6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 22:00

Ce que je sais de Vera CandidaQuatrième de couverture :

Quelque part dans une Amérique du Sud imaginaire, trois femmes d'une même lignée semblent promises au même destin : enfanter une fille et ne pouvoir jamais révéler le nom du père. Elles se nomment Rose, Violette et Vera Candida. Elles sont toutes éprises de liberté mais enclines à la mélancolie, téméraires mais sujettes aux fatalités propres à leur sexe.

Parmi elles, seule Vera Candida ose penser qu'un destin, cela se brise. Elle fuit l'île de Vatapuna dès sa quinzième année et part pour Lahomeria, où elle rêve d'une vie sans passé. Un certain Itxaga, journaliste à L'Indépendant, va grandement bouleverser cet espoir. Un ton d'une vitalité inouïe, un rythme proprement effréné et une écriture enchantée. C'est ce qu'il fallait pour donner à cette fable la portée d'une histoire universelle : l'histoire des femmes avec leurs hommes, des femmes avec leurs enfants.

L'histoire de l'amour en somme, déplacée dans l'univers d'un conte tropical, où Véronique Ovaldé a rassemblé tous les thèmes - et les êtres - qui lui sont chers.

 

Mon avis :

Pour ce livre j'ai eu un peu le même ressenti que pour Le coeur cousu de Carole Martinez. J'ai lu beaucoup d'avis positifs, j'ai aimé le début du livre et au fur et à mesure que l'histoire avançait je m'en suis lassée. Je n'arrive pas trop à déterminer les causes de cette impression, l'écriture est agréable et je me fais l'effet d'un vilain petit canard.

Je ne sais pas si ce livre n'était pas fait pour moi ou si je ne l'ai pas lu au bon moment, mais un étrange état de somnolence me prenait après la lecture de quelques pages, fatigue ou manque d'intérêt, peut-être les deux.

Allez plutôt lire les nombreux avis recensés chez BOB.

Livre emprunté à la

images.jpg          challenge ABC

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Je n'ai pas vraiment accroché avec ce livre, que j'ai trouvé trop froid.
Par contre, il m'est impossible de le comparer au Coeur Cousu, un énorme coup de coeur pour moi !!! :-)


Répondre
S


ce n'est pas le style de livre que je comparais mais plutôt l'impression similaire que j'avais eu pour les deux



A

Comme toi, je n'ai pas accroché sur ce roman. Sans doute que j'en attendais trop.


Répondre
S


c'est souvent un problème ce qu'on attend d'un roman.



E

Un roman auquel j'ai"adhéré" assez vite et encore plus quand Itzaga apparait dans l'histoire (j'avais enfin un personnage auquel m'identifier);un bouquin me plait quand il a une résonance en moi;
il laisse de traces, pas seulement en termes d'intrigues mais par la puissance émotionnelle qu'il dégage; par rapport à un autre roman (conte), coeur cousu évoqué dans les commentaires, il est
aussi popur moi de la même veine.
Je découvre votre blog depuis quelques jours, je le trouve très riche;bravo!


Répondre
S


merci pour vos visites... et pour le compliment



T

Moi ça un peu été l'inverse, 'jai commencé à apprécier l'histoire quand Vera Candida a un peu pris les rennes de sa vie


Répondre
S


alors tant mieux si tu as apprécié ;-)



K

Peut-être des attentes trop grandes aussi devant tous les avis positifs sur ce livre ... et puis, tous les goûts sont dans la nature et c'est bien mieux comme ça ;)


Répondre
S


merci pour ton soutien ;-)



Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture