11 septembre 2018 2 11 /09 /septembre /2018 18:30

...

 

Quatrième de couverture :
 Les tueurs voient l'enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs... "

Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le cœur tendre, est appelée sur les lieux d'un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages... et ses vêtements ensanglantés.
Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s'en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut... 

Mon avis : 
400 pages dont la première moitié m'a paru bien longue.
Les personnages sont bien décrits mais  j'aurais aimé être entraînée par cette enquête alors que je me suis sentie à la traîne, j'ai peiné à avancer.
La deuxième moitié voit l'enquête avancer un peu puis beaucoup et cela m'a mieux convenu. 

Teresa, la commissaire, est un peu hors norme, d'un style que l'on n'a pas l'habitude de voir dans les romans. Elle a des faiblesses, liées à son âge et à sa santé mais son expérience lui permet de trouver des pistes pour la résolution de cette enquête.

Un avis assez mitigé, dommage.

Merci à Babelio

tous les livres sur Babelio.com

Catégorie objet

 

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 18:22

...

 

Quatrième de couverture :
Et voilà que les choses, curieusement, lui apparaissent sous un autre jour, décalées : comme s'il avait suffi d'un rien, d'un léger déplacement, pour qu'elle ressente une tendresse nouvelle, étrangement poignante. 
Une tendresse pleine de questions. C'est elle qui n'avait rien compris. 

Marie Sizun décrit, avec sa sensibilité douce et ardente, quelques jours essentiels dans la vie d'une femme qui, après trente-cinq ans d'absence, revient à Paris sur un passé habité de secrets et hanté par un violent amour de jeunesse. Elle nous parle des sortilèges de la mémoire et du fragile mystère des êtres.

Mon avis : 
Quelle belle surprise !
Les mots de Marie Sizun m'ont emportée dans les souvenirs de son héroïne Hélène, Ellen, Léna, .... Celle-ci est troublée par ses sensations, par ce qu'elle ressent dans cet appartement qu'elle a quitté il y a trente-cinq ans.

C'est un livre d'ambiance, de passé qui remonte à la surface, de mémoire qui se libère. 

Très bien écrit et touchant. 

 

Roman emprunté à la

 

Catégorie déplacement/moyen de transport

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 16:28

...

 

Quatrième de couverture :
« Face à une catastrophe naturelle, il faut une force de la nature. Madeleine, c'est les deux. » 

Troumesnil, Côte d'Albâtre, Normandie. 

Grignotée par la mer et par le vent, la falaise recule inexorablement chaque année, emportant avec elle le paysage et ses habitations. Le maire du village a réussi à protéger ses habitants les plus menacés. Tous sauf une nonagénaire, qui résiste encore et toujours à l'autorité municipale. Madeleine veut continuer à vivre avec son chat et le souvenir de son mari, dans Sa maison. 

Madeleine refuse de voir le danger. Et pour cause. Madeleine est aveugle de naissance.

Mon avis : 
Quoiqu'en pense le maire, Madeleine a toute sa tête (ou presque...) et ne veut pas quitter sa maison. Et pourtant, celle-ci est de plus en plus proche de la falaise mais Madeleine n'y voit goutte et ne veut pas abandonner son Jules et son chat Balthazar.

Madeleine est énergique, autonome et ne veut surtout pas aller en maison de retraite.

Sacrée Madeleine ! Elle m'a fait sourire autant qu'elle m'a touchée, par son comportement, par ses réparties, par son énergie.

Les dessins sont vraiment très chouettes et cet ensemble donne une belle BD.

BD découverte suite à l'avis de Canel (ici)

BD empruntée à 

 

Catégorie Mot unique

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2018 3 05 /09 /septembre /2018 15:55

...

 

Quatrième de couverture :
Deb et Keller se retrouvent chaque année au coeur des eaux froides de l'Antarctique pour étudier les manchots empereurs et les Adélie. Dans ce bout du monde entouré de glaciers et d'icebergs, ils oublient pour un temps les chagrins de leurs vies. Mais l'Antarctique, comme leur amour, est fragile et menacé. 

Une nouvelle saison commence. Au moment de lever l'ancre, Keller n'est pas à bord du Cormoran, le bateau qui doit les conduire à la station de recherche. 

Peu après, le Cormoran reçoit un signal de détresse d'un paquebot de croisière prisonnier des glaces... 

Un voyage inoubliable aux confins du continent blanc, territoire à la beauté âpre où le moindre faux pas peut se révéler tragique.

Mon avis : 
J'ai commencé ce livre avec un peu d'appréhension et pourtant l'amie qui me l'a prêté l'avait beaucoup aimé. J'avais peur qu'il y ait trop de descriptions de paysages, d'animaux, de glace...

En fait pas du tout, il y en a un peu bien sûr mais c'est surtout l'histoire de personnes passionnées par l'Antarctique. A tel point qu'elles y vont tous les ans pour plusieurs mois, à tel point qu'il leur est difficile de construire lur vie les autres mois de l'année. 

On suit notamment Deb et Keller, dans le présent mais aussi dans le passé plus ou moins proche. Et c'est ce qui donne du rythme à l'histoire.  

Au final c'est donc une bien belle découverte ! mais gla gla gla il ne fait pas bien chaud dans ce roman.

 

Roman prêté par une amie
Merci Florence !

 

Partager cet article

Repost0
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 17:00

...

 

Quatrième de couverture :
François, directeur d'un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d'une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d'un rocher. Plutôt que d'appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. 

À son réveil, l'inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle dit s'appeler Elsa mais refuse de répondre à ses questions. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l'autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s'apprivoisant s'apaise, leur carapace peine à se fendre... 

Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ? 

Un roman à deux voix. Deux voix qui se racontent, et se taisent. Deux voix qui laissent place aux pas des chevaux, au vent qui plie les herbes sur la dune, au ressac sur le rivage et aux souvenirs échoués sur le sable.

Mon avis : 
Quel joli roman !
Deux personnages plus qu'attachants qui se découvrent petit à petit. Chacun d'eux a des souffrances qu'il tait. Un peu à la fois chacun va s'ouvrir et changer.

J'ai beaucoup aimé l'alternance des deux voix de François et Elsa. Ils sont touchants et la délicatesse citée dans le titre est présente tout au long des pages.

Une bien belle découverte d'un auteur qui habite dans ma région.
Ce livre me fait un peu penser aux textes d'Agnès Ledig, Virginie Grimaldi ou Clarisse Sabard par exemple.

Et hop : encore un auteur à suivre.

Je l'avais à peine lu que je l'ai offert à ma grande fille !

 

Roman prêté par une amie
Merci Florence !

 

Catégorie couleur (rouge comme un...)

 

Partager cet article

Repost0
26 août 2018 7 26 /08 /août /2018 18:27

...

 

Résumé :
La vie est injuste. La vie est cruelle. La mienne ne sera que vengeance. Tout le monde pense que les choses sont revenues à la normale.Mais “ normal ” n’existe plus dans mon vocabulaire. iIs vont payer pour ce qu’ils ont fait à mon meilleur ami.

Mon avis : 
Jem est obsédée par le Plan qu'elle concocte pour venger, Kai, son meilleur ami.

Ce roman me fait  penser à la série 13 reasons why que j'ai vue il y a quelques semaines. Beaucoup de thèmes abordés sont identiques : harcèlement, mauvais garçons, relations garçons/filles, intolérance pour ceux qui sont différents...

J'avais dans la tête les images de la série mais cela n'a pas gâché ma lecture.

Une fois de plus je me dis que c'est difficile d'être adolescent à notre époque, il me semble que c'était un peu plus simple à la mienne ou alors j'ai eu de la chance... ou j'ai oublié... Mais surtout il n'y avait pas les réseaux sociaux qui peuvent faire beaucoup de dégâts.

Un roman fort et qui est assez addictif car on veut savoir ce qui s'est vraiment passé et comment Jem va s'en sortir avec son fameux Plan.

 

Livre de ma

 

Catégorie mot unique

Partager cet article

Repost0
24 août 2018 5 24 /08 /août /2018 18:29

...

 

Résumé :
 Son père ruiné s’étant suicidé, Arlette, âgée de dix-huit ans, doit accepter l’hospitalité de ses cousines Davernis. La perspective ne l’enchante guère, ses parentes ayant une solide réputation de vieilles filles ridicules. Sa première journée dans la paisible maison blottie près de la cathédrale confirme ses craintes : Telcide qui régente la maisonnée, Rosalie, Jeanne et même Marie qui n’a guère que trente-cinq ans, ont toutes l’allure de religieuses laïques.
   N’ont-elles jamais voulu d’autre vie que cette existence plate et quasi claustrale ?
   L’histoire de « Ces Dames aux chapeaux verts » n’est pas seulement un conte qui finit bien, c’est aussi une délicate peinture de la vie provinciale que sa tendresse et son humour ont rendue célèbre.

Mon avis : 
Un petit roman qui est plutôt "rétro", écrit en 1921, je l'ai choisi pour qu'il rentre dans mon petit bac 2018.

J'ai eu une bonne surprise à sa lecture, en effet la jeune Arlette, qui débarque chez ses cousines vieilles filles, est vraiment moderne pour son époque.  C'est une petite futée qui ne veut pas s'en laisser compter.
Une découverte va lui faire mener l'enquête et ourdir de petits complots pour arriver à ses fins.

Certains passages sont savoureux, le ton est léger et les personnages bien décrits.

C'est donc pour moi une découverte inattendue et réussie.

 

Roman de ma

 

Catégorie couleur

Partager cet article

Repost0
19 août 2018 7 19 /08 /août /2018 18:00

...

 

Quatrième de couverture :
Une saga familiale, un roman écologiste, un conte bouleversant dont la fin résonne comme une invitation à agir. 

Angleterre, 1851. Père dépassé et époux frustré, William a remisé ses rêves de carrière scientifique. Cependant, la découverte de l'apiculture réveille son orgueil déchu : pour impressionner son fils, il se jure de concevoir une ruche révolutionnaire. 

Ohio, 2007. George, apiculteur bourru, ne se remet pas de la nouvelle : son unique fils, converti au végétarisme, rêve de devenir écrivain. Qui va donc reprendre les rênes d'une exploitation menacée par l'inquiétante disparition des abeilles ? 

Chine, 2098. Les insectes ont disparu. Comme tous ses compatriotes, Tao passe ses journées à polliniser la nature à la main. Pour son petit garçon, elle rêve d'un avenir meilleur. Mais, lorsque ce dernier est victime d'un accident, Tao doit se plonger dans les origines du plus grand désastre de l'humanité.

Mon avis : 
Un roman rythmé grâce à l'alternance des époques et des personnages.

Un roman sombre. Est-ce qu'un jour les abeilles auront disparu ? Est-ce vraiment cela que l'avenir nous réserve ? Ce n'est pas joyeux, joyeux... et même carrément inquiétant.

Ce roman est bien mené, bien documenté sans être inabordable car c'est un roman avant tout.

 

Livre du club de lecture
avec mes copines

 

Catégorie animal

 

Partager cet article

Repost0
14 août 2018 2 14 /08 /août /2018 18:21

...

 

Quatrième de couverture :
Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l’allée  de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le cœur lourd.
Car aujourd’hui, Maggie Fuller, jeune veuve au fort caractère, petite-fille d’une des premières suffragettes, fille d’une sage-femme féministe, entre au service des très riches Lyon-Thorpe. Elle qui rêvait de partir en Amérique et de devenir médecin va s’installer dans une chambre de bonne.
Intégrer la petite armée de domestiques semblant vivre encore au siècle précédent n’est pas chose aisée pour cette jeune femme cultivée et émancipée. Mais Maggie va bientôt découvrir qu’elle n’est pas seule à se sentir prise au piège à Sheperd House et que, contre toute attente, son douloureux échec sera le début d’un long chemin passionnel vers la liberté.

Mon avis : 
Je vais être claire, je n'ai pas tout aimé dans ce roman et pourtant ça commençait bien. Je suis fan de Downton Abbey et cette histoire dans les coulisses d'un manoir devait pouvoir me plaire. Sauf que beaucoup d'auteurs surfent en ce moment sur la vague de cette série anglaise et que ce n'est pas facile de lui arriver à la cheville.

Maggie arrive donc à Sheperd House après avoir vu ses rêves avortés, son image d'elle-même est bien écorchée.
Ce passage à Sheperd House va lui permettre entre autre de se reconsidérer, de découvrir sa féminité.

J'ai adoré les passages avec le vieux Lord qui perd la tête.

Maggie n'a pas la langue dans sa poche et certaines répliques font sourire car elle est cultivée et élevée par des femmes libres.

J'ai été déçue (un peu) par Maggie car elle se laisse ensuite entraîner dans une vie dans laquelle je ne la voyais pas du tout et d'ailleurs toute cette partie m'a semblé un peu longue.

En revanche j'aurais apprécié que l'épilogue fasse l'objet d'une vraie partie bien détaillée car j'en suis sortie lésée de tout un pan de la vie de Maggie.

Bilan : Je l'ai quand même dévoré malgré mes bémols !

 

Livre du club de lecture
avec mes copines

 

Catégorie objet

 

Partager cet article

Repost0
11 août 2018 6 11 /08 /août /2018 14:50

...

 

Quatrième de couverture :
Une fillette de quatre ans disparaît de la ferme isolée de ses parents. Après une longue battue, Nea est retrouvée nue sous un tronc d'arbre dans la forêt, assassinée. Fait troublant : la fillette se trouvait à l'endroit où, trente ans plus tôt, avait été découvert le corps sans vie de la petite Stella, une fillette du même âge qui habitait la même ferme.
À l'époque, deux adolescentes, Marie et Helen, avaient été condamnées pour le meurtre : elles avaient avoué avant de se rétracter. Désormais mariée à un militaire autoritaire et psychopathe, Helen mène une vie recluse, non loin de la ferme, dans l'ombre des crimes passés. La belle Marie, quant à elle, est devenue une star du cinéma à Hollywood ; pour la première fois depuis la tragédie, elle vient de revenir à Fjällbacka pour un tournage.
Cette coïncidence et les similitudes entre les deux affaires sont trop importantes pour que Patrik Hedström et son équipe puissent les ignorer, mais ils sont encore loin de se douter des répercussions désastreuses que va avoir leur enquête sur la petite localité.
De son côté, Erica Falck écrit un livre sur l'affaire Stella. Une découverte la trouble : juste avant son suicide, le policier responsable de l'enquête à l'époque s'était mis à douter de la culpabilité des deux adolescentes. Pourquoi ? 

Mon avis : 
Je suis une inconditionnelle de cette série de Camilla Läckberg depuis le début et voici le 10ème volume.

J'aime autant les enquêtes que livrent les pages de ses romans que retrouver la vie des protagonistes qui reviennent à chaque fois.
J'avais bien hâte de le lire et je ne suis pas déçue, j'ai été captivée et pour tout vous dire je l'ai dévoré durant mes deux derniers jours de vacances (697 pages quand même).

Dans cette nouvelle enquête il est question du passé qui remonte à la surface, de jeunes ados perturbés par la vie de leurs parents, de harcèlement qui va très loin entre adolescents, d'immigrés syriens.
J'ai aimé que les sujets abordés soient variés.
Certains personnages sont vraiment très forts, très émouvants, notamment parmi les syriens.

Mon seul bémol sera le lien entre l'histoire actuelle et celle de la sorcière du 17ème siècle, je le trouve un peu tiré par les cheveux.

Et je ne dirais que quelques mots en conclusion : Vivement le prochain !

 

Roman prêté par la fille d'une amie
Merci Camille ! 

 

Plus de 600 pages pour participer à ce challenge !

Catégorie gros mot

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture