendresse et leur solidarité. Jusqu'au jour où la violence leur impose la mesure du réel.

Sauf quand on les aime ébauche le portrait d'une jeunesse silencieuse qui peine à se mettre au monde. Une jeunesse meurtrie en quête de liberté et d'avenir, confrontée au défi d'aimer.

Mon avis : 
Je vais avoir du mal à dire ce que je pense de ce roman.
Mon avis est mitigé, d'une part il se lit facilement et d'autre part je ne me suis pas beaucoup attachée aux personnages.

Certains passages sont très forts, notamment le début et la fin du roman. C'est l'entre deux qui m'a moins plu. Je n'ai pas tellement cru à cet amour que le vieux voisin ressent pour une des jeunes filles. En fait toutes les relations sont compliquées, leur vie est compliquée, leur avenir est incertain. 

En fait ce n'est pas très gai, je pense que c'est pour cela aussi que mon avis est mitigé.

J'avais beaucoup aimé Le vase où meurt cette verveine du même auteur.

 

Merci à Babelio et aux Editions Belfond.


         Catégorie verbe

 

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 16:01

                                             

Quatrième de couverture : 
Après l'immense succès de L'Île des oubliés, évadez-vous avec Victoria Hislop pour Une dernière danse dans les ruelles de Grenade. Une odyssée familiale bouleversante prise dans les tourments de l'Espagne franquiste, une histoire d'amour passionnelle au coeur de la cité de l'Alhambra, un siècle de bruit et de fureur andalous.

Quand elle arrive à Grenade pour prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique destinée des lieux et de ses habitants.

Dans les années 1930, le café abrite la famille Ramírez : trois frères aux idéaux opposés, une jeune soeur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis qu'elle tombe sous le charme du gitan guitariste qui l'accompagne, l'Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Résistance, soumission, fuite ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ?

Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer à quel point sa propre existence en sera bouleversée...

Mon avis : 
Une même famille qui vit plusieurs tragédies, c'est hélas possible en temps de guerre et c'est ce qui arrive à la famille Ramirez. Personne ne sera épargné, ni les parents, ni leurs quatre enfants Antonio, Ignacio, Emilio et Mercedes.

J'ai beaucoup aimé suivre les destins des différents personnages : lutte, fuite, emprisonnement... C'est ce que j'ai préféré.
J'ai un peu moins aimé les passages trop axés sur les détails des combats ayant lieu pendant la guerre civile. En revanche cela m'a drôlement rafraîchi la mémoire sur cette guerre.

De cet auteur j'ai adoré L'île des oubliés et beaucoup aimé Le fil des souvenirs.

 

 Livre du club de lecture
         avec mes copines

             

Après l'immense succès de L'Île des oubliés, évadez-vous avec Victoria Hislop pour Une dernière danse dans les ruelles de Grenade. Une odyssée familiale bouleversante prise dans les tourments de l'Espagne franquiste, une histoire d'amour passionnelle au coeur de la cité de l'Alhambra, un siècle de bruit et de fureur andalous.

Quand elle arrive à Grenade pour prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une simple conversation au café El Barril va la plonger dans la tragique destinée des lieux et de ses habitants.

Dans les années 1930, le café abrite la famille Ramírez : trois frères aux idéaux opposés, une jeune soeur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis qu'elle tombe sous le charme du gitan guitariste qui l'accompagne, l'Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Résistance, soumission, fuite ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ?

Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d'imaginer à quel point sa propre existence en sera bouleversée...

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 18:30

                                         

 

Résumé :
Saul « doc » Karoo, écrivaillon sans talent traînant une bonne dose de névroses est script doctor pour Hollywood. Sa fonction ? Massacrer les films des autres pour les rendre « commerciaux ». Quant à l’homme privé, il se délecte amèrement de son inaptitude à toute forme d’intimité comme à toute émotion spontanée. Ultime échec : son impossibilité à noyer dans l’ivresse la conscience de sa vie de raté. Jusqu’à ce qu’une occasion unique se présente à lui : à la demande d’une vieille gloire hollywoodienne, le remake d’une ancienne comédie romantique à souhait qui va l’inciter à reconsidérer son existence...

Thibault de Montalembert interprète avec maestria un Saul Karoo à la fois cynique et naïf, haïssable et pathétique, archétype d’une Amérique déboussolée.

 

Mon avis : 
Je l'avoue je n'ai écouté qu'un cinquième de ce livre audio avant de l'abandonner. Certes le lecteur est bon mais le personnage.....

Tout tourne autour de ce Karoo, antipathique, énervant qui ne parle que de lui, il est égoïste, cynique et inintéressant.

Ce livre ne me tentait pas plus que ça alors je n'étais pas prête à être indulgente avec le personnage et je ne me suis pas obstinée longtemps.

Je n'ai peut-être pas assez insisté mais je n'en avais pas envie.

 

          Livre prêté
            par Enna
                Merci !       

             

 

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 15:59

                                                

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Années 1980 : Mélodie, une jeune Cannoise, commence son journal intime. 1964 : Yann, un Français habitant New York, semble avoir laissé sa vie derrière lui. Vingt ans plus tard à San Francisco, Benoît voit son couple se déliter alors même que sa carrière de pianiste connaît une envolée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux résistants, Alceste et Agnès se découvrent amoureux grâce à leur correspondance. (...) 

Cinq voix s'élèvent à travers le temps et l'espace pour tenter de saisir leur chance, de comprendre leur vie, de mettre des mots sur le sentiment amoureux. Destin, hasard ou fatalité, un seul être peut savoir ce qui les lie : le lecteur.

Mon avis :
Mélodie, Yann, Benoît, Agnès et Alceste et enfin une vieille femme. Cinq parties pour ce livre qui explore tour à tour les relations familiales, amoureuses, le deuil. Différentes époques, plusieurs continents.

J'aime ces livres qui racontent l'histoire de plusieurs personnages pour lesquels on ne découvre les liens entre eux qu'à la fin. Ici, certains liens apparaissent dès la troisième histoire sur les cinq.

Je ne sais plus quelle blogueuse a précisé dans son billet de ne pas lire l'arbre généalogique du début du livre, je l'en remercie car bien m'en a pris ! Je trouve qu'il vaut vraiment mieux le découvrir à la fin car certains liens ne sont pas super simples.

Les histoires d'amour et de deuil sont très fortes, parfois bouleversantes. Les personnages qui m'ont le plus touchée sont Yann ainsi qu'Agnès et Alceste.

C'est un joli livre. Je ne savais pas à quoi m'attendre en l'ouvrant et ce fut une belle découverte. 

J'aime l'écriture de cet auteur, je l'avais découverte avec La grand mère de Jade un coup de cœur !

Les avis de Canel et L'irrégulière.

 

Merci aux Editions J'ai lu

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 16:10

                                             

 

Résumé :
Alors que ses deux oncles et tuteurs, Sam et Sib Melvill, se proposent de la marier à un jeune savant de leurs relations, Aristobulus Ursiclos, la jeune Helena Campbell émet le souhait de contempler le rayon vert. Selon une légende écossaise, observer ce rayon donne le pouvoir de lire dans son propre cœur et dans celui des autres.

Mon avis : 
Helena veut voir le rayon vert avant de se marier. Ses oncles, qui la chérissent, car elle est orpheline, lui ont trouvé un fiancé... un jeune savant un peu trop fier de ses connaissances...

Sam et Sib les deux oncles d'Helena sont attendrissants, ils remplacent à la fois le père et la mère de la jeune fille.

Les voici partis en voyage pour découvrir ce fameux rayon vert. Mais ils ont bien du mal à trouver les conditions idéales et cela va prendre un certain temps.

En ce moment j'ai du mal à me concentrer sur ma lecture audio et mon esprit s'évade lors de certains passages avec des descriptions. Ce n'est pas un livre d'aventure et c'est un peu mou sauf à la fin qui est un peu plus mouvementée.

Le style est un peu désuet mais c'est assez sympa et j'ai aimé la lecture qui est faite de ce texte.

Les personnages apportent beaucoup à cette histoire car le rayon vert n'est qu'un prétexte et sa quête n'est pas vraiment passionnante.

     

   Livre emprunté à la

         images.jpg


           Chez Valérie

      


         Catégorie couleur

 

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 18:32

Bonsoir à tous mes lecteurs ! 

Cela fait deux fois qu'une blogueuse me dit qu'elle ne peut plus commenter sur mon blog.

J'aimerais savoir si d'autres personnes sont dans le même cas, vous pouvez me laisser un message en cliquant sur "contact" en haut à droite de mon blog.

Ce qui me paraît bizarre c'est que j'ai assez peu de commentaires depuis quelques temps alors que le nombre de mes visiteurs a augmenté "un peu".

J'espère que vous n'êtes pas trop nombreux à ne pas pouvoir commenter.

Bonne soirée

PS : et merci Gambadou de m'avoir informée de ce problème

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 18:56
                                            
Cette année j'ai participé au prix Audiolib 2014, nous étions 15 audio-lecteurs à écouter une sélection de 10 titres (ici). 
 
Ce soir c'était la remise du prix au gagnant, je n'ai malheureusement pu m'y rendre.
Le gagnant est : Le fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea de Romain Puértolas lu par Dominique Pinon
(cliquez sur la couverture du livre pour découvrir mon avis)

  

                                     

 

J'avais classé ce titre 5ème sur les 10 titres découverts. Le lecteur était parfait mais je n'avais pas trop accroché à l'histoire.

 

J'ai beaucoup aimé cette expérience de prix littéraire en lecture audio.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture