18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 18:36
La maladroite d'Alexandre Seurat

...

Quatrième de couverture :
« Je voudrais me rappeler Diana, mieux que je ne peux en vrai. Je voudrais me rappeler tout ce que Diana et moi nous n'avons jamais fait ensemble, comme si nous l'avions fait. Parfois j'écoute des musiques de notre enfance, et je voudrais que la musique me la rappelle, mais la musique ne me rappelle rien, parce que nous n'étions pas ensemble, nous n'avons pas vécu la même enfance. »

Diana, 8 ans, a disparu. Ceux qui l'ont approchée dans sa courte vie viennent prendre la parole et nous dire ce qui s'est noué sous leurs yeux. Institutrices, médecins, gendarmes, assistantes sociales, grand-mère, tante et demi-frère... Ce choeur de voix, écrit dans une langue dégagée de tout effet de style, est d'une authenticité à couper le souffle. Un premier roman d'une rare nécessité.


Mon avis : 

Waouh ! Quelle claque ce premier roman. La première personne à m'en avoir parlé c'est mon fils qui a eu l'auteur comme professeur à l'IUT (mais il n'a pas lu le livre...).
Alors quand j'ai commencé à voir de bons avis ici ou là je me suis dit qu'il fallait que je le lise et j'ai bien fait !

Ce livre court est percutant tout en restant très sobre et comme à distance des faits relatés. Il ne décrit pas les violences que subit cette petite "maladroite" qui se fait mal très souvent aux dires de ses parents, même sans les descriptions on devine l'horreur, les horreurs que cette petite fille a vécues.

Ce sont les différents protagonistes de sa courte vie qui parlent tour à tour : la grand-mère, la tante, les institutrices, les directrices d'école, le médecin scolaire, l'assistante sociale...

J'ai été révoltée par la lourdeur de la procédure qui n'a pas permis de sauver cette petite fille alors qu'à plusieurs reprises les institutrices ont donné l'alerte.

Les parents sont de vrais malades et cette histoire, basée sur des faits réels, est vraiment terrible.

Une lecture coup de poing.

 

       Livre prêté
    par une copine

      

 


      Catégorie gros mot

Partager cet article

Repost0

commentaires

Géraldine 01/02/2016 15:16

A priori, un des romans incontournables de la rentrée de septembre. Dans mes projets, en empruntant à la bib' !

Valérie 23/01/2016 21:37

Ah tiens, je ne savais pas qu'il était prof. Il enseigne quoi?

Sandrine(SD49) 24/01/2016 12:22

Prof de communication si je me souviens bien

danielle 23/01/2016 15:44

J'ai lu ce roman, au moment des fêtes de fin d'année; c'était d'autant plus dur de lire les affreuses souffrances de cette innocente victime.
Que des êtres frustes soient aussi manichéens m'a "estomaquée".
Comme vous toutes, j'ai été agacée par les lourdeurs administratives.
Ce prof est une belle personne, il faut avoir une sensibilité particulière pour écrire un tel roman.
danielle

Sandrine(SD49) 24/01/2016 12:22

Il faut choisir son moment pour le lire c'est certain, cela ne laisse pas insensible

Noukette 21/01/2016 11:47

Un coup de poing, un coup de coeur...! Quelle maitrise pour un premier roman !

Sandrine(SD49) 21/01/2016 18:44

oui, c'est très fort

gambadou 19/01/2016 20:29

il faut que je le lise aussi, mais il me fait un peu peur ...

Sandrine(SD49) 21/01/2016 18:44

C'est très bien, tout est suggéré plutôt que vraiment décrit

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture