3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 15:00
La chaise numéro 14 de Fabienne Juhel

...

Quatrième de couverture :
À la fin de la seconde guerre mondiale, à Saint-Brieuc, la jeune Maria Salaün est tondue par son ami d'enfance, Antoine, pour avoir vécu une histoire d'amour avec un officier allemand. Le commando de maquisards, débarquant dans une Jeep de l'armée américaine, impose à la jeune fille l'humiliation publique, en l'asseyant sur une chaise de bistrot, dans la cour de l'auberge de son père, devant la foule friande de spectacle.

Maria n'oppose aucune résistance, sauf celle de se présenter devant eux pieds nus, dans une robe de mousseline blanche, sa flamboyante chevelure rousse déployée. Sans pleurer ni baisser les yeux, elle se laisse tondre.

Mais la honte va bientôt passer dans l'autre camp. Six noms sont sur sa liste...

Mon avis : 
Maria est une toute jeune femme qui a été amoureuse pendant la deuxième guerre mondiale, vraiment amoureuse. Et à la libération elle a été tondue.... car son amoureux s'appelait Frantz.
Maria a subi l'humiliation publique mais elle ne se sent pas coupable de cet amour sincère.

Elle prend donc une décision qu'elle va suivre avec la chaise numéro 14 à bout de bras.

Maria est très touchante et elle est loin de l'image de la femme couchant avec l'ennemi pour en retirer un quelconque intérêt.
Elle va croiser volontairement ou non différents personnages, elle n'a pas honte car elle n'est pas fautive, elle est juste tombée amoureuse de la mauvaise personne aux yeux de tous.

C'est une belle histoire, émouvante qui fait toucher du doigt ce qu'ont pu vivre de nombreuses femmes à cette époque. 

 

Livre lu dans le cadre du prix Cezam 2016

 

Livre emprunté à la

    images.jpg

 


      Catégorie objet


      Catégorie gros mot
Partager cet article
Repost0

commentaires

phénix 18/04/2017 09:52

Très déçu par ce roman, que j’ai trouvé pesant et même plombant, sans l’ardente poésie des précédents (A l’angle du renard, Les hommes sirènes) et leur subtilité, leur originalité. On retrouve quelques thèmes chers à l’auteur (la femme-lune, la rousseur) mais l’histoire est bien réaliste et sans vraie invention.

Sandrine(SD49) 19/04/2017 21:19

oui le sujet est plombant, pas facile d'en tirer de la poésie

Sylvie 07/02/2016 22:23

Je ne connaissais pas ce livre , mais tu m'as vraiment donné l'envie de le découvrir;
je t'en remercie;

Sandrine(SD49) 08/02/2016 20:58

Chouette, j'espère que tu aimeras

sylire 06/02/2016 19:13

Je partage ton enthousiasme. Le sujet est vraiment bien traité.

Sandrine(SD49) 06/02/2016 21:08

pas facile à traiter mais c'est bien fait

Alex-Mot-à-Mots 06/02/2016 11:36

Une histoire terrible.

Sandrine(SD49) 06/02/2016 21:06

mais très bien racontée

krol 04/02/2016 21:26

Un sujet délicat. J'avais déjà dû le croiser sur les blogs. Je le note de nouveau.

Sandrine(SD49) 05/02/2016 19:08

Je n'avais pas du tout entendu parler de ce livre ou alors il ne m'avait pas tapé dans l'oeil

Présentation

  • : Pages de lecture de Sandrine
  • : La lecture est ma passion et elle ne s'arrange pas avec l'âge pour mon plus grand plaisir.
  • Contact

Mes lectures du moment

La grande escapade
  de Jean-Philippe Blondel

 

 

Blanc mortel
de Robert Galbraith (livre audio)

 

 

Pour me suivre sur Facebook
Les pages de lecture de Sandrine             

Emprunts à la bibliothèque

Romans

Mamie Luger
  de Benoît Philippon

 

La papeterie Tsubaki
   de Ito Ogawa


 

 

 

DVD

Le cercle littéraire de Guernesey

 

Archives

Challenges en cours

 

  

 

          

       

                    

 

     

Liens



 

Vendredilecture