27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 07:38

...

 

Quatrième de couverture :
Voilà treize jours qu'Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d'Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, en rappelle une autre, plus d'un siècle plus tôt, lorsqu'une fameuse actrice de la Comédie-Française vint y cacher un lourd secret. Se sentant observée dans sa propre maison, Ariane perd peu à peu le fil de la raison... 

Bienvenue au pays de Caux, terres de silences, de pommiers et de cadavres dans les placards...

Mon avis : 
Je ne suis pas toujours très enthousiaste quand je lis des nouvelles, je trouve ce format court un peu frustrant.
Ce recueil en comporte quatre et elles sont suffisamment longues pour bien s'immerger dans chaque histoire.

Ce sont quatre nouvelles avec des thèmes très différents et j'ai vraiment apprécié chacune d'elles. 

La première, qui donne son titre à ce recueil, m'a donné envie d'aller visiter Veules-les-Roses en Normandie. Un mystère plane sur la maison que vient d'acheter Ariane qui vient de fuir Paris avec Anaïs sa petite fille.

La chute de la deuxième est surprenante car cette armoire normande n'est pas celle que l'on croit.

Vie de grenier m'a souvent fait sourire par le petit commentaire de Muguette  la femme de Gaby qui mène l'enquête sur ce qu'il a vu dans un vide grenier. Elle intervient à chaque fin de chapitre.

Une fugue au paradis est en fait l'histoire d'un drame, et même de plusieurs drames. Ce n'est pas tout à fait l'idée qu'on se fait du paradis...

Ce livre est donc une très belle surprise et la diversité des textes qui le composent lui apporte un vrai plus.  

 

Livre du club de lecture
avec mes copines

 

Catégorie passage du temps

 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 15:59

...

 

Depuis plusieurs mois je découvre la sélection du prix Audiolib 2018.

Voici venu le temps (des rires et des chants) de publier mon classement.

La sélection était bonne et j'ai apprécié qu'il n'y ait pas de gros pavés à écouter.

A partir du 13 juin les internautes pourront aller voter pour les 5 titres sélectionnés parmi nos classements respectifs.

Vous pouvez cliquer sur les couvertures pour aller lire mon avis.

 

 

numéro 1

 

numéro 2

 

numéro 3

 

numéro 4

 

numéro 5

 

numéro 6

 

numéro 7

 

numéro 8

 

numéro 9

 

numéro 10

 

J'ai de nouveau beaucoup apprécié cette expérience de lecture pour cette cinquième fois.

Alors vivement l'année prochaine !

Merci à Audiolib et à Pauline de m'avoir permis d'écouter tous ces titres

Partager cet article

Repost0
21 mai 2018 1 21 /05 /mai /2018 17:52

...

 

Résumé :
Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.
1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin.
Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle va y découvrir.
Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix
ans plus tard ?

 

Mon avis : 
La plupart du temps, j'aime bien les romans qui alternent deux périodes, le passé et le présent.

Dans ce livre audio j'ai autant aimé l'une que l'autre. Le personnage commun est Maggie et l'histoire de sa vie est vraiment intéressante. 

C'est un beau roman d'histoire familiale, d'héritage, d'une région attirante mais rude. Lucy, la petite fille de Maggie, est aussi un personnage touchant qui va bien évoluer tout au long de l'histoire.

La voix de la lectrice se prête bien au texte sauf.... quand elle pousse des cris du style A l'aiiiide !!!!! Meuuuuhhhhhh ! Ouinnnnnnn ! ces passages là sont vraiment risibles.

Cela n'empêchera pas ce livre audio d'être dans mon top 5 du classement du prix Audiolib.

C'était ma dernière écoute des 10 titres sélectionnés.

 

...

 

Catégorie lieu

 

Partager cet article

Repost0
21 mai 2018 1 21 /05 /mai /2018 14:57

...

 

Quatrième de couverture : 
 Maman disait de moi que j'étais un ange. 
Un ange tombé du ciel. 
Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais... 
Je connais l'enfer dans ses moindres recoins. 
Je pourrais le dessiner les yeux fermés. 
Je pourrais en parler pendant des heures. 
Si seulement j'avais quelqu'un à qui parler... 
Tama est une esclave. Elle n'a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin... 

Frapper, toujours plus fort. 
Les détruire, les uns après les autres. 
Les tuer tous, jusqu'au dernier. 
Gabriel est un homme qui vit à l'écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures. 
Un homme dangereux. 
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. 
Une jeune femme blessée et amnésique. 

Qui est-elle ? D'où vient-elle ? 
Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite ! 
Parce que bientôt, tu seras morte.

Mon avis :
Du bon Karine Giebel ! et même plus mais c'est un roman à ne pas mettre entre toutes les mains... Elle malmène ses héros, elle les torture, ils sont soumis à de la cruauté et même de la barbarie.

Le sujet de ce roman est révoltant, l'esclavage moderne, on aimerait penser que cela n'existe pas/plus tellement c'est horrible et inhumain.

Ma très grande fille fille me dit souvent : Mais comment tu fais pour lire de tels livres maman ?
Je pense que c'est parce que je m'attache aux personnages, à leur histoire et que c'est tellement bien ficelé que je ne peux plus en décrocher.

Du très bon Karine Giebel !

Voici les titres de cet auteur que j'ai déjà lus.... je pense qu'on peut dire que je suis fan de ses romans :
Le purgatoire des innocents (ici) , De force (ici), Satan était un ange (ici), Meurtres pour rédemption (ici), Terminus Elicius (ici), Les morsures de l'ombre (ici), Chiens de sang (ici), Jusqu'à ce que la mort nous unisse (ici), Juste une ombre (ici

Livre prêté par Les livres de l'Arrajou : Merci !

 

Catégorie gros mot

 

Partager cet article

Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 17:31

...

 

Quatrième de couverture :
Jeanne, 90 ans, décide d'écrire son journal intime. Du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver, d'événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne pendant toute une année ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée dans l'Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie et de ton est l'un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu'elle veut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, accueillir - pas trop souvent - ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine... 

Le portrait d'une femme qui nous donne envie de vieillir ! 

Mon avis : 
Qu'elle est chouette Jeanne ! Pleine de bon sens, prête à profiter de la vie jusqu'au bout.
A 90 ans ce qui lui pose le plus de problème c'est la technologie et les passages sur son utilisation des GPS, lecteur de DVD ou téléphone sont vraiment drôles. 

Quand ses enfants sont là son petit rythme est perturbé, si elle en fait la remarque on la traite de casse-pieds  "Je ne deviens pas casse-pieds, je vieillis" p. 28

 Elle trouve toujours à s'occuper "Finalement les seuls moments où je m'ennuie, ce ne sont pas ceux où je suis seule, ce sont ceux où je suis en compagnie de gens ennuyeux. Alors le temps, d'ordinaire si pressé, traîne à n'en plus finir" p.161

Elle a bien du mal à avoir toujours son téléphone avec elle au grand dam de ses enfants d'ailleurs, ils s'inquiètent mais Jeanne aime sa liberté.  "Et puis, avant, on n'avait pas de portable et on se débrouillait très bien sans. Maintenant, il faudrait toujours répondre présent, à tout le monde, tout le temps et partout. Avec ces engins mobiles, on n'est plus libre, on nous suit à la trace, c'est terrible." p.218  

A cet âge on perd forcément des proches ou des moins proches et les rangs deviennent un peu clairsemés  "C'est toute ma jeunesse qu'on m'arrache mort après mort, mes souvenirs sur lesquels  on jette des pelletées de terre mouillée." p.316

Quelques phrase ici ou là dont il faudra me souvenir le moment venu !  "Je me secoue, je dois rester en forme, qu'il ne prenne pas à mes enfants l'idée de me mettre en maison de retraite, moi aussi ! Alors, même si je suis fatiguée, que je n'ai pas très envie de sortir, je me force à faire ma promenade. Je n'ai pas le choix. Je me dis qu'à mon âge tout ce qu'on arrête un jour, on l'arrête pour toujours." p.348
Cela me fait penser à certaines résidentes de la maison de retraite dans laquelle je travaille qui continuent à marcher quotidiennement malgré les douleurs, la fatigue, à se pomponner aussi pour ne pas se laisser aller.

Jeanne est vraiment très mignonne avec ses copines, elles n'hésitent pas à boire un petit coup, à manger du gâteau et à apprécier tous les moments dont elles peuvent encore profiter.

Je me suis régalée avec ce roman et cette petite Jeanne si attachante.

Livre de ma 

 

Partager cet article

Repost0
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 18:19

...

 

Résumé :
Au terme d’une traque impitoyable dans les forêts de Lainio, en Laponie suédoise,
un ours féroce est abattu. Dans sa panse : les restes d’un homme…
Cette macabre découverte est suivie quelques mois plus tard par l’assassinat d’une femme à coups de fourche. Chargée de l’enquête, la procureure Rebecka Martinsson ne tarde pas à recouper ces faits a priori sans rapport : les deux victimes avaient un lien de parenté ; ils étaient père et fille. Mais ils ne sont ni les premiers ni les derniers à disparaître, comme si une étrange malédiction frappait
leur famille…
Åsa Larsson, star du polar scandinave, part sur les traces d’un terrible et lointain secret, dans les paysages crépusculaires et inquiétants du Grand Nord suédois.

Mon avis : 
J'avais oublié combien j'aimais écouter un livre audio en jardinant mais c'est aussi parce qu'il m'a beaucoup plu que j'ai eu envie de jardiner pour l'écouter. Mon jardin l'en remercie.

L'alternance entre l'enquête actuelle et l'histoire d'Elina en 1914 donne du rythme à ce roman. Et bien sûr le passé permettra d'éclairer le présent.

L'ambiance de cette histoire est prenante et j'ai rapidement été accrochée par ce roman bien mené.

Je n'ai pas ressenti de lassitude durant cette écoute et j'avais vraiment hâte de m'y remettre à chaque pause.

La lectrice est agréable à écouter et mène sa tâche à bien.

Ce livre sera très certainement bien placé dans mon classement pour le prix Audiolib. 
 

Lecture commune avec Enna et Sylire

...

 

Catégorie gros mot avec Moloch

 

Partager cet article

Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 14:52

...

 

Résumé :
Une île, dans l'archipel du Chien. Une petite communauté d'hommes vit de la pêche, de la vigne, des oliviers et des câpriers, à l'écart du fracas du monde. Jusqu'au jour où trois cadavres s'échouent sur ses rives. Bousculés dans leur tranquillité, les habitants se trouvent alors face à des choix qui révèlent leur nature profonde, leur petitesse et leur égoïsme. ©Electre 2018

Mon avis : 
L'auteur s'attaque ici à un sujet d'actualité, les migrants. Trois d'entre eux s'échouent sur une petite île.

Cette histoire pourrait se passer n'importe où ou presque, les personnages n'ont pas de nom, seule leur fonction permet de les différencier : le Maire, l'Instituteur, le Docteur, le Curé...

Philippe Claudel ne décrit pas la plus belle part de l'humanité au travers de la réaction et des actes des personnages de ce roman. Son écriture efficace nous immerge dans cette histoire sombre et prenante.

J'avoue que je l'ai commencé avec scepticisme et que j'ai vite accroché.
Je suis contente de l'avoir lu.

Livre emprunté à la

 

Catégorie animal

 

Partager cet article

Repost0
10 mai 2018 4 10 /05 /mai /2018 17:48

...

 

Quatrième de couverture :
Noah Wallace est un homme usé, l'ombre du brillant profileur qu'il était jusqu'à ce qu'un accident lui enlève à la fois sa femme et sa carrière. Mais un appel téléphonique va le contraindre à reprendre du service. Son ami et ex-coéquipier Steve Raymond a besoin de lui. Une carte postale trouvée sur le lieu d'un crime atroce au Canada l'implique directement et le ramène à une série de meurtres commis cinq ans plus tôt. 
Tout porte à croire qu'un tueur en série présumé mort, le Démon du Vermont, est de nouveau à l'oeuvre. 

Dans le même temps, à New York, la journaliste et blogueuse Sophie Lavallée enquête sur un reporter disparu dans les années soixante-dix. 

Et si les deux affaires étaient liées par le même sombre secret ?

Mon avis : 
Un bon petit polar de vacances ! avec du mystère, des surprises et un héros plutôt sympathique.

Au début on de voit pas trop où l'auteur veut en venir, son histoire est bien construite. 

Il faut quand même être concentré, bien suivre ce qui se passe et  il y a juste eu un moment où j'étais un peu perdue, un manque d'attention de ma part sans doute.

Il paraît qu'il y a une suite, alors pourquoi pas...

 

Livre de ma

 

Catégorie Moyen de transport

 

 

Partager cet article

Repost0
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 19:15

...

 

Quatrième de couverture :
En pleine nuit, une jeune femme attend face au Panthéon, un sac dans les bras qu’elle serre comme un étau. Cette femme, c’est Anna-Marie Caravelle, l’Affreuse Rouquine, la marginale.

Lorsque, vingt-quatre ans plus tôt, Monique Bonneuil a pris en charge son éducation à l’insu du reste du monde, elle n'imaginait pas qu’elle abritait un monstre. (...)

Voici l’histoire d’Anna-Marie Caravelle. Que fait-elle là, agenouillée en plein Paris, au milieu de la nuit ? Et que contient ce sac qui semble avoir tant d’importance ?

 

Mon avis :
Tout est compliqué pour Anna-Marie et à vingt-quatre ans elle a déjà presque vécu plusieurs vies avec des personnes différentes. Et franchement elles m'ont fait plutôt froid dans le dos.

La haine côtoie le désir, l'amour fréquente la mort, le sombre fait concurrence au glauque. Ce roman est tragique, désespéré et noir, très noir. Et pourtant je l'ai dévoré, les images se formaient sous mes yeux avec en permanence cette question à l'esprit : Mais qu'y a-t-il dans ce fameux sac ????

L'auteur crée une ambiance avec des mots choisis, précis, un rythme dans les phrases et une imagination qui va bien plus loin que tout ce que je pouvais imaginer. Et pourtant quelques petites lueurs d'espoir sont disséminées ici ou là.

Il vaut mieux avoir le cœur bien accroché pour ce lancer dans cette histoire. Vous voilà prévenus !

Troisième livre lu de cet auteur : Avec elle (ici), Une bonne intention (ici)

Livre de ma PAL cadeau
merci Canel !

 

Catégorie objet

 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 16:10

...

 

Quatrième de couverture :
« Mémé, c'est ma mémé, même si ça ne se dit plus. Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d'avant-guerre. Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n'est pas une enquête, ce n'est pas une biographie, c'est ce que j'ai vu, compris ou pas, ce que j'ai perdu et voulu retenir, une dernière fois. Mémé, c'est mon regard de gamin qui ne veut pas passer à autre chose. » 

Mon avis : 
Quelle tendresse dans ce texte que l'auteur a écrit en pensant à sa grand-mère, sa mémé.

Une vie près de la nature, toute simple où la terre est importante, la famille aussi. 

"Ce n'était pas de la pingrerie, c'était le bon sens que donne la pauvreté, l'argent doit être dépensé pour des choses qui en valent la peine, un toit, la nourriture et l'énergie, le reste n'est pas nécessaire. Un cadeau n'est pas nécessaire, ce qui compte c'est d'être là" p.46

Une vie sans la surconsommation que nous connaissons maintenant alors que pour être heureux il suffit de savoir ce contenter de ce que l'on a sans en vouloir toujours plus (une fois qu'on a le minimum je suis d'accord).

"A cette époque Internet c'était le marché, la Toile c'était de la toile de bâche, on "chattait" devant les étals, au cul des vaches, au dessus des cages à poules et des cageots de légumes. Une fois le marché fini, fallait attendre la semaine suivante pour avoir du réseau, sinon il fallait changer d'opérateur en allant sur un autre marché, dans une autre bourgade..." p.100

Les mots de l'auteur sont touchants, sincères et lui permettent de rendre un bel hommage à sa mémé.

Un petit livre plein de nostalgie et de douceur.

 

Livre de ma PAL
offert par Saxaoul : Merci ! 

 

Catégorie Mot unique

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture