13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 09:00

...

 

Quatrième de couverture :
Printemps 1993.
Joaquim, vingt ans, débarque dans Sarajevo assiégée. Armé de son seul appareil photo, il défie la mort en mémoire de Viviane, sa sœur récemment disparue.


Deux décennies plus tard, dans le train qui le ramène à Rouen où il n’est plus revenu depuis, Joaquim se souvient des replis de cette guerre où les gestes minuscules étaient autant d’actes de résistance, et où se préparait, sous les tirs des snipers, un concours de beauté.
Une plongée intime dans le quotidien de Sarajevo en guerre, où chacun cherche à retrouver l’amorce de sa vie, réaffirmant à sa manière son droit à la paix et à la liberté.

Mon avis : 
Au travers des lignes de ce roman on navigue dans les souvenirs de Joaquim alors qu'il revient en train dans la ville de son enfance et de son adolescence.
Un va et vient incessant parfois au sein d'un même chapitre, il ne faut pas perdre le fil...

Joaquim fait partie d'une famille compliquée, avec des secrets, enfin surtout un secret qui a tout bousculé entre les membres de cette famille, et puis aussi la mort qui rôde autour d'eux. C'est triste.

Le titre de ce roman est trompeur car Joaquim, le personnage principal, ne part à Sarajevo que dans la deuxième partie du roman.

"Il y a quantité de manières de vivre ensemble. La ville entière résiste en s'acharnant à vivre. En continuant à sortir pour se ravitailler en nourriture, en eau, les bidons à bout de bras, priant pour que Dieu existe et qu'il regarde du bon côté. En continuant à fréquenter les théâtres et les galeries d'art en sous-sol, les concerts dont résonnent les caves. En continuant à se marier. A faire l'amour. A jouir. A enfanter. En organisant un concours de beauté." p.125

J'ai eu des ressentis assez différents tout au long de ma lecture, déception de ne rien lire sur Sarajevo avant la moitié du livre, de la lassitude, de l'intérêt et de la peine pour cette famille, une façon d'écrire parfois trop recherchée pour moi.

Un avis un peu mitigé mais curieusement je pense que je n'en garderai pas un mauvais souvenir car Joaquim m'a touchée.

Merci Canel pour cette lecture commune

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Antigone 21/11/2018 09:19

Oh je n'étais pas tombée sur ton billet. Merci pour cette lecture contrastée et sincère. J'espère aussi que tu en garderas un bon souvenir... ;)

Sandrine(SD49) 21/11/2018 19:28

souvenir plutôt bon !

Saxaoul 14/10/2018 16:20

Je l'ai également reçu dans le cadre des matchs. Je pense que je vais e commencer cette semaine.

Sandrine(SD49) 14/10/2018 20:24

je guetterai ton avis, bonne lecture !

Noukette 13/10/2018 22:58

J'aime tellement la voix d'Ingrid Thobois que je n'ai aucun bémol dans cette lecture...!

Sandrine(SD49) 14/10/2018 20:23

tu es une vraie fan alors ! il en faut ;-)

Enna 13/10/2018 21:58

j'ai aimé tout en restant un peu sur ma faim. Je ne trouve pas facile d'écrire mon billet ;-)

Sandrine(SD49) 14/10/2018 20:23

ce n'était pas facile pour moi non plus

krol 13/10/2018 20:01

Mitigée, je l'ai été aussi... Mais j'ai beaucoup apprécié l'écriture.

Sandrine(SD49) 14/10/2018 20:22

j'avais lu certains avis beaucoup plus enthousiastes que les notres

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture