21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 09:42
Et tu n'es pas revenu de Marceline Loridan-Ivens (livre audio)

...

Quatrième de couverture :
« J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas,  en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même.
T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le coeur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille. »

M.L.-I.
 
Mon avis : 
Commençons par la lectrice : en fait cela me dérange un peu quand je connais déjà la voix par ailleurs. Dans le cas présent, Sandrine Kiberlain apparaît dans de nombreux films et je préfère quand je n'associe pas la voix à un acteur que je connais.  Cependant, je dois reconnaître qu'elle lit très bien.
 
Puis le livre : C'est beaucoup trop court à mon goût pour une autobiographie. 
J'ai de beaucoup préféré celle de Simone Veil,
Une vie.
Ce livre audio dure 1h50 et j'ai un peu eu l'impression que tout était survolé.
Ce que j'ai préféré, c'est la façon dont l'auteur explique le ressenti d'après guerre, d'après déportation, aussi bien celui de ceux qui sont restés que celui de ceux qui sont partis.
C'est un beau texte pour son père qui n'est donc pas revenu (cf le titre) mais peut-être trop intime pour moi.
 
Un avis en demi-teinte.
 
 

      Catégorie phrase
 
Merci à Audiolib

      Catégorie gros mot
 

      Catégorie gros mot
 
Et tu n'es pas revenu de Marceline Loridan-Ivens (livre audio)

...

Partager cet article

Repost0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 16:56
La fin d'une imposture de Kate O'Riordan

...

Quatrième de couverture :
La vie de Rosatie et de Luke s'est délitée voici quelques mois après la révélation de l'adultère commis par Luke. Mais l'annonce de la mort de Rob, leur fils, lors d'un voyage en Thaïlande provoque un séisme familial. 
Les mois qui suivent sont un cauchemar dans lequel Rosalie doit apprendre à composer avec la perte de son fils, un contexte conjugal compliqué et aussi la dépression de Maddie, sa fille. Cette dernière se juge coupable de la mort de son frère mais refuse d'expliquer pourquoi à ses parents. Elle se lie avec un gang de filles particulièrement violentes.
Rosalie croit apercevoir le bout du tunnel lorsque, au cours d'une thérapie de groupe, elles font la connaissance de Jed, un jeune homme auquel Maddie s'attache très rapidement, même si cette figure singulière devient de plus en plus angoissante. L'adolescente reprend goût à la vie, alors que le diabolique Jed ne cesse de s'immiscer dans la famille...

 

Mon avis :
Ce n'est pas marqué sur la couverture mais je qualifierais ce roman de thriller psychologique. Qui plus est, il est extrêmement bien mené et j'ai vite été embarquée à la suite des personnages.

Rosalie, Luke et Maddie ont vécu un évènement familial dramatique et cela a perturbé leur équilibre familial déjà bien fragile.

Rosalie et Maddie vont rencontrer Jed, un jeune homme qui va rapidement faire partie de leur cercle familial. On a un peu de mal à imaginer que cela puisse se faire aussi vite mais la situation psychologique des personnages est tellement fragile que cela va lui faciliter la tâche.

La tension monte progressivement, le lecteur est tenu en haleine en se demandant jusqu'où cela va le mener.

J'ai terminé la deuxième moitié de ce livre en un après-midi car je ne pouvais plus le lâcher. 

Un très bon moment de lecture !

 

 Livre emprunté à la

       images.jpg

 


      Catégorie ponctuation

 


      Catégorie voyage

Partager cet article

Repost0
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 16:51
Nos vies insoupçonnées d'Anaïs Jeanneret

...

Quatrième de couverture :
Une petite fille perdue. Une femme qui a fait le mauvais choix. Un commissaire désabusé et romantique. Une institutrice en colère. Une gloire des médias au parcours inattendu. Une mère et son fils dont la rencontre a scellé des liens d'autant plus solides que leurs passés furent chancelants.

Autant de vies en apparence si discrètes, dont l'écriture d'Anaïs Jeanneret dévoile les subtils décalages et entrelacs : cette part du hasard, de la rencontre, ou encore du désir qui les fait soudainement palpiter et les relie les unes aux autres sous l'effet d'une force insoupçonnée.

 

Mon avis : 
En général j'aime bien ce style de roman qui raconte différentes petites histoires et qui tisse progressivement des liens entre elles. C'est amusant parce qu'avec ce genre de procédé cela fait "tilt" tout d'un coup pendant la lecture et on comprend où l'auteur a voulu en venir.

Ici cela commence par une petite fille perdue, on dirait qu'elle se cache qu'elle a peur, elle observe et commente ce qu'elle voit. 

Les personnages suivants sont tous des adultes, leur point commun est d'avoir des bleus au cœur.

J'ai vraiment aimé l'écriture de cet auteur que je ne connaissais pas, elle est pleine de sensibilité et de douceur, ses personnages sont touchants et réalistes.

Une belle découverte. 

 

Merci aux éditions Albin Michel

 

Partager cet article

Repost0
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 17:58
L'homme qui ment de Marc Lavoine (livre audio)

...

Quatrième de couverture :
Lulu avait toujours une grève à organiser ou des affiches à placarder. La nuit venue, il nous embrigadait, ma mère, mon frère et moi, et nous l’aurions suivi au bout du monde en trimballant nos seaux de colle et nos pinceaux. Il nous faisait partager ses rêves, nous étions unis, nous étions heureux.

Evidemment, un jour, les lendemains qui chantent se sont réduits à l’achat d’une nouvelle voiture, et Che Guevara a fini imprimé sur un tee-shirt.
Le clan allait-il survivre à l’érosion de son idéal et aux aventures amoureuses que Lulu avait de plus en plus de mal à cacher ? Collègues, voisines, amies ; brunes, blondes, rousses : ses goûts étaient éclectiques. Lulu était très ouvert d’esprit.
Sans nous en rendre compte, nous avions dansé sur un volcan. L’éruption était inévitable.

 

Mon avis : 
Le livre commence et se termine par l'enterrement de Lulu, le père de Marc Lavoine.
Un drôle de père ... il travaille aux PTT, il est militant, il a une femme, deux fils, jusque là tout va bien.
Là où cela se gâte c'est que c'est un homme infidèle, dragueur, menteur, cavaleur et qu'il ne se prive pas de parler devant ses enfants d'Hélène, de Jeannine, de Melle C. et des autres...
Du coup je ne l'ai pas trouvé très malin et alors qu'il aurait pu être simplement fantaisiste il m'a paru bien antipathique.

J'ai pourtant ressenti ce livre comme un hommage à son père. L'écriture est belle et Marc Lavoine lit très bien son texte mais cela n'a pas suffi pour que je l'apprécie.
Au bout d'un moment je me suis dit qu'il y aurait bien autre chose que ces histoires de coucheries mais non, ou pas assez à mon goût.

Heureusement il était court !

 

L'avis de Sylire

 

  Livre prêté par
       Sylire



   
 

         

Partager cet article

Repost0
13 mai 2016 5 13 /05 /mai /2016 14:32
En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut

...

Quatrième de couverture :
Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.

Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C'est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l'appartement. C'est elle qui n'a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.

Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.

L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

 

Mon avis : 
Avant de commencer ce livre je ne connaissais pas la chanson Mr Bojangles (à prononcer à l'anglaise et pas en français comme je le pensais). Dès que celle-ci a été évoquée je l'ai donc écoutée, je pensais qu'elle allait être rythmée et entraînante mais pas du tout.

En revanche la vie des parents du narrateur est vraiment extravagante et au début j'ai aimé la façon de raconter de ce petit garçon, originale et vive.

Ses parents le font vivre dans un tourbillon de fantaisie, d'extravagance à l'extrême. 

Et voilà, c'est cet extrême qui m'a dérangée et malgré les avis enthousiastes lus un peu partout je vais encore être le vilain petit canard mais j'assume.

Et une fois de plus, les histoires déjantées ne sont vraiment pas faites pour moi.  

On se demande où sont les adultes pour cet enfant ! La frontière est mince entre fantaisie et folie, mais trop c'est trop et je dois avouer que j'ai plutôt survolé la deuxième moitié de ce livre.

Au final ce n'est pas une histoire gaie, pas du tout, l'aspect festif cache une grande détresse.

J'avais trouvé la couverture plutôt attirante avec son petit côté rétro.

 

Les avis de Sylire, Gambadou et Alex.

 

Livre prêté par une amie

       

 


       Catégorie spectacle


       Catégorie objet

Partager cet article

Repost0
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 16:29
Tu me trouveras au bout du monde de Nicolas Barreau

...

Quatrième de couverture :
Lorsque Jean-Luc Champollion, jeune galeriste de talent et don Juan à ses heures, reçoit la lettre d'une énigmatique correspondante, ce ne sont que les prémices d'un irrésistible jeu de piste amoureux. Que désire cette femme qui distille savamment les indices et tarde à se dévoiler ? Comment la convaincre de tomber le masque ? Jean-Luc devra-t-il aller jusqu'au bout du monde pour la tenir enfin dans ses bras ?


Après l'immense succès du Sourire des femmes, Nicolas Barreau nous offre un savoureux marivaudage contemporain servi par une langue galante et inventive. Un pur moment de bonheur !

 

Mon avis : 
Bon, je n'ai pas accroché à ce "savoureux marivaudage contemporain"....
Ce livre est pourtant assez court (un peu plus de 250 pages) mais ce jeu de piste n'est pas assez rythmé pour moi. Ca tourne un peu en rond, le personnage principal passe en revue les femmes qu'il connait pour essayer de deviner qui lui a écrit une belle lettre d'amour.
Dès le premier tiers j'ai eu l'envie de laisser tomber.
J'avais quand même envie de savoir qui était cette mystérieuse correspondante.

Je suis péniblement arrivée jusqu'à la moitié du roman et puis ... j'ai pensé que j'avais deviné qui était cette femme, alors j'ai sauté sur l'occasion et j'ai jeté un œil sur les dernières pages du livre. Bingo !!!!!

Et voilà, c'était trop facile et pas très passionnant. 

 

Livre du club de lecture
 avec mes copines

       

 


         Catégorie phrase

 

Partager cet article

Repost0
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 17:09
Le temps est assassin de Michel Bussi

...

Quatrième de couverture :
Eté 1989
La Corse, presqu'île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite... et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l'accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l'endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.

Vivante ? 

 

Mon avis et celui de Claire/Mrs B. : Billet à 4 mains !  
Sandrine : Avec ce livre je reviens d'un petit voyage en Corse au camping des Euphroctes.

ClaireCette fois-ci direction ... la Corse et comme d'habitude je me laisse emporter par la beauté des paysages sous la plume de Bussi.

Sandrine : C'est aussi un voyage dans le temps puisqu'on se promène entre l'été 1989 et l'été 2016. 

Claire : Pourtant la Corse c'est loin d'être le paradis pour Clotilde. En 1989, à l'âge de 15 ans, lors de vacances annuelles sur l'île, elle perd ses parents et son frère dans un accident de voiture auquel elle survit. 

Sandrine : En 1989, c'est Clotilde à 15 ans qui parle par l'intermédiaire de son journal secret de l'époque. 

En 2016, c'est Clotilde à 42 ans qui revient avec son mari et sa fille de 15 ans sur les lieux du drame de son adolescence. Clotilde est obsédée par son passé et on peut le comprendre, elle va fragiliser les relations avec son mari et sa fille. Cela ne va pas être un été de tout repos.

ClaireNous la retrouvons 27 ans plus tard avec mari et fille adolescente en pèlerinage sur l'île. Un pèlerinage qui va vite transformer les vacances en cauchemar dès qu'elle reçoit une lettre dans laquelle elle reconnait l'écriture de sa mère. Clotilde décide alors de résoudre ce mystère au péril de sa vie et de celle de sa famille. 

Sandrine : Comme d'habitude avec Michel Bussi j'ai été embarquée dans cette histoire, avec ses mystères, ses questions, ses surprises.

Claire : Les lecteurs de Bussi savent bien qu'il faut se méfier de tout le monde et j'ai douté de TOUS les personnages.

Sandrine : En même temps que Clotilde essaie de se souvenir de l'été 89, le lecteur découvre ses histoires d'adolescente de l'époque et de la bande qu'elle fréquentait, avec ses amitiés, ses amours, ses rivalités...

ClaireLa lecture est d'autant plus intéressante qu'elle mêle la Clotilde de 1989 à travers son journal intime et celle de 2016. 

Sandrine : J'ai apprécié toutes les références musicales de la fin des années 80 et un matin je suis même partie au travail avec en tête Forever young que j'aime beaucoup.

Juste pour faire ma difficile j'ai trouvé le dénouement un chouïa long et bien tarabiscoté comme l'auteur aime le faire.

ClaireUn bon Bussi.

Sandrine : Je vous le conseille comme une bonne lecture en vue des vacances et d'ailleurs ce livre est déjà parti en Corse avec une de mes amies.

 

Claire et Sandrine : Merci à Babelio et aux Presses de la Cité

 


      Catégorie gros mot
 

 

tous les livres sur Babelio.com

      Catégorie voyage
 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2016 5 06 /05 /mai /2016 16:24
La puissance de la joie de Frédéric Lenoir (livre audio)

...

Quatrième de couverture :

« Existe-t-il une expérience plus désirable que celle de la joie ?
Plus intense et plus profonde que le plaisir, plus concrète que le bonheur, la joie
est la manifestation de notre puissance vitale. La joie ne se décrète pas, mais
peut-on l’apprivoiser ? La provoquer ? La cultiver ?
J’aimerais proposer ici une voie d’accomplissement de soi fondée sur la puissance
de la joie. Une voie de libération et d’amour, aux antipodes du bonheur factice
proposé par notre culture narcissique et consumériste, mais différente aussi des
sagesses qui visent à l’absence de souffrance et de trouble.
Pour ma part, je préfère une sagesse de la joie, qui assume toutes les peines
de l’existence. Qui les embrasse pour mieux les transfigurer. Sur les pas de
Tchouangtseu, de Jésus, de Spinoza et de Nietzsche, une sagesse fondée sur la
puissance du désir et sur un consentement à la vie, à toute la vie…
… Pour trouver ou retrouver la joie parfaite, qui n’est autre que la joie de vivre. »
Frédéric Lenoir
 
Mon avis : 
En ce moment je suis assez branchée bonheur, joie, lâcher prise, pleine conscience, gratitude, cela m'aide à relativiser certaines choses, certains évènements, certains ressentis, certaines difficultés. Je suis plus apaisée (en ce moment).
J'essaie de vivre plus intensément le moment présent et de laisser passer les moments moins agréables sans m'y cramponner ni les ruminer.
 
Ce livre audio est tout à fait dans cet esprit et comme souvent on peut y piocher différentes idées, des pistes de réflexion intéressantes. Il est moins facile d'y revenir qu'avec un livre papier mais je pense que je le réécouterai. Il est parfait en faisant du jardinage au soleil printanier par exemple ou en marchant dans un parc à Munich !
 
Mon seul petit bémol c'est que l'auteur parle un peu trop de lui-même, cela m'a gênée pendant un petit moment puis j'y ai moins fait attention.
 
J'ai bien aimé la voix du lecteur qui passe vraiment bien pour ce type de lecture.
 
Un livre qui fait du bien !
 
Merci à Audiolib pour cette découverte.

 

Partager cet article

Repost0
4 mai 2016 3 04 /05 /mai /2016 17:20

C'est avec un grand, très grand plaisir que j'accueille aujourd'hui Mrs B. sur mon blog pour qu'elle nous donne son avis sur le livre audio Moi, Malala.

Elle est bretonne mais habite en Normandie, ex-blogueuse, fan de séries (en anglais), sportive et nous avons même déjà participé ensemble à un 10 kms de course à pied (ici) et à une traversée mémorable de la baie du Mont Saint Michel (ici) et j'ai même déjà dormi chez elle.

Bienvenue Mrs B. et reviens quand tu veux ! 

 

Moi, Malala

Moi, Malala de Malala Yousafzai et Christina Lamb

...

Malala …. ou l'histoire bouleversante d'une jeune fille qui, dès son plus jeune âge, a compris l'importance de l'éducation et qui se bat pour le droit des filles à aller à l'école.... au risque de sa propre vie. 

La Swat Vallée.... du Paradis à  l'Enfer. 

Ce livre est d'une incroyable richesse géographique, culturelle, historique et citoyenne. L'amour de Malala pour sa vallée, pour sa culture,  est présent dans chaque chapitre et que cette vallée à l'instar de ses habitants  a souffert : l'arrivée des Talibans, les crues, les bombardements, un tremblement de terre, l'exode de sa population au gré des décisions politiques. 

Ce roman se décline sous la forme d'une chronologie des événements (de «  Avant les Talibans » à « Une deuxième vie ») et est narrée à la première personne. La jeunesse de l'auteur se ressent  à travers ses disputes avec ses copines d'école ou ses relations avec ses frères et d'un autre côté elle est si mature  et si pleine d'humanité. Sans oublier l'amour de ses parents  qui l'ont toujours poussée à lutter pour ses idées dans un monde où les garçons sont rois. 

Malala, je vous admire et je vous respecte. Merci à Christina Lamb, co-auteure, pour ce magnifique moment de courage. 

Quant à la lectrice Guila Clara Kessous elle a su admirablement incarner la voix de cette jeune fille  courageuse et optimiste.

 

Un grand merci à Audiolib !!!!

Moi, Malala de Malala Yousafzai et Christina Lamb

...

Partager cet article

Repost0
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 17:20
Boussole de Mathias Enard

...

Quatrième de couverture :
Dans son appartement viennois, Franz Ritter, musicologue épris d’Orient, cherche en vain le sommeil, dérivant entre fièvre et mélancolie, songes et souvenirsqu’habitent les images de l’insaisissable Sarah, spécialiste de l’attraction du Grand Est sur les aventuriers, les savants, les artistes occidentaux.

Ainsi se déploie un monde d’orientalistes animés d’un désir de découvertes que
l’actualité contemporaine vient gifler. Et l’écho de leur élan brisé résonne dans
l’âme des personnages comme il traverse le livre.
Roman nocturne, enveloppant et musical, tout en érudition généreuse et humour
doux-amer, Boussole est une déclaration d’admiration, une quête de l’autre en
soi et une main tendue – comme un pont jeté entre l’Occident et l’Orient, bâti sur
l’inventaire amoureux de siècles de fascination et d’influences indélébiles, pour
tenter d’apaiser les feux du présent.
 
Mon avis : 
Quel dommage que ce soit l'auteur qui lise son propre roman. Je n'ai pas pu aller plus loin que deux plages d'écoute sur 51 ....

 
Je n'ai pas du tout supporté le ton de sa voix, j'ai eu l'impression qu'il lisait en cherchant l'approbation du lecteur audio sur un ton presque interrogatif. 
C'est dommage car il y a vraiment de bons lecteurs qui sont souvent acteurs de théâtre d'ailleurs et l'un d'eux m'aurait peut-être fait apprécier cette écoute.
 
En revanche comme je n'ai pas pu me faire d'idée de ce roman j'ai envie de découvrir la version papier car de cet auteur j'avais déjà aimé Parle leur de batailles, de rois et d'éléphants (version papier) et Rue des voleurs (version audio).
 

      Catégorie voyage

 

Boussole de Mathias Enard

...

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture