9 décembre 2018 7 09 /12 /décembre /2018 18:19

...

 

Quatrième de couverture :
L'idée de passer tout l'été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecoeur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L'annonce parlait d'un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cet endroit que personne n'habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s'est imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître. En arrivant cet été-là, Franck croyait encore que la nature, qu'on avait apprivoisée aussi bien qu'un animal de compagnie, n'avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s'entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières. Ça, c'était en arrivant. 

Serge Joncour raconte l'histoire, à un siècle de distance, d'un village du Lot, et c'est tout un passé peuplé de bêtes et anéanti par la guerre qu'il déterre, comme pour mieux éclairer notre monde contemporain. En mettant en scène un couple moderne aux prises avec la nature et confronté à la violence, il nous montre que la sauvagerie est toujours prête à surgir au cœur de nos existences civilisées, comme un chien-loup.

Mon avis : 
J'aime l'écriture de cet auteur et dès la page 46 j'ai noté un joli passage "Il y a des paysages qui sont comme des visages, à peine on les découvre qu'on s'y reconnaît".  

Mais page 112 j'ai aussi noté que je ne voyais pas où il voulait en venir.... bon OK je suis peut-être d'un tempérament un peu impatient.

J'ai aimé l'écriture, l'atmosphère mystérieuse MAIS oui c'est un grand mais : car une fois tous les éléments de l'histoire mis en place quel manque de rythme, j'ai eu l'impression de tourner en rond (comme un lion dans sa cage, oui c'est facile il est question de lions dans ce roman).

Voilà, j'ai donc fini par lire le dernier tiers en diagonale et presque à la fin il s'est enfin passé quelque chose, il était temps.

J'espère que le prochain roman de cet auteur me plaira d'avantage.

Roman emprunté à la

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

gambadou 10/12/2018 18:37

Dommage, j'essaierai de le trouver à la bibli

Sandrine(SD49) 10/12/2018 19:04

Et pourtant j'avais hâte de le lire, j'espère que tu y prendras plus de plaisir que moi

clara 10/12/2018 16:25

Je me suis ennuyée et je l'ai trouvé très prévisible et pourtant j'aime bien cet auteur

Sandrine(SD49) 10/12/2018 19:03

Oh enfin un avis proche du mien ! et contente de te revoir par ici

Céline 10/12/2018 09:25

Je n'ai encore jamais lu cet auteur mais si celui-ci manque de rythme alors il n'est pas pour moi car, quand je commence un livre, j'aime malgré tout poursuivre jusqu'au bout...

Sandrine(SD49) 10/12/2018 19:01

Ah mais j'ai lu plein d'avis positifs, alors à toi de voir

manika 09/12/2018 21:30

Le rythme était cassé par l'alternance des chapitres et des époques. Moi j'adore cet odeur et je me suis laissé porter particulièrement intrigués car ce roman se passe dans une région que je connais très bien .. j'ai adore l'ambiance.

Sandrine(SD49) 10/12/2018 19:00

Trop lent mais j'aurais pu aimer avec plus de rythme

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture