5 août 2018 7 05 /08 /août /2018 16:26

...

 

Quatrième de couverture :
30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l'État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers : le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu'une passante, témoin des meurtres. 
L'enquête, confiée à la police d'État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l'appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. 
Mais vingt ans plus tard, au début de l'été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu'il s'est trompé de coupable à l'époque. 
Avant de disparaître à son tour dans des conditions mystérieuses. 
Qu'est-il arrivé à Stephanie Mailer ? 
Qu'a-t-elle découvert ? 
Et surtout : que s'est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?

Mon avis : 
Cela faisait un moment que je n'avais pas lu de pavé et j'avoue que j'appréhendais un peu. J'avais tort puisque j'ai dévoré ce livre dont j'avais eu de bon échos par ma maman, nos goûts sont souvent assez proches.

Commencé au début de mes vacances, ce livre n'a pas fait long feu.

Les chapitres s'enchaînent sans temps mort entre passé et présent avec de nombreux rebondissements.

Les personnages sont nombreux mais à aucun moment je ne me suis mélangée les pinceaux.

Il faut attendre les toutes dernières pages pour que l'intrigue se dénoue et j'ai trouvé l'explication originale.

Je viens de lire des avis très négatifs sur ce roman mais je l'ai aimé et même beaucoup, comme tous les livres de cet auteur d'ailleurs. Je n'ai pas tout aimé dans ce roman mais l'impression générale est vraiment très bonne.

 

Livre de ma 

 

Plus de 600 pages pour participer à ce challenge !

 

Partager cet article

Repost0
4 août 2018 6 04 /08 /août /2018 15:47

...

 

Quatrième de couverture :
Non, la retraite ce n'est pas le début de la fin ! Ce n'est pas non plus le consumérisme à outrance de mannequins « seniors » qui courent après leur jeunesse. C'est le début d'une vie enfin libre. Elle est dans le mouvement, l'action, la plénitude. L'occasion rêvée de réaliser des projets longtemps différés, d'être créatif et citoyen. Bernard Ollivier revient sur la décennie qui fut la sienne depuis qu'il a cessé d'être salarié. Le moins que l'on puisse dire est que le bilan est plus que positif : comme une renaissance, une invitation à le suivre sur ce chemin du temps retrouvé pour soi et pour les autres. 

Mon avis : 
J'approche tranquillement de cet âge (vénérable) de 60 ans, enfin... encore quelques années quand même... 

J'ai beaucoup aimé cette réflexion qui permet de se poser les premières questions à propos de la retraite (qui pour moi n'arrivera pas à 60 ans d'ailleurs). L'auteur a choisi de le faire en marchant, sur le chemin de Compostelle, il établit un bilan de sa vie et réfléchit en quoi il peut être utile à la société.
Car, non, la retraite n'est pas que repos, farniente et oisiveté. A cet âge on peut encore apporter beaucoup. (Florence si tu me lis on avait abordé ce sujet il y a quelque temps).

Cela m'a fait penser à mon papa qui de nombreuses années d'une retraite bien  occupée nous a dit qu'il prenait la retraite de sa retraite ! J'aime bien cette formule.

J'aime aussi beaucoup marcher mais je ne sais pas si je choisirai la formule de l'auteur pour faire le point sur ma vie et sur ce que je souhaite après ma vie professionnelle (pas vie active car la retraite peut l'être aussi). 
Les choix ne sont forcément pas les mêmes selon que l'on est en couple ou non, j'espère que nous serons toujours tous les deux pour vivre cette période de notre vie.

Un livre que je vais prêter et que je relirai certainement dans quelques années.

 

L'avis de Saxaoul (ici) Merci pour le cadeau !

Catégorie Passage du temps

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 18:00

...

 

Quatrième de couverture : (censurée par mes soins)
Zoé, trente ans, voit sa vie basculer lorsque ses parents ont un grave accident de moto. Son père décède sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. (...)
Après quatre mois de déni, Zoé part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toute ces années. 

Mon avis :
Ce livre est entré dans ma PAL un vendredi après-midi et je l'ai terminé deux jours plus tard un dimanche de finale de coupe du monde.
Après Les lettres de Rose (ici) que j'avais beaucoup aimé, ce roman m'a tendu les bras et je n'ai pu y résister.

La Bretagne accueille Zoé et son histoire, ses recherches, ses mystères. C'est ici qu'elle va essayer de se reconstruire suite au décès de ses parents.

J'ai retrouvé l'écriture de Clarisse Sabard avec grand plaisir, et j'ai souvent eu le sourire aux lèvres.

La galerie de personnages est vraiment sympathique, diversifiée ainsi qu'attachante.

Un très joli roman, encore une fois plein d'amitié, d'amour... et de romantisme.

 

Livre de ma 

 

Catégorie lieu

 

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2018 7 29 /07 /juillet /2018 17:15

...

 

Quatrième de couverture :
« J'ai cru que c'était la fin du monde. Que rien de bon ne pourrait plus m'arriver. Je ne mangeais plus, je ne sortais plus. Je ne voulais plus voir personne. Mais j 'ai survécu. Contre toute attente, j'ai fini par surmonter l'insurmontable et, petit à petit, la vie m'a paru vivable. » 

1916. Sophie veille sur sa famille en zone occupée pendant que son mari se bat sur le front. Quand un officier allemand pose les yeux sur le portrait qu'Édouard a fait de son épouse, une dangereuse obsession naît, qui amènera Sophie à prendre une terrible décision. 

Un siècle plus tard, à Londres, Liv reçoit ce portrait comme cadeau de mariage avant de perdre l'homme quelle aime. Une rencontre pleine de promesses lui permet alors de prendre conscience de la véritable valeur du tableau. À mesure quelle découvre le passé trouble du portrait, la vie de Liv est bouleversée une nouvelle fois, et il lui semble que son destin est étrangement lié à celui de Sophie. 

Mon avis : 
Cet auteur a un don pour raconter les histoires c'est indéniable. J'ai retrouvé sa plume avec plaisir.

En revanche j'ai trouvé ce roman un peu trop long (562 pages), j'aurais apprécié moins de pages pour gagner en rythme. 
Les personnages de femmes sont, comme souvent, courageux notamment pendant l'absence de leurs maris au moment de la guerre.

1916-2016, deux femmes tiennent les rôles principaux dans cette histoire mais le lien entre les deux héroïnes n'est pas celui que j'avais imaginé.

Un tableau disparu, volé ? fait le lien entre les deux époques et petit à petit le lecteur découvre les tenants et les aboutissants de son épopée.

Un (presque) pavé que je vous conseille pour les vacances.

Je n'ai pas ressenti l'enthousiasme que j'avais eu à la lecture des fiancées du Pacifique (ici) mais c'est un bon roman malgré mon bémol sur la longueur du texte.

De cet auteur j'ai également lu Avant toi (ici

Roman emprunté à la

 

Catégorie prénom

 

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2018 4 26 /07 /juillet /2018 17:25

...

 

Résumé : 
Être enfin soi-même. Ne plus se soucier de l’effet que l’on fait. Agir sans craindre ni l’échec ni le jugement. Ne plus trembler à l’idée du rejet. Et trouver tranquillement sa place au milieu des autres.
Ce livre va vous aider à avancer sur le chemin de l’estime de soi. À la construire, la réparer, la protéger. Il va vous aider à vous accepter et à vous aimer, même imparfaits. Non pour vous résigner, mais pour mieux évoluer.
Imparfaits, mais libres et heureux...

Mon avis : 
Je suis pleine de contradictions et je l'assume.

Je m'explique. En général je n'aime pas quand un auteur lit son texte pour un livre audio et ici j'aurais vraiment aimé que ce soit Christophe André qui me parle. Pourquoi ?  Parce que je connais sa voix et que je l'aime bien, parce que je trouve qu'il est apaisant et très agréable à entendre.
Le lecteur lit bien, je l'avoue, et à partir de la moitié de mon écoute cela me dérangeait moins mais quand même...

J'ai aimé ce texte qui se prête tout à fait à une écoute morcelée car ce n'est pas un roman et faire des pauses a été bénéfique. Cela permet de repenser à ce qu'on a entendu.
Au niveau de l'estime de soi, puisque c'est le sujet principal de ce livre, je me suis parfois retrouvée dans les exemples cités, mais pas seulement moi, des proches, des amis, des collègues, la panoplie d'estime de soi est assez vaste.

J'aime bien cet auteur, je le trouve bienveillant, positif, doux et plutôt humble (un sujet qu'il aborde aussi dans ce livre).

Entre "beaucoup" pour le texte et "moyen" pour la voix c'est un livre avec lequel j'ai passé de bons moments d'écoute.

Merci à Babelio et Audiolib

Catégorie mot positif

 

Chez Sylire

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2018 4 26 /07 /juillet /2018 16:56

...

 

Quatrième de couverture :
Cela devait être un beau week-end de Pâques. De retour de leur lune de miel, la psychologue Marina Esposito, son mari, l'inspecteur Phil Brennan, et leur fille de 3 ans, Josephina, rejoignent les parents de Phil dans leur cottage du Suffolk. Dans la nuit, un incendie se déclare et ravage la maison. Phil est dans le coma, son père est mort, sa mère grièvement blessée, et Josephina a disparu. Miraculeusement 
indemne, Marina est hospitalisée en état de choc. 
C'est là qu'elle reçoit un terrible appel : si elle veut revoir sa fille vivante, elle doit obéir aveuglément à ses ravisseurs. Marina se lance alors à corps perdu dans un jeu de piste macabre, jonché de cadavres. Une course contre la montre désespérée s'engage pour retrouver la fillette. 
Une fois encore, Tania Carver explore les recoins les plus sombres de l'esprit humain, mettant en scène des «monstres» qui ont fait le succès de ses précédents romans.

Mon avis : 
Un bon petit polar lu pour rentrer dans une des catégories du petit bac je l'avoue. Commencé sans conviction car je ne me rappelais plus pourquoi il était sur ma PAL.

Suspense car un enfant a disparu, sa mère psychologue dans la police va tout faire pour la retrouver.

Ce roman ne me restera pas en mémoire mais sa lecture ne m'a pas déplu.

Avis très bref car pour tout vous dire au moment de le publier je me rends compte qu'il n'est pas écrit et comme je prépare toujours mes billets "à chaud" il faudra vous en contenter ;-)

 

Livre de ma 

 

Catégorie mot unique

 

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 08:34

...

 

Quatrième de couverture :
J'eus à peine le temps de fermer la porte d'entrée : la première balle me toucha l'épaule. L'impact me cloua contre une paroi. Je tombai à genoux, le souffle coupé. Jamais je n'avais ressenti pareille douleur. 
C'était comme si quelqu'un s'amusait à tordre chacun de mes muscles. Comme si la partie supérieure gauche de mon corps venait d'exploser. Une silhouette massive, vêtue d'une longue toge, se détacha de l'ombre. 
Son visage se trouvait dissimulé derrière un masque de cuir. Ce masque évoquait la tête d'un loup. 
- Que le Cycle soit rompu, dit l'homme-loup. 


En rentrant chez lui, Yohann Massart, jeune lycéen, se fait assassiner par trois personnes masquées. 

Parmi elles, il reconnaît sa petite amie. Mais, au lieu de mourir, son esprit remonte le temps, pour atterrir dans le corps d'un simple soldat de la Première Guerre mondiale. Complètement déboussolé, Yohann déserte son bataillon pour traverser la France du XXe siècle d'est en ouest et rejoindre son village natal dans l'espoir de comprendre ce qu'il lui arrive. 

Mais sur son chemin se dresse un nouveau trio d'assassins qui n'ont qu'un but : le faire disparaître. 

Une enquête à rebours haletante où le fantastique perce habilement dans une succession de décors historiques.

Mon avis :
C'est après avoir découvert les premiers chapitres de ce livre que j'ai demandé à le recevoir dans sa version numérique.
Ce début est effectivement assez accrocheur.

Yohann jeune homme du XXIème est assassiné et se retrouve dans le corps d'un soldat de la première guerre mondiale. De fil en aiguille à chaque fois qu'il meurt il remonte dans le temps.
Les remarques de Yohann, qui est toujours lui-même, dans le corps d'un autre sont parfois amusantes. Il a les réflexes de notre époque, notamment en rapport avec la technologie,  qui sont parfois complètement décalés. 

J'ai moins aimé la partie historique et ésotérique du roman, ce n'est en général pas trop ma tasse de thé. Cette partie-là plairait davantage à mon mari mais pour le moment il n'a pas l'air trop décidé à le lire.

Ce roman n'était donc que moyennement fait pour moi mais ce n'est pas facile de le savoir après quelques pages seulement.
J'espère qu'il trouvera son public parmi les lecteurs attirés par ce thème.

En revanche, j'ai bien aimé la plume de l'auteur, le texte est fluide et abordable.

Merci aux éditions Gulfstream

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2018 6 07 /07 /juillet /2018 17:00

...

 

Résumé :
« Je ne t’aime plus. »
Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule.
Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.
Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

Avec une extrême sensibilité et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi parvient
à faire revivre des instantanés de vie et d’amour et nous fait passer du rire aux
larmes. Une histoire universelle.

Mon avis :  
 Quand j'ai choisi ce livre audio chez Audiolib j'avoue que je l'ai fait trop rapidement car je pensais que c'était son dernier titre alors que c'était l'avant-dernier. Je l'avais déjà lu dans sa version papier.

Mon avis sur le contenu ne change pas et vous pouvez le trouver ici.

Je me pencherai donc plutôt sur l'interprétation audio de ce titre. 
Celle-ci ne m'a que moyennement conquise. Je fais ma difficile car globalement je l'ai bien aimée. Je n'ai pas tellement apprécié le façon d'interpréter un petit garçon de 3 ans qui zozote ou la grosse des voix des personnages masculins.
J'avoue que ce n'est pas grand chose.

L'émotion à l'écoute de certains passages était bien présente comme dans la version papier.

Et avec tout ça je n'ai toujours pas découvert le dernier roman de cet auteur.

 

Merci à Audiolib

Catégorie mot positif

 

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 15:45

...

 

Quatrième de couverture : 
Vous l'aimez plus que tout au monde. 
Vous lui faites aveuglément confiance. 
Vous ne rêvez que d'une chose : fonder une famille ensemble. 
Mais rien ne se passe comme prévu. 
Jusqu'où iriez-vous pour éviter de tout perdre ? 
Une histoire racontée à rebours, car il n'y a qu'en démêlant les fils du passé que l'on peut comprendre le présent. 

Mon avis : 
Que de souvenirs sont remontés en lisant ce roman... pas de bons souvenirs, ceux des années passées en attente d'une grossesse qui tardait, tardait, tardait à se mettre en route.

Tout est tellement juste et bien décrit dans ce roman, je me suis retrouvée dans les sentiments de Mathilde, dans les examens, dans les réflexions des médecins (pensez à autre chose.... ben oui bien sûr c'est facile !).
Jusqu'où Mathilde sera prête à aller pour avoir un bébé ? leur couple va-t-il résister à cette épreuve ? Pourront-ils un jour connaître ce grand bonheur ?

J'ai aimé les remarques d'Adrien, le mari de Mathilde, pleines de bon sens mais qu'une femme en mal d'enfant n'est pas prête à entendre.

La construction est originale et j'ai rapidement accroché à ce procédé de narration qui commence par la fin pour expliquer le début, pour raconter les secrets... et bien sûr je m'en tiens là pour ne rien dévoiler !

PS : Et puis... nous avons de la chance car notre famille est devenue nombreuse !

 

Roman de ma

 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2018 7 01 /07 /juillet /2018 16:31

...

 

Quatrième de couverture :
Rejeté par les vagues, un homme reprend connaissance sur une plage. Tétanisé par le froid, le coeur au bord des lèvres, frôlant dangereusement le collapsus. Il ignore où il se trouve et surtout qui il est ; seul affleure à sa conscience un sentiment d'horreur, insaisissable, obscur, terrifiant. Mais si les raisons de sa présence sur cette île sauvage des Hébrides balayée par les vents lui échappent, d'autres les connaissent fort bien. Alors qu'il s'accroche à toutes les informations qui lui permettraient de percer le mystère de sa propre identité, qu'il s'interroge sur l'absence d'objets personnels dans une maison qu'il semble avoir habitée depuis plus d'un an, la certitude d'une menace diffuse ne cesse de l'oppresser. Muni, pour seuls indices, d'une carte de la route du Cercueil qu'empruntaient jadis les insulaires pour enterrer leurs morts, et d'un livre sur les îles Flannan, une petite chaîne d'îlots perdus dans l'océan marquée par la disparition jamais élucidée, un siècle plus tôt, de trois gardiens de phare, il se lance dans une quête aveugle avec un sentiment d'urgence vitale. 

Revenant à l'île de Lewis où il a situé sa trilogie écossaise, Peter May nous emporte dans la vertigineuse recherche d'identité d'un homme sans nom et sans passé, que sa mémoire perdue conduit droit vers l'abîme.

Mon avis : 
Ce roman est le premier que je lis de cet auteur et c'est une belle découverte.

Cette histoire mystérieuse m'a tout de suite embarquée. J'ai aimé l'ambiance, le suspense, le rythme, les personnages, en bref tout. 

Le héros amnésique part à la recherche de lui-même, c'est vraiment palpitant, il faut dire que j'aime souvent les romans sur ce sujet.

Et en prime la mer, la tempête, les embruns, le phare, la nature dans toute sa sauvagerie. Je sentais presque le vent sur mon visage à certains moments.

Une seule chose m'a gênée je ne veux pas en parler ici car ce serait spoiler mais si quelqu'un l'a lu il y a peu de temps je veux bien en discuter.

 Il paraît que la trilogie de Lewis est encore mieux, il va donc falloir que je la lise mais je vais attendre un peu.

 

Roman emprunté à la

 

Catégorie lieu

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture