20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 16:15
Pain amer de Marie-Odile Ascher

...

Quatrième de couverture :
Ils étaient des milliers à avoir fui la révolution bolchevique et la guerre civile. En 1946, auréolé de sa victoire sur le nazisme, Staline les rappelle à la mère patrie : l'URSS. Ils seront quelque quatre à six milles «Russes blancs» exilés à suivre l'étoile rouge et les promesses du Petit Père des peuples.

Parmi eux, Marina qui, bien que se sentant française, suit les siens dans leur voyage de retour. Elle laisse Marc, son grand amour, certaine de revenir bientôt sur la Côte d'Azur, l'épouser. Pour l'instant, un long périple l'attend. Elle ne se doute pas qu'une fois arrivée, se dressera entre elle et ses rêves d'avenir le mur du totalitarisme.

 

Mon avis :
Heureusement que deux de mes amies avaient lu ce livre avant moi car ce n'est pas la couverture qui m'aurait donné envie de le découvrir.
J'aurais eu bien tort de me priver de cette lecture que j'ai vraiment beaucoup aimée.

En 1946, les parents de Marina décident de retourner dans leur pays, l'URSS, avec leurs sept enfants. Marina est déchirée car elle est française, elle passe son bac, elle est amoureuse mais... elle est mineure. Elle suit donc sa famille en espérant revenir au plus vite en France.

"Ils commencèrent à rêver de rentrer "au pays", "chez eux". Bien sûr, cela voulait dire tout recommencer à zéro, alors qu'ils avaient fait leur trou en France : ils y avaient leur famille, des amis, un travail pas si mal payé... Mais comment savoir s'ils ne regretteraient pas un jour de ne pas avoir saisi cette opportunité, alors qu'on disait la vie tellement plus facile là-bas ?" p.53

Un de ses oncles pense que c'est une chimère, Marina ne se sent pas Russe, et puis le pain est-il vraiment gratuit là-bas ? Rapidement ce pain prendra un goût bien amer.

Ce livre est palpitant, Marina est touchante, courageuse, elle affronte la faim et même la famine, le froid, la souffrance, le déracinement. Elle voit tous ses rêves avortés, la terrible jeunesse de ses frères et sœurs.
Mais elle garde espoir car elle veut retrouver Marc, son fiancé.

La vie de cette famille, celle de Marina, bascule plusieurs fois.
Dans cette URSS Marina n'ose même pas se confier à ses nouvelles amies, la peur de la dénonciation est partout.

Voici un roman historique comme je les aime car la partie romancée est prépondérante, la lecture de ce livre est vraiment facile et abordable.

J'ai dévoré ce roman en un week end, c'est un signe !

 

L'avis de Gambadou.

 

 Livre du club de lecture
     avec mes copines

      

 

 

Partager cet article

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 18:14
Satan était un ange de Karine Giébel

..

Quatrième de couverture : 
Tu sais Paul, Satan était un ange... Et il le redeviendra.
Rouler, droit devant. Doubler ceux qui ont le temps. Ne pas les regarder.
Mettre la musique à fond pour ne plus entendre.
Tic tac...
Bientôt, tu seras mort.

Hier encore, François était quelqu'un. Un homme qu'on regardait avec admiration, avec envie.
Aujourd'hui, il n'est plus qu'un fugitif qui tente d'échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu'il aille. Quoi qu'il fasse.
La mort est certaine. L'issue, forcément fatale.
Ce n'est plus qu'une question de temps.
Il vient à peine de le comprendre.

Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance.
Il paye le prix de ses fautes.
Ne pas pleurer. Ne pas perdre de temps. Accélérer.
L'échéance approche.
Je vais mourir.

Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer et qui pourtant fuient ensemble leurs destins différents.
Rouler droit devant, admirer la mer. Faire ce qu'ils n'ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout...
Car après tout, pourquoi tenter sans cesse de trouver des explications ?

 

Mon avis : 
Je n'avais rien lu sur ce dernier roman de Karine Giébel, je n'avais que le souvenir des titres déjà découverts de cet auteur : Meurtres pour rédemptionTerminus Elicius, Les morsures de l'ombre, Chiens de sang, Jusqu'à ce que la mort nous unisse et Juste une ombre.

François et Paul, un avocat et un jeune truand, rien ne les unit et pourtant une amitié assez improbable va se créer entre ces deux hommes qui se sont rencontrés par hasard.

Alors bien sûr il y a des poursuites, des meurtres, sans temps mort mais c'est vraiment cette relation entre les deux hommes qui rend cette histoire très belle et touchante malgré tout.

Le suspense est présent, l'étude la psychologie des personnages également, ce qui donnt un très bon mélange et j'ai été conquise par ce nouveau roman de Karine Giébel.
Il faut maintenant que je lise l'avant dernier.

 

  Livre emprunté à la

        images.jpg

 

   

            Gros mot

 

Partager cet article

Repost0
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 04:43
Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda (livre audio)

...

Quatrième de couverture : 
Antonio José Bolivar Proaño est le seul à pouvoir chasser le félin tueur d’hommes. Il connaît la forêt amazonienne, il respecte les animaux qui la peuplent, il a vécu avec les Indiens Shuars et il accepte le duel avec le fauve.
Mais Antonio José Bolivar a découvert sur le tard l’antidote au redoutable venin de la vieillesse : il sait lire, et il a une passion pour les romans qui parlent de l’amour, le vrai, celui qui fait souffrir.
Partagé entre la chasse et sa passion pour les romans, le vieux nous entraîne dans ce livre plein de charme dont le souvenir ne nous quitte plus.

 

Mon avis : 
J'appréhendais un peu cette lecture audio car je n'avais pas apprécié la version papier de ce livre. 
J'avais bon espoir car Féodor Atkine est un très bon lecteur, j'avais beaucoup aimé la lecture qu'il avait faite dans
Le quatrième mur de Sorj Chalandon. 

Contrairement à ce que dit la quatrième de couverture je n'ai pas été charmée par cette histoire.
Pourquoi ? J'ai bien du mal à le déterminer. Ce n'est pas dû au lecteur, je pense que c'est l'histoire en elle-même qui ne m'a pas embarquée. Je n'arrivais pas à fixer mon attention durant cette écoute.

Je pense que ce livre n'est définitivement pas pour moi, tant pis ! 

       Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda (livre audio)

 

 Ecoute commune avec 
   Saxaoul et Micmelo

 

           Chez Sylire

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 19:32
Sous les couvertures de Bertrand Guillot

...

Quatrième de couverture : 
Un samedi soir, une librairie de quartier. Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s'éveillent et se racontent leurs histoires... Mais ce soir, l'heure est grave : les nouveautés viennent d'arriver, et les romans du fond de la librairie n'ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur !

Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s'unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu'ils n'ont pratiquement aucune chance...

 

Mon avis : 
Une histoire qui parle de livres aurait dû me plaire à 100% mais cela ne marche pas à tous les coups, je n'ai été convaincue qu'à 50%.

Cette histoire de livres qui s'animent après la fermeture de la librairie m'a fait penser au film La nuit au musée, ils se réveillent, se parlent, se déplacent même.

Au début j'ai été amusée par cette situation, par les phrases et les expressions employées au sujet de tous ces livres, il y a vraiment de bonnes réflexions qui m'ont fait sourire.
Mais au fur et à mesure de ma lecture, l'épopée de ces livres et leur révolution m'ont lassée, tous leurs noms s'embrouillaient dans mon esprit et j'ai fini par lire ces passages un peu en diagonale je l'avoue.

En revanche, j'ai vraiment aimé les passages concernant le vieux libraire, Sarah la jeune femme qui travaille pour lui, sa colocataire qui est critique littéraire et les auteurs. 

Les sujets abordés sont nombreux : la rentrée littéraire bien sûr, la lecture numérique, la survie des librairies à l'heure du numérique et des sites internet très vendeurs, les différents styles de livres...  
Ce n'est pas inintéressant mais les passages sur la révolte des livres ont vraiment fini par me paraître longuets. Dommage ! 

C'est donc une lecture en demi-teinte.
 

      Livre issu de ma 

         

               Objet

 

 

Partager cet article

Repost0
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 07:31
Ca peut pas rater de Gilles Legardinier

..

Quatrième de couverture : 
- J'en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J'en ai plus qu'assez de vos sales coups ! C'est votre tour de souffrir !

Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d'un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu'au fond des enfers.

La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. À présent, c'est la méchante Marie qui est aux commandes. À partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m'étouffe, la haine me consume.

 

Mon avis : 
Mon avis est assez tiède sur ce livre, j'avais de beaucoup préféré les autres titres de cet auteur : Demain j'arrête, Complètement cramé, Et soudain tout change.

J'ai cependant souri plusieurs fois grâce à quelques réflexions marrantes, et de jolis passages émaillent quand même cette histoire.

Ce roman est un joyeux mélange de tout ce qui remplit une vie, relations professionnelles, relations amoureuses.

Ce qui rend mon avis assez moyen c'est qu'il y a vraiment des longueurs, des passages qui sont assez bavards et où cela n'avance pas beaucoup, il rallonge la sauce un peu trop à mon goût.

Mais je me connais je lirai sûrement le prochain roman de cet auteur en espérant retrouver l'enthousiasme ressenti lors de la lecture des trois premiers titres.

 

    Livre du club de lecture
          avec mes copines

             

 

 

             Gros mot

 

                Mort

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:40
Les années cerises de Claudie Gallay

...

Quatrième de couverture :
A l'école, on l'appelle l'Anéanti. Pas seulement parce qu'il collectionne les zéros : sa maison, à l'écart du village, est menacée d'être engloutie par une falaise qui s'effrite peu à peu. Et alors que tous - autorités, voisins, famille - conseillent à ses parents de déménager le plus rapidement possible, ils s'accrochent à leur chez-eux. La mère surtout, qui ne se soucie guère de rassurer son fils et distribue les claques plus facilement que les câlins. C'est dehors que le jeune garçon trouve de l'affection et des raisons d'aimer la vie : en s'occupant des animaux de la ferme de pépé et mémé, en rêvant à la grande sœur de son ami Paulo, en faisant de la balançoire sur le cerisier planté au bord du gouffre...

Roman mélancolique, Les Années cerises est éclairé par l'immense tendresse de Claudie Gallay pour les personnages en marge et les enfants trop sensibles ; son style simple, doux et sincère touche au coeur.

 

Mon avis :
Quel joli roman ! Joli mais pas vraiment gai, joli et très touchant.
Un jeune garçon de onze ans vit avec ses parents dans une maison au bord d'une falaise, le danger est là mais ils ne veulent pas déménager. Les parents ne sont pas attentionnés envers leur fils, les coups pleuvent.
Heureusement il y a son pépé et la sœur de son copain Paulo qui le fait drôlement fantasmer (mais il sait qu'il est trop jeune). 

Ce roman est plein de sensibilité, terriblement touchant.

Certaines remarques du petit garçon font vraiment sourire d'autres serrent le cœur du lecteur.

Une belle découverte ! 

 

      Livre issu de ma 

         
      

 

             Couleur

Partager cet article

Repost0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 17:23
Un swap !

...

Je suis fan du Petit Bac ornisé par Enna depuis plusieurs années.

Tiphanie a eu la bonne idée d'en faire un swap.

Je vais y participer en binôme avec Enna.

N'hésitez pas à nous rejoindre, tout est expliqué ici

Partager cet article

Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 15:30
Détectives Miss Crumble - Le monstre botté de Hanna, Guinebaud et Lou

...

Résumé : 
1918. Au lendemain de la guerre, dans le sympathique village de Sweet Cove, tout respire la douceur de vivre. Ah, Sweet Cove... ses jardins bien entretenus, ses salons de thé aux doux parfums de gâteaux chauds... C'est pourtant ici que va frapper un mystérieux assassin botté, l'occasion rêvée pour une célèbre institutrice retraitée de s'adonner à son sport préféré : mener l'enquête.

 

Mon avis : 
Il n'y a pas trente-six façons de le dire... je n'ai pas aimé cette BD.

Je n'ai pas trop aimé les dessins et je n'ai pas été convaincue par le personnage principal. C'est une institutrice retraitée, avec des cheveux gris mais la peau toute lisse... et en 1918 elle a des décolletés trèèès décolletés, vu l'époque cela ne me paraît que peu plausible.

La chute de l'histoire est plutôt bien mais j'ai tellement été gênée par les dessins que je n'ai pas tout lu attentivement sauf la fin justement.

Désolée de ne pas vous donner envie.

Mon mari a lu cette BD juste après moi et sans se concerter .... même avis ! 

 

Cette BD fait partie du Prix BD Cezam 2015.

 

   BD empruntée à la

          images.jpg

 

               Animal

 

      

 

                Mort

 

      

 

 

Partager cet article

Repost0
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 16:56
Sans faille de Valentin Musso

..

Quatrième de couverture : 

Connaît-on vraiment ses amis ? Romuald, Théo, Dorothée, David et Juliette se retrouvent pour une randonnée dans les Pyrénées. C'est Romuald, à qui tout réussit, qui les a invités dans son luxueux chalet. Mais la montagne lui est-elle aussi familière qu'il le prétend ? L'expédition tourne au cauchemar. Le groupe s'égare, les secrets et les rivalités surgissent. Jusqu'au drame...

 

Mon avis : 
De cet auteur j'avais déjà découvert Le murmure de l'ogre en livre audio.
"Sans faille" est vraiment très différent tant par l'histoire que par l'époque à laquelle il se déroule.
C'est un thriller mais sans descriptions sanguinolentes, sans poursuites mouvementées, tout est dans l'ambiance et dans l'aspect psychologique des personnages.
Une randonnée entre "amis" qui ne se passe pas comme cela était prévu. Romuald a tout organisé
 et a invité d'anciens copains de lycée. On découvre petit à petit ce qui s'est passé entre eux à l'époque de leur adolescence et le pourquoi de cette randonnée.
Angoisse et danger sont au rendez-vous. Cela fait souvent froid dans le dos.
C'est assez prenant, cela se lit vraiment bien, et j'ai très souvent pensé à
Saxaoul et sa randonnée de l'été dernier dans les Pyrénées.

 

Merci à Babelio et aux Editions Points.

 

 


 

Partager cet article

Repost0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:13
Gamines de Sylvie Testud

...

Quatrième de couverture : 
« Qu'est-ce que tu faisais dans la chambre de maman ?
- J'ai volé une photo. Une toute petite photo.
- Tu lui ressembles tellement », a dit ma soeur.
J'ai mis la photo dans la poche de mon jean. Je me suis assise dessus pendant trente ans.
« La photo est ressortie de ma poche ! j'ai dit à mes soeurs. J'ai vu l'homme de la photo !
- Qui ?
- Celui qui porte le même nom que nous, le même nom que moi. Ce n'est pas une photo, c'est un homme ! »
J'ai donc un père. Que dois-je faire ? Trente ans que je réponds : « Je n'ai pas de père. Je n'ai qu'une photo. »
Devant les mines compatissantes, je réponds depuis trente ans : « Je n'ai pas de père, mais je m'en fiche, c'est comme ça. »

 

Mon avis : 
Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en ouvrant ce petit roman. J'y ai découvert la vie de Sybille et de ses sœurs, elles vivent avec leur maman, leur papa est un mystérieux inconnu, il est toujours nommé "Il". "Il" a l'air vraiment impressionnant.

Le ton employé par Sybille (Sylvie ?) et juste, très juste, elle est très attachante dans sa façon de raconter leur vie. J'ai aimé la fantaisie de cette histoire car c'est très bien dosé. J'ai préféré la partie sur leur jeunesse mais le dernier tiers du livre et tout aussi important.

Un très bon moment de lecture qui est tombé à point nommé dans une non-envie de lecture ce qui est excessivement rare pour moi.

Un film a été tiré de ce livre, je me demande bien ce que cela peut donner. Quelqu'un l'a vu ? 

 

 Livre du club de lecture
     avec mes copines

      


            Gros mot

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture